Accueil |

Épicure

     

Épicure, en grec Ἐπίκουρος, (fin -342 ou début -341 /-270), philosophe grec né à  Athènes, fondateur de l'épicurisme, l'une des plus importantes écoles philosophiques de l'Antiquité.

Sommaire
1 Vie et importance de l'œuvre
2 Doctrine
3 Théorie de la connaissance (ou gnoséologie)
4 Physique
5 Éthique et politique
6 Titres d'œuvres perdues (extrait)
7 Bibliographie
8 Épicurisme
9 Liens
10 Liens externes

Vie et importance de l'œuvre

Sa vie et son éducation

Épicure, selon l'opinion la plus courante, est né à  Athènes, dans le dème de Gargettios. Son père, Néoclès, enseignait la grammaire, et sa mère, Chérestrate était magicienne. Il semble avoir été élevé à  Samos (peut-être même y est-il né, son père étant un colon athénien), puis il vint à  Athènes pour y accomplir son service militaire vers l'à¢ge de 18 ans, avant de partir rejoindre son père à  Colophon, au nord de Samos, en -321. Il y resta de -321 à  -311 et y reçu probablement les leçons de Nausiphane. Il gagne ensuite Mytilène o๠il commence à  enseigner. Sa philosophie suscite alors l'hostilité (mais il y rencontre son disciple et futur successeur Hermarque), et il part rapidement pour Lampsaque o๠il vivra de 310 à  306. Il y rencontre Colotès, Métrodore, Idoménée qui le suivront à  Athènes. A l'à¢ge de 36 ans, il vint s'installer à  Athènes qui venait d'être délivrée par Démétrios Poliocerte, et il y acheta un jardin pour 80 mines. Il y passa le reste de sa vie, et y mourut en 270 avt J.C. C'est pendant cette dernière période qu'il écrit un très grand nombre de ses œuvres et de ses lettres ; il est l'un de ceux qui ont le plus écrit dans l'Antiquité (300 ouvrages semble-t-il).

La vie qu'il mena dans son jardin fut simple et frugale. Selon Dioclès, cité par Diogène Laà«rce, "un verre de vin lui suffisait, et il buvait de préférence de l'eau." Le Jardin a pourtant passé pour un lieu de débauche, mais de telles accusations semblent calomnieuses, vu l'habitude des philosophes de lancer des accusations douteuses contre leurs adversaires. Dans l'ensemble de l'histoire de la philosophie, rares sont les philosophes qui auront, comme Épicure, autant souffert de la calomnie. L'image d'Épicure est devenue celle d'un impie et d'un débauché.

La vocation de philosophe lui vint très tà´t, à  14 ans selon le témoignage de Diogène Laà«rce, quand, à  la lecture d'Hésiode, il demanda à  son maître d'o๠venait le chaos primordial d'o๠toutes choses sortaient que décrit le poète dans la Théogonie. Les réponses de son maître ne le satisfaisant pas, il décida de philosopher seul et sans guide, en autodidacte (ce dont il se vantera plus tard). Il reçu pourtant les leçons d'un platonicien, Pamphile, et de Nausiphane et Nausycide, des atomistes.

Sa philosophie s'oppose avec force au platonisme et de manière plus mesurée à  la doctrine d'Aristote (des fragments nous font voir en Épicure un lecteur consciencieux d'Aristote) ; quant à  l'héritage démocritéen, contrairement à  une idée reçue depuis l'Antiquité, l'atomisme épicurien n'en est pas une simple copie : en effet, Démocrite est plus proche de Platon et Parménide que d'Épicure (voir plus bas le chapitre sur la physique).

Caractère de l'homme et son influence

Il voulut s'assurer l'immortalité de son nom, en léguant le Jardin sous la condition que sa philosophie y fà»t enseignée et qu'on célébrà¢t chaque mois une fête en son honneur. Il faisait des résumés de ses œuvres et conseillait à  ses disciples de les apprendre par cœur.

