Accueil |

Acide désoxyribo-nucléique

             

L'ADN, acronyme de acide désoxyribo-nucléique, est une longue molécule que l'on retrouve dans tous les organismes vivants. L'ADN est présent dans le noyau des celluless ainsi que dans les mitochondries, et également dans les chloroplastes. Les organismes vivants les plus simples, les virus, sont constitués essentiellement d'une enveloppe (elle-même constituée de protéines) et d'un brin d'ADN (ou d'ARN). On dit que l'ADN est le support de l'hérédité car cette molécule a la faculté de se répliquer et d'être transmise aux descendants lors des processus de reproduction des organismes vivants. Il est à  la base de processus biologiques importants aboutissant à  la production des protéines. D'un point de vue chimique, l'ADN est un acide faible.

Sommaire
1 Structure
2 Découverte
3 Voir aussi
4 Liens externes

Structure

Une structure en forme de double hélice (découverte en 1953 par Watson, Crick et coll.).

Un polymère de bases désoxyribonucléiques est constitué de répétitions de briques (nommées nucléotides) formées d'un atome de phosphore lié à  un sucre le désoxyribose et à  une base azotée A, T, C ou G. Le squelette est formé de la répétition sucre phosphore, ce qui change est la base.

Bases desoxyribonucléiques

4 bases ont été identifiées : l'adénine (A) et la guanine (G) font partis de la famille des Purines ; La thymine (T) et la cytosine (C) sont de la famille des Pyrimidines. Un « brin Â» ADN est formé de la répétition ordonnée de ces quatre bases. Deux brins antiparallèles d'ADN sont toujours étroitement reliés entre eux par les liaisons faibles formées entre les bases complémentaires A-T et G-C.

Complémentarité des brins d'ADN

Ces deux brins d'ADN sont dit complémentaires car les Purines (A et G) d'un brin font toujours face à  des Pyrimidines de l'autre (T et C) avec A toujours face à  T et G toujours face à  C. Ceci est dà» aux liaisons hydrogènes les reliant, deux [liaisons H] pour la paire A-T et trois pour la paire G-C.

Propriétés physico-chimiques

Ainsi une molécule double brin composée uniquement de C-G nécessitera plus d'énergie pour être ouverte qu'un ADN de même taille composé de A-T. Ceci explique pourquoi la température de fusion de l'ADN varie en fonction de sa taille (exprimée en nombre de bases, géneralement en kilobase kb ou mégabase Mb ...) et de son rapport (A+T)/(C+G).

Depuis les expériences de Meselson et Stahl, il faut savoir que la réplication de l'ADN est dite semi-conservatrice, en d'autres termes, chaque molécule d'ADN fille hérite d'un brin de l'ADN mère ou parentale.

Pour rester simple, les différentes liaisons hydrogènes composant l'ADN vont être « découpées Â» par une enzyme appelée ADN polymerase. Une fourche de réplication va alors se former donnant 2 brins d'ADN distincts qui par le biais de la complémentarité vont édifier 2 nouvelles molécules d'ADN composées chacune d'un brin de l'ancienne molécule et d'un brin nouvellement formé.

C'est la réplication semi-conservatrice.

Chez les Procaryotes (organismes unicellulaires sans noyau) tels que les bactéries, il est circulaire.

Chez les Eucaryotes, il est généralement sous une forme linéaire et s'organise en un ou plusieurs chromosomes.

Découverte

C'est au laboratoire Cavendish de Cambridge, le 25 avril 1953, que James Watson et Francis Crick ont deviné par déduction la structure en double hélice de l'ADN.

Rappelons que Francis Crick est physicien et que Watson qui n'a alors que 25 ans, travaille avec une bourse dans le laboratoire, et a lu ‘Qu'est ce que la vie ? ‘ du physicien Schrodinguer qui prédit que l'hérédité est encodée dans des structures moléculaires.

Voir aussi

Liens externes

  Concepts : http://www.dnaftb.org/
  Le journal Nature fête les 50 ans de l'ADN : http://www.nature.com/nature/dna50/archive.html