Accueil |

Alan Mathison Turing

         


Alan Mathison Turing (23 juin 1912 - 7 juin 1954) était un mathématicien britannique et est considéré comme un des pères fondateurs de l'informatique moderne. Il est à  l'origine de la formalisation du concept d'algorithme et de calculabilité qui ont profondément marqué cette discipline, avec la machine de Turing. Il a défini la thèse Church-Turing, maintenant largement partagée, qui postule que tout autre modèle de calcul est définissable par une machine de Turing et possède tout ou partie de sa capacité à  être programmée. Durant la Seconde Guerre mondiale, il a dirigé les recherches qui ont conduit à  décrypter le code secret généré par la machine Enigma utilisée par le camp Nazi. Après la guerre, il a travaillé sur un des tous premiers ordinateurs, puis a contribué de manière provocatrice au débat déjà  houleux à  cette période sur la capacité des machines à  penser.

Sommaire
1 Enfance et jeunesse
2 Etudes supérieures et travaux sur la calculabilité
3 Décryptage
4 Travail sur les premiers ordinateurs ; le test de Turing
5 Persécution et mort
6 Voir aussi
7 Liens externes

Enfance et jeunesse

Alan est né à  Paddington de l'officier de carrière Julius Mathison Turing et de sa femme Ethel (née Stoney). Son père était alors en fonction dans la colonie des Indes, et durant l'enfance de Turing son père voyageait entre le Royaume-Uni et l'Inde, laissant sa famille résider en Angleterre chez des amis en raison des dangers de la colonie britannique. Très tà´t, Turing montre des signes de son génie, qu'il cultivera de manière de plus en plus visible par la suite. Il est par exemple relaté qu'il apprit à  lire seul en trois semaines, et qu'il a montré une affinité précoce pour les chiffres et les énigmes.

Ses parents l'inscrivent à  l'école St. Michael's, à  l'à¢ge de six ans. La directrice reconnaît rapidement en lui un génie, comme beaucoup de ses professeurs consécutifs au Marlborough College. à€ Marlborough, il est pour la première fois confronté avec des condisciples plus à¢gés qui font de lui une des têtes de Turc de l'école. à€ partir de 13 ans, il fréquente l'école de Sherborne, o๠son premier jour de classe fut couvert par la presse locale : une grève générale avait éclaté en Angleterre et Turing se rendit à  son école distante de près de 90 kilomètres à  vélo, s'arrêtant la nuit dans un motel.

Le penchant naturel de Turing pour les sciences ne lui apporte le respect ni de ses professeurs, ni des administrateurs de Sherborne, dont la définition de la formation mettait plus en valeur les disciplines classiques (littérature, arts, culture physique) que les sciences. Malgré cela, Turing continue de faire des prouesses dignes d'intérêt dans les matières qu'il aime, résolvant des problèmes ardus (pour son à¢ge) en 1927 sans même avoir étudié le calcul élémentaire.

En 1928, Turing découvre les travaux d'Albert Einstein, et les comprend alors qu'il a à  peine 16 ans, allant même jusqu'à  extrapoler la loi du mouvement d'Einstein à  partir d'un texte dans lequel elle n'était pas décrite explicitement.

Etudes supérieures et travaux sur la calculabilité

à€ cause de sa réticence à  travailler aussi dur dans les matières classiques que dans les matières scientifiques et les mathématiques, Turing échoue plusieurs fois à  ses examens, et finit par n'être admis que dans l'établissement qu'il avait mentionné par défaut, le King's College, à  Cambridge, dépendant de l'université de Cambridge, alors qu'en premier lieu il visait le Trinity College de Cambridge. Il étudie de 1931 à  1934 sous la direction de G. H. Hardy, un mathématicien respecté titulaire de la chaire de Sadleirian puis responsable du centre de recherches et d'études en mathématiques. En 1935, Turing est élu Fellow du King's College.

Dans son article monumental "On Computable Numbers, with an Application to the Entscheidungsproblem" (1936), il reformule les résultats de Kurt Gà¶edel datant de 1931 sur les limites des méthodes de preuve et sur la calculabilité, substituant au langage formel universel décrit par Goedel, fondé sur l'arithmétique, son concept de machine de Turing : un système formel capable d'accomplir n'importe quelle opération mathématique dés lors qu'elle est représentée par un algorithme. Les machines de Turing sont depuis lors un thème central de recherche en théorie de l'informatique. Turing finit par prouver qu'il n'y a pas de solution au Entscheidungsproblem en montrant d'abord que le problème de l'arrêt d'une machine de Turing ne peut être résolu : il n'est pas possible de décider avec un algorithme si une machine de Turing donnée s'arrêtera. Bien que sa preuve fà»t publiée après celle de Alonzo Church, le travail de Turing est bien plus accessible et intuitif. Il est aussi complètement nouveau dans sa présentation du concept de "Machine universelle (de Turing)", avec l'idée qu'une telle machine puisse accomplir les tà¢ches de n'importe quelle autre machine. L'article présente également la notion de nombres définissables.

