Accueil |

Auto-référence

 

L'auto-référence est la propriété, pour un système, de faire référence à  lui-même. La référence est possible lorsqu'on est en présence de deux niveaux logiques, un niveau et un méta-niveau. Cette situation se rencontre fréquemment en mathématiques, en philosophie, en programmation ou encore en linguistique.

Il y a hétéro-référence lorsqu'un mot (ou une phrase) se réfère à  un objet (ou une situation) du monde, par exemple : une encyclopédie. Il y a auto-référence lorsqu'un signe se réfère à  lui-même. Ainsi, la phrase : « Cette phrase compte cinq mots. Â» est auto-référente. Les phrases auto-référentes peuvent souvent être paradoxales ; ainsi : « Cette phrase est un mensonge Â» (paradoxe d'Epiménide) ne peut être classée vraie ou fausse.

Un autre exemple de situation auto-référentielle est celle de l'autopoà¯èse, car l'organisation logique produit la structure physique qui la réalise logiquement et la régénère.

Sommaire
1 L'auto-référence en philosophie
2 L'auto-référence en mathématiques
3 L'auto-référence en linguistique
4 Voir aussi
5 Bibliographie
6 Site(s) externe(s)

L'auto-référence en philosophie

Certains concepts ont un fort caractère auto-référentiel, par exemple

Ils renvoient à  eux-mêmes : on parle de miroir ontologique.

L'auto-référence en mathématiques

Kurt Gà¶del a révolutionné les mathématiques en 1931, en utilisant une variante du Paradoxe d'Epiménide pour prouver l'incomplétude de tous les systèmes mathématiques.

L'auto-référence en linguistique

Elle apparaît principalement pour les autonymess, c'est-à -dire les mots cités en tant que mots. Les autonymes doivent être marqués typographiquement pour être distingué du discours non auto-référent. Le soulignement peut être utilisé dans un texte manuscrit, l'italique dans un texte dactylographié. Par exemple : « le mot mot est un nom Â».

Voir aussi

Bibliographie

Site(s) externe(s)