Accueil |

Abus de droit

La théorie de l'abus de droit permet de sanctionner tout usage d'un droit qui dépasse les bornes de l'usage raisonnable de ce droit. Elle existe dans la plupart des systèmes juridiques dits de droit civil (droit français, belge, luxembourgeois, italien, néerlandais, etc.).

La jurisprudence a dégagé plusieurs critères pour déterminer quand l'usage d'un droit peut être considéré comme abusif. Ces critères sont variés et non cumulatifs, aussi s'agit-il plus de lignes directices qu'autre chose. Ainsi peut-on dire qu'abuse de son droit toute personne qui, entre plusieurs manières d'exercer son droit qui lui procurent le même bénéfice, choisit l'usage le plus dommageable pour les tiers.

Défini tout au cours du XIXe siècle par la jurisprudence, la théorie de l'abus de droit correspond finalement à  deux grandes formes d'abus : l'abus-social et l'abus-intention-de-nuire. En deux mots, l'abus social, c'est l'acte de détourner les termes d'une loi pour atteindre un objectif contraire à  celui qu'elle poursuivait. Quant à  l'abus-intention-de-nuire, il correspond à  l'acte de n'utiliser un droit que dans la seule intention de nuire à  autrui.

Au fil de la jurisprudence, l'abus-intention-de-nuire a semblé prendre le pas sur l'abus-social, mais ce n'est qu'une apparence. En réalité, l'abus-social est un important outil d'évolution juridique entre les mains des tribunaux qui s'en servent pour faire évoluer des notions de droit en réinterprétant les objectifs des textes législatifs, selon les évolutions sociales qui les entourent.

Par exemple, c'est par le jeu de l'abus-social qu'on a pu dégager le principe alors contra legem de l'indemnisation de la rupture du contrat de travail à  durée indeterminée à  la fin du XIXe siècle. Commençant par indemniser les travailleurs en qualifiant certains licenciements d'abusifs, c'est peu à  peu que le droit a determiné les critères qui finissaient par émerger de la jurisprudence.

L'abus de droit est donc tout à  la fois un instrument limitant la portée des droits qui peuvent être consentis à  une personne juridique, et un important outil d'évolution juridique entre les mains des juges.

Voir aussi