Mais cet orgueil de philosophe mis de cà´té, Épicure est décrit comme un ami fidèle et bienveillant, d'un naturel sympathique : " Sa vertu fut marquée en d'illustres caractères, par la reconnaissance et la piété qu'il eut envers ses parents et par la douceur avec laquelle il traita ses esclaves." C'est Sénèque, un Stoà¯cien, qui dit de sa pratique : " Pour moi, je pense et j'ose le dire contre l'opinion des nà´tres, que la morale d'Épicure est saine, droite et même austère pour qui l'approfondit... je dis qu'elle est décriée sans l'avoir mérité." (De vita beata).

La doctrine d'Épicure eut un succès prodigieux, tant par le nombre de ses disciples, que par l'affection et les forts sentiments dont elle fut l'objet : « Le charme de cette doctrine égalait la douceur des sirènes. » Elle gagna Rome et toute l'Italie, avec Lucrèce notamment, qui est considéré comme l'un des rares poètes (sinon le seul) à  avoir réussi à  mettre de la philosophie en vers.

Et pourtant, malgré cette œuvre considérable, bien qu'Épicure eà»t élaboré l'une des doctrines cardinales de l'histoire de la civilisation européenne (une autre, la plus opposée, étant le stoà¯cisme), il ne nous reste que trois lettres de ce grand et puissant philosophe (Lettre à  Hérodote, Lettre à  Pythoclès et Lettre à  Ménécée) et quelques maximes (40 Maximes Capitales et 81 Sentences Vaticanes), découvertes pour la plupart à  la fin du XIXè siècle. Des fragments du De la nature (Peri phuseos) furent découverts à  Herculanum en 1752. La morale épicurienne a en effet été longtemps combattue avant de revenir en force au XVIIIè siècle.

Doctrine

La doctrine d'Épicure peut être résumée par ce que les épicuriens ont appelé le tetrapharmakos (quadruple-remède) formulé ainsi : « le dieu n'est pas à  craindre; la mort ne donne pas de souci; et tandis que le bien est facile à  obtenir, le mal est facile à  supporter Â».

Théorie de la connaissance (ou gnoséologie)

Contexte philosophique

Épicure élabore une théorie de la connaissance qui se fonde sur les sens, sur la véridicité des sensations qui garantissent seules que nous connaissons la réalité. Il invente également la théorie des prénotions : nous formons en nous des concepts à  partir d'expériences répétées. Ces prénotions donnent un point de départ à  la réflexion humaine sans pourtant recourir à  l'hypothèse platonicienne d'une réminiscence des Idées intelligibles.

La question de la fiabilité des sensations est particulièrement débattue par les philosophes hellénistiques. Soit les sensations sont toutes fausses (thèse sceptique), soit certaines sont vraies et certaines sont fausses, soit elles sont toutes vraies. La thèse sceptique est contradictoire : il faudrait pour la valider un critère supérieur aux sens ; or la raison est dépendante des sens car nos concepts viennent de l'expérience sensible. La seconde thèse est également impossible, car il faut un critère pour distinguer une sensation fausse d'un sensation vraie. Mais, pour Épicure, il n'y a pas de critère en dehors des sens, et une sensation ne peut réfuter une autre sensation, car les sens sont différents entre eux. Les sens ne peuvent donc se contredire.

Il ne reste donc que la thèse selon laquelle toutes les sensations sont vraies. Ce point sera développé dans la canonique : la canonique est la première partie de la philosophie d'Épicure, et elle porte sur les critères (canon) de la vérité. Elle consiste en quatre sorte d'évidence.

Les quatre évidences

L'erreur, dans cette théorie, sera expliquée par le jugement de la raison : les illusions des sens ne sont pas dans nos représentations, mais dans ce que nous y ajoutons par nos jugements, nos raisonnements, nos souvenirs, etc. ; mais, en tout cas, il est impossible de prouver la fausseté de la sensation sans commettre une pétition de principe ou une erreur de catégorie. Nos jugements s'appliquent à  deux sortes d'objet, ceux qui peuvent être confirmés par l'expérience (la vérification du jugement est possible), et ceux qui ne relèvent pas vraiment de l'expérience, comme le vide par exemple, dont on admet l'existence par un raisonnement (la validité est en ce sens que le jugement n'est pas faux, et peut donc être tenu pour vrai). Épicure ne décrit pas le fonctionnement de l'acquisition de prénotions ; on peut dire néanmoins que c'est une faculté de l'esprit de renouveler certains mécanismes de la perception en opérant des choix parmi les images sensibles (les simulacres) ;

