Accueil |

Automatique

Cet article fait doublon avec un autre article. Il a été demandé de les fusionner sur la page de discussion.
Merci de n'y apporter aucune modification tant que cette fusion n'aura pas été effectuée et que ce message n'aura pas disparu.

L'automatique est la science qui traite de l'analyse et de la commande des systèmes dynamiques évoluant avec le temps. En d'autre mots de l'automatisation de tà¢ches par des machines fonctionnants sans intervention humaine.
La sortie désirée du système est nommée la consigne. Les hommes de l'art en automatique ou automatisme se nomment automaticiens.

Un exemple simple est celui du régulateur de vitesse dans une automobile qui permet de la maintenir à  une vitesse constante, prédéterminée par le conducteur. Dans ce cas, la consigne est la vitesse du véhicule.

L’automatique consiste donc à  commander un mécanisme en fonction d’une (ou plusieurs) consignes données par l’utilisateur ou encore un mécanisme ou un autre automatisme.

Sommaire
1 Schéma bloc
2 Les différents types de systèmes automatisé
3 Voir aussi

Schéma bloc

On schématise l’automatique par des schéma-bloc. Reprenons l’exemple du moteur automobile.

On le commande en choisissant le débit d’essence qui entre dans ce moteur. En réalité le taux d’air ajouté serait aussi à  prendre en compte mais on va simplifier fortement l’exemple. Le débit est directement lié à  la force appliquée sur le piston donc à  l’accélération du véhicule. Disons qu’elles sont proportionnelles (on néglige le frottement de l’air sur le véhicule).

On veut atteindre une certaine vitesse, 90 km/h par exemple. 90 km/h est la consigne, il faut la comparer à  la vitesse réelle.
La différence donne la variation de vitesse à  réaliser. On en déduit l’accélération à  demander au véhicule.