Accueil |

Ariane V

 

Cet article fait partie de la série

Fusée Ariane

Ariane I
Ariane II
Ariane III
Ariane IV
Ariane V

Ariane V est une fusée (on parle aussi de lanceur) permettant de placer des satellitess en orbite autour de la Terre.

Sommaire
1 Histoire
2 Structure
3 Essais
4 Record

Histoire

Le programme Ariane V a été initié en 1987 par les ministres européens des affaires spatiales réunis à  La Haye. Il est dirigé par l'ESA, mais sa réalisation est assurée par le CNES.

Environ 1100 industriels participent au projet.

Par rapport à  Ariane IV et à  ses concurrents, elle est capable d'emmener des charges particulièrement lourdes en orbite (jusqu'à  11 tonnes).

De conception entièrement nouvelle, elle était aussi destinée à  lancer la navette européenne Hermès. Lorsque l'ESA abandonna ce projet, Ariane V demeura un simple lanceur commercial. Ce projet a cependant influé sur la conception du lanceur, qui doit allier puissance, simplicité, et surtout fiabilité afin de pouvoir embarquer des passagers.

Structure

La fusée est composée d'un étage principal, comportant un seul moteur cryogénique, dénommé Vulcain, utilisant 160 tonnes d'hydrogène et d'oxygène liquides refroidis, et d'un étage supérieur à  moteur à  ergols.

Ce second étage est modulable selon la performance demandée. Il est propulsé par un seul moteur: Aestus, HM7-B ou Vinci. Il peut éventuellement être équipé du module SPELTRA (Structure Porteuse Externe pour Lancements Multiples), utilisée uniquement en cas de lancement double. Elle permet de placer en orbite 2 charges distinctes. Il intègre également une case à  équipement, qui est le cerveau électronique du lanceur, lui permettant de garder en mémoire toutes les instructions nécessaires au vol. Il contrà´le et rectifie, si besoin, la position du lanceur, commande l’extinction des moteurs, la séparation des étages, etc...

A l'étage principal, sont accolés deux boosters à  poudre. Nommés P230, ces propulseurs mesurent chacun 31 mètres de haut, 3 mètres de diamètre. Embarquant 237 tonnes de poudre, ils délivrent plus de 90 % de la poussée totale du lanceur au décollage. Leur durée de fonctionnement n'est que de 2 minutes. Après épuisement de la poudre, ils sont largués à  60 kilomètres d'altitude, au dessus de l'océan Atlantique.

Essais

Le premier tir eut lieu le 4 juin 1996 à  Kourou, mais le lanceur fut détruit après approximativement 40 secondes de vol. L'échec était dà» à  une erreur informatique, un programme provenant d'Ariane IV n'ayant pas été suffisamment re-testé. Il s'agit là  d'une des erreurs informatiques les plus coà»teuses de l'histoire. La conversion d'un nombre de 64 bits vers un nombre de 16 bits provoqua un dépassement. La routine de gestion de cette erreur avait été supprimée pour des raisons d'efficacité puisqu'à  l'époque, il a été prouvé que cette erreur était imposible sur Ariane IV, mais pas sur Ariane V...

Le second vol eut lieu le 30 octobre 1997. La mission parvint à  son terme, mais malheureusement, l'altitude désirée ne fut pas atteinte, par suite d'un mouvement de rotation du lanceur sur lui-même dont l'intensité avait été sous-estimée. Le troisième essai fut une réussite.

Le premier vol commercial eut lieu le 10 décembre 1999, avec la mise en orbite du satellite d'observation en rayons X XMM.

Un autre échec partiel eut lieu le 12 juillet 2001. A nouveau, deux satellites ne purent être placés sur l'orbite désirée. Artémis, le satellite de communication de l'ESA, atteignit son orbite définitive par ses propres moyens, en utilisant son combustible destiné aux corrections d'orbite, ainsi qu'une unité de propulsion ionique qui n'avait pas été conçue à  cet effet. Ceci nécessita une reprogrammation complète du programme de bord depuis le sol.

Le vol suivant n'eut lieu que le 1er mars 2002, avec la mise en orbite réussie du satellite environnemental de 8,5 tonnes Envisat, à  une altitude de 800 kilomètres.

Record

Dans la nuit du 17 au 18 juillet 2004, elle met en orbite le plus gros satellite de télécommunications du monde, le canadien Anik-F2, pesant 5 950 kilogrammes.