Validité scientifique

La canonique permet d'établir les critères de validités d'une théorie
scientifique. Une opinion est vérifiée ou falsifiée ; elle porte sur des faits évidents ou non évidents. Ces distinctions permettent de formuler des critères. Pour Épicure, ces critères sont : Il peut donc y avoir plusieurs théories valides pour expliquer un même phénomène : plusieurs hypothèses qui ne contredisent pas les phénomènes doivent être tenues pour vraies, car on ne peut choisir arbitrairement une cause plutà´t qu'une autre.

Théorie du langage

Un nom évoque une prénotion, il y a donc pour Épicure un rapport entre théorie de la connaissance et théorie du langage. Pour Épicure il faut se référer au sens premier d'un mot, i.e. à  la prénotion dont il tient son sens. Cette théorie invite à  décrire l'origine du langage pour mieux comprendre la connaissance humaine : Le langage n'est donc pas une invention humaine : c'est l'environnement de l'homme et sa constitution physique variables qui sont la source des sentiments, des impresions et des sons qui en résultent. Le premier sens d'un mot est donc un sens naturel, mais ce sens est ensuite recouvert par les usages que les hommes en font. Revenir au sens premier, c'est revenir aux préconceptions mêmes, et donc puiser à  la source de la connaissance humaine (par opposition à  la dialectique). Épicure rejette ainsi à  la fois le conventionalisme et la théorie platonicienne des noms naturels.

Physique

Contexte philosophique

La physique d'Épicure est exposée dans la Lettre à  Hérodote.
Épicure était un philosophe, mais comme presque tous les philosophes de l'Antiquité, il était aussi un astronome et un physicien. Les lettres que l'on peut lire aujourd'hui sont essentiellement des résumés de ses théories physiques et astronomiques.

Selon lui, une juste compréhension de l'univers permet de mener une vie heureuse : " Si la crainte des météores et la peur que la mort ne soit quelque chose pour nous, ainsi que l'ignorance des limites des douleurs et des désirs, ne venaient gêner notre vie, nous n'aurions nullement besoin de physique." (Maximes capitales, XI). Le principe d'Épicure est en quelque sorte le suivant : mieux vaut une explication qui supprime la crainte, que pas d'explication du tout. Il est donc possible et recommandé d'accepter plusieurs hypothèses sur la cause d'un phénomène naturel, plutà´t que de rester dans la superstition. Une bonne explication est une explication qui rend heureux !
Pourtant, malgré ce qui pourrait apparaître à  première vue comme des limites, sa physique est suffisamment cohérente pour être examinée indépendamment du reste de sa pensée, sans doute parce qu'elle n'implique aucun anthropocentrisme et qu'elle se passe facilement de l'existence des dieux (mais Épicure n'était pas athée, il faut le souligner).

De la partie physique de la pensée d'Épicure, Cicéron dit : 
Qu'y a-t-il dans la physique d'Épicure qui ne provienne de Démocrite ? Car, même s'il a modifié quelques points, ainsi que je l'ai dit un peu plus haut concernant la déclinaison des atomes, pour le reste il dit la même chose. (De natura deorum).

Ce jugement a traversé les siècles. Pourtant, tel quel, il est manifestement faux. La physique épicurienne est en effet plus proche de la pensée ionienne qui est plutà´t positiviste, que du rationalisme qui triomphe alors, avec le stoà¯cisme par exemple. La pluralité des mondes, l'infini, la négation des croyances populaires, de la providence et du destin, etc. ne sont pas particulièrement compatibles avec la théologie de cette doctrine. La physique épicurienne est l'exact opposée de la physique stoà¯cienne. De plus, Démocrite est rationaliste quand il formule la théorie de l'atome, et il n'accorde aucune confiance aux données sensibles. Epicure, au contraire, s'appuie sur l'expérience et le témoignage véridique des sens. Les deux théories s'exprimenet donc de la même manière, mais pas pour les mêmes raisons.

Thèses fondamentales de la physique épicurienne

La physique d'Épicure est donc en gros une reprise de l'atomisme de Démocrite, qu'Épicure a sans doute appris par Nausiphane, mais il le modifie en introduisant l'idée d'un clinamen, afin de conserver la liberté de la volonté humaine qui est niée par la doctrine atomiste.

La philosophie naturelle d'Épicure est fondée sur un petit nombre d'axiomes, o๠l'on reconnaît facilement le principe de conservation de la cosmologie ionienne :

  1. rien ne naît de rien
  2. tout ne peut naître de tout
  3. rien ne peut retourner au néant.

Le tout est constitué d'une infinité d'atomes dans l'infinité du vide. Au sein de cette infinité, un monde est une organisation éphémère, qui n'est ni unique, ni fermée sur elle-même (ce qui s'oppose à  l'autarcie du tout et du sage dans les philosophies antiques). Il existe des mondes très différents les uns des autres, contenant des êtres vivants très variés. Ces thèses ioniennes ne sont pas spécifiquement atomistes ; on peut néanmoins déduire l'existence de l'atome du principe de conservation.

En effet, la réalité dans sa totalité est pour Épicure composée de deux éléments : les atomes et le vide. Or, les atomes sont les parties insécables de la matière. L'hypothèse de l'atome découle alors nécessairement de l'axiome 3. Si tout peut retourner au néant, l'univers disparaît. L'atome est donc la réalité permanente de l'univers.

L'atome est :

Il reste à  décrire cette réalité ultime et première qu'est l'atome.

L'atome a les qualités suivantes, qui expliquent la formation des choses sensibles :

Le mode de composition est en revanche peu invoqué.
Ces qualités sont dites essentielles ; les atomes ne sont pas des unités identiques, mais ont des espèces différentes : pour former un homme ou un dieu, il faut des atomes différents. Les atomes sont donc les semences des choses (spermata), et non pas uniquement leurs composants.

En revanche, la couleur, l'odeur, etc, sont des attributs accidentels qui n'existent qu'au niveau phénoménal relativement à  un sujet. Néanmoins, Épicure estime que cette réalité subjective a autant de réalité et est aussi vraie que la réalité fondamentale des atomes.

Les atomes se déplacent dans le vide ; ce déplacement est inévitable, puisque le vide est défini comme ce qui n'offre aucune résistance. La nature même de l'atome est en fait ce mouvement immanent et perpétuel, dirigé pour tous les atomes dans la même direction, avec la même vitesse, selon la pesanteur, de haut en bas. Il ne peut y avoir de différences de vitesse, car la différence de résistance des milieux est nulle : en effet, le vide n'offre pas de résistance. A cette pesanteur universelle, s'ajoute le poids propre de chaque atome.

Les atomes peuvent également vibrer sur place et s'aggréger. Ils forment alors des corps de plus en plus complexes. Mais il faut alors expliquer comment les atomes peuvent dévier de leur course, puisque celle-ci étant la même pour tous les atomes, ces derniers ne peuvent jamais se heurter. C'est là  qu'Épicure introduit le fameux clinamen (paregklisis), qui est une déviation spontanée, spatialement et temporellement indeterminée, et qui permet aux atomes de s'entrechoquer.

Cette hypothèse a laissé perplexe bien des philosophes, y compris des épicuriens. Il faut d'abord noter que la physique épicurienne n'est pas déterministe ; qu'ensuite le clinamen est, selon Lucrèce, conçu sur le modèle de la volonté libre opposé à  l'impulsion donnée de l'extérieur. Mais, ceci étant dit, le clinamen demeure notoirement un concept inintelligible.

Ce point étant admis, les atomes peuvent alors s'assembler : "Les nombreux éléments, depuis un temps infini, sous l'impulsion des chocs qu'ils reçoivent et de leur propre poids, s'assemblent de mille manières différentes et essayent toutes les combinaisons qu'ils peuvent former entre eux, si bien que par l'épreuve qu'ils font de tous les genres d'union et de mouvement, ils en arrivent à  se grouper soudainement en des ensembles qui forment l'origine de ces grandes masses, la terre, la mer, le ciel, et les êtres vivants."

La psychologie

L'étude de l'à¢me fait partie de la physique. L'à¢me est un corps fait d'atomes, et qui possède des qualités qui sont des accidents des corps composés. C'est un souffle chaud et subtil dans lequel se trouve la pensée et les affections. Sa liaison avec le corps permet la sensation ; une fois cet agrégat détruit, l'à¢me n'éprouve plus rien et se dissipe.

Mais là  encore la théorie d'Épicure rencontre des difficultés ; les qualités vitales sont difficilement attribuables à  un souffle chaud. L'à¢me sera alors un assemblage d'atomes spécifiques : atome de souffle, atome d\'air, atome de chaud, et un quatrième atome sans nom, qui expliquerait la mobilité de la pensée. L'à¢me, puisqu'elle est un corps, est mortelle. Cette conception de l'à¢me, comme le reste de la physique, est au service du bonheur : il s'agit de faire disparaître les mythes qui viennent troubler notre pensée à  propos de notre destination après la mort. à€ la vie éternelle est opposée la mort immortelle, le temps infini pendant lequel nous ne sommes pas.

Dans le monde latin, Lucrèce poursuivit les idées d'Épicure en les axant nettement dans un matérialisme à  la mode antique.

Éthique et politique

Problèmes fondamentaux de l'éthique

L'Éthique d'Épicure est exposée dans la lettre à  Ménécée.

L'atomisme de Démocrite implique la négation du libre-arbitre. Et s'il est nécessaire que nous agissions comme nous le faisons, nous ne sommes pas responsables de nos actions. C'est pourquoi nous avons vu qu'Épicure avait introduit le clinamen. Il pense également que nous pouvons contrà´ler les déterminations physiques. Cela introduit d'étranges contradictions dans sa doctrine. Mais, à  l'inverse, le déterminisme aboutit à  l'absence de décision et se réfute lui-même.

Le déterminisme, expliquant tout par des mouvements atomiques, nie le rà´le explicatif d'une causalité psychique de la croyance ou de la volition. Or, bien qu'Épicure soit atomiste, il ne tient pas le déterminisme comme moralement inacceptable. Il faut donc que les propriétés phénoménales et les impressions sensibles aient une réalité causale véritable, de même que le moi et la volonté.

Bonheur et plaisir

Cette doctrine est souvent interprétée à  tort comme une philosophie de « bon vivant Â» cherchant le plaisir avec excès. En réalité, il s'agit d'une philosophie d'équilibre basée sur l'idée que toute action entraîne à  la fois des effets plaisants (positifs) et des effets amenant la souffrance (négatifs). Il s'agit donc pour l'épicurien d'agir sobrement en recherchant les actions amenant l'absence de douleur, d'o๠doit découler le plaisir négatif de cet état de repos (ataraxie) ; c'est pourquoi l'excès doit être évité car il apporte la souffrance. Sans être une philosophie morale hédoniste, cette pensée ne recommande pas l'ascétisme s'il a des conséquences nuisibles.

Épicure défend un mélange de joie tempérée, de tranquilité et d'autosuffisance. Le plaisir est le bien, et les vertus servent d'instruments. La vie selon le plaisir est cependant une vie de prudence, de bien et de justice.

La classification des désirs

La morale épicurienne est une morale qui fait du plaisir le bien, et de la douleur le mal. Pour atteindre le bonheur (l'ataraxie), l'épicurien suit les règles du quadruple remède : Épicure classe ainsi les désirs :

Classification des désirs selon Épicure

Désirs naturels Désirs vains
Nécessaires Simplement naturels Artificiels Irréalisables
Pour le bonheur (ataraxie) Pour la tranquilité du corps (protection) Pour la vie (nourriture, sommeil) Variation des plaisirs, recherche de l'agréable Ex : richesse, gloire Ex : désir d'immortalité

Cette classification n'est pas séparable d'un art de vivre, o๠les désirs sont l'objet d'un calcul en vue d'atteindre le bonheur. Pour le comprendre, il faut se rappeler l'atomisme : plaisir et douleur, dans cette conception, sont des accidents, ils n'existent pas au niveau des atomes, mais seulement au niveau de la conscience. à€ partir de là , il est naturel de juger bon le plaisir et mauvaise la douleur, puisque tous les êtres cherchent le plaisir. Ce sont nos sentiments qui nous indiquent que le plaisir est désirable. C'est une conscience naturelle, et notre constitution fait que nous cherchons le bonheur nécessairement.

Mais, pour le calcul des plaisirs, tout plaisir n'est pas digne d'être choisi : le plus grand des plaisirs est la suppression de toute douleur. En conséquence, on doit éviter certains plaisirs, et même accepter certaines douleurs.

Épicure fait également la distinction entre les plaisirs mobiles et les plaisirs statiques. Le plasir statique est un état corporel et psychologique o๠nous sommes libérés de toute douleur, le bonheur est à  son comble. La plaisir mobile, en revanche, ne dure que le temps de son activité. Une vie qui suit ces plaisirs, comme les cyrénaà¯ques, consiste à  remplir une jarre percée. Les plaisirs mobiles sont donc en réalité subordonnés aux plaisirs statiques.

En fin de compte, le principe le plus important de la doctrine d'Épicure est de vivre selon la prudence quand on cherhce le plaisir. La libération des troubles (ataraxie) est la marque suprême du bonheur : elle renvoie au quadruple remède ; vivre sans peur, avec les plaisirs de l'amitié et de nos souvenirs, en supprimant les fausses croyances sources d'angoisse et les douleurs évitables.

Les institutions humaines, l'amitié, les dieux

La civilisation humaine

Nous avons eu l'occasion de voir comment dans la théorie de la connaissance, Épicure envisageait l'origine du langage. Cette origine est à  la fois naturelle et conventionnelle. Elle suppose des institutions humaines, qui sont nées progressivement de l'histoire de l'humanité : "Ce sont les choses elles-mêmes qui ont la plupart du temps instruit et contraint la nature humaine, et que la raison n'a fait que préciser ensuite."

De la même façon, la justice est une institution humaine : "Entre les animaux qui n'ont pu faire de conventions pour ne pas se nuire réciproquement, il n'y a ni justice ni injustice ; et il en est de même des nations qui n'ont ni pu ni voulu faire de conventions pour le même objet."

L'amitié

Les dieux

Mort et philosophie

Ne pas craindre la mort est une marque de sagesse. La crainte, on l'a vu, est surtout la conséquence de la superstition. La psychologie d'Épicure doit permettre de supprimer toutes les superstitions qui se rapportent à  l'à¢me : la mort est une extinction complète, elle n'est rien pour nous. On ne doit donc pas laisser la peur ruiner notre vie. Quelques arguments :

Le désir de vivre n'est pas rationnel ; si notre vie est parfaite, notre accomplissement dans la vie de tous les jours ne sera rien de plus si nous sommes immortels. C'est donc la qualité de la vie qui prime, la qualité du bonheur, et non la quantité.

En conclusion de cette pensée : la philosophie est une activité qui produit la vie heureuse.

"Épicure à  Ménécée, salut.
Que personne, parce qu'il est jeune, ne tarde à  philosopher, ni, parce qu'il est vieux, ne se lasse de philosopher ; car personne n'entreprend ni trop tà´t ni trop tard de garantir la santé de l'à¢me. Et celui qui dit que le temps de philosopher n'est pas encore venu, ou que ce temps est passé, est pareil à  celui qui dit, en parlant du bonheur, que le temps n'est pas venu ou qu'il n'est plus là ."

Titres d'œuvres perdues (extrait)

Bibliographie

Épicurisme

Épicurisme romain

Liens

Ataraxie | Clinamen | Matérialisme | Stoà¯cisme

Liens externes