Il passe la plus grande partie de 1937 et de 1938 à  travailler à  l'université de Princeton, sous la direction d'Alonzo Church. Il obtient en 1938 son doctorat de l'université de Princeton ; son manuscrit présente la notion d'hypercalcul, o๠les machines de Turing sont complétées par ce qu'il appelle des oracles, autorisant ainsi l'étude de problèmes qui ne peuvent pas être résolus de manière algorithmique.

De retour à  Cambridge en 1939, il participe à  des cours publics de Ludwig Wittgenstein sur les fondements des mathématiques. Tous les deux discutent de manière véhémente et tombent en désaccord, Turing défendant le formalisme alors que Wittgenstein pense que les mathématiques sont surestimées et qu'elles ne permettent pas de découvrir une quelconque vérité absolue.

Décryptage

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est un des principaux contributeurs des recherches menées à  Bletchley Park visant à  casser le code secret de la machine Enigma utilisée par les Naziss. Il contribue également à  de nombreuses recherches mathématiques, aussi bien en réussissant à  casser le code généré par Enigma que ceux du téléscripteur de Fish (machines construites par Lorenz et Siemens en partenariat). Les recherches sur le code de Fish furent utilisées lors de la conception de l'ordinateur Colossus dédié au décryptage du code de Fish. Cette machine fut conçue par Max Newman et fut construite au laboratoire de recherche des Postes de Dollis Hill par une une équipe dirigée par Thomas Flowers en 1943. Turing a également conçu des version améliorées de la "Bombe" polonaise utilisée pour trouver des clés des messages Enigma. Ce sont des dispositifs électromécaniques associant plusieurs "machines Enigma" pour éliminer rapidement des ensembles de clés potentielles sur des blocs de communication Enigma.

Le travail de Turing sur le décryptage du code Enigma fut tenu secret jusque dans les années 1970 ; même ses plus proches amis n'étaient pas au courant de ces recherches.

Travail sur les premiers ordinateurs ; le test de Turing

De 1945 à  1948 il travaille au laboratoire national de physique de Teddington au Royaume-Uni, sur la conception de l'ACE (Automatic Computing Engine - Calculateur Automatique). En 1949 il devient directeur délégué du laboratoire d'informatique de l'université de Manchester, et travaille sur la programmation de l'un des tous premiers véritables ordinateurs : Manchester Mark I. Pendant ce temps il continue à  produire un travail plus abstrait, et dans l'article "Computing Machinery and Intelligence" (Mind, Octobre 1950), Turing explore le problème de l'intelligence artificielle et propose une expérience maintenant connue sous le nom de test de Turing dans une tentative de définition d'un standard permettant de qualifier une machine de "consciente".

En mai 1952 Turing écrit un programme de jeu d'échecs. Ne disposant pas d'un ordinateur assez puissant pour le faire tourner, il simule lui-même les calculs de la machine, mettant environ une demi-heure pour effectuer chaque coup. Une partie fut enregistrée, o๠le programme perdit contre un collègue de Turing.

Persécution et mort

L'homosexualité de Turing lui a valu d'être persécuté et a brisé sa carrière. En 1952, son compagnon aide un complice à  cambrioler la maison de Turing, qui porte plainte auprès de la police. L'enquête de police finit par l'accuser d'"indécence manifeste et de perversion sexuelle" (d'après la loi anglaise sur la sodomie). Il décide d'assumer son orientation et ne présente pas de défense, ce qui le fait inculper. S'ensuit un procès tres médiatisé, o๠lui est donné le choix entre l'incarcération et un traitement hormonal de réduction de la libido. Il choisit ce dernier, d'une durée d'un an, avec des effets secondaires comprenant le grossissement de ses seins durant cette période.

En 1954, il meurt d'empoisonnement en mangeant une pomme contenant du cyanure. Beaucoup de gens croient que cette mort fut intentionnelle, et elle fut présentée comme un suicide. Sa mère, toutefois, soutint vigoureusement que l'ingestion du poison était accidentelle en raison de la propension de Turing à  stocker sans précautions des produits chimiques de laboratoire.

Voir aussi

Liens externes

Liens francophones

Liens anglophones