Accueil |

Éthique de la discussion

L'éthique en matière de discussion, de communication et de débat est une reflexion sur les conditions de possibilités minimales de compréhension mutuelle des hommes en situation d'échange verbal. Elle a pour but de formuler les normes qui doivent permettre à  un débat de se dérouler de manière satisfaisante et d'établir si possible les fondements de ces normes.

Sommaire
1 Principes rationnels d'un débat
2 Principes d'un débat selon les Sophistes
3 Bibliographie
4 Voir

Principes rationnels d'un débat

L'adhésion

Le principe fondamental est, selon Schopenhauer (voir bibliographie) le principe contra negantem principia non est disputandum (il ne faut pas discuter avec quelqu'un qui nie les principes).

Ce premier principe est déjà  en lui-même problématique. Du point de vue des fondaments il paraît en effet impossible de souscrire à  des principes de manière rationnelle, car on commettrait ainsi une pétition de principe. C'est ce que remarque Popper (référence à  donner), lorsqu'il parle d'une adhésion de l'ordre de la foi rationnelle.

Pour répondre à  ce problème posé par exemple par les sceptiques (cf. Sextus Empiricus, Livre I, mais origine plus ancienne encore), différentes solutions ont été proposées. L'enjeu est d'éviter une alternative stérile entre l'impossiblité de parler et l'impossibilité d'entendre : le refus de tout principe et l'acceptation d'un seul principe universel peuvent en certains cas conduire également à  l'impossiblité de la communication humaine.

Règles

1. Les principes logiques

But : écarter la sophistique et refuser le silence sceptique.

2. Les prénotions

But : rendre intelligible une entente humaine a priori.

3. Le sujet transcendantal

But : établir les conditions universelles des possibilités d'un débat.

4. L'absence de contradiction performative

But : fondation ultime de l'éthique par la raison.

Principes d'un débat selon les Sophistes

L'étude des témoignages sur les sophistes nous révèle que ceux-ci avaient une conception du débat qui n'était pas nécessairement sophistique.

1. Protagoras : le discours fort

Bibliographie

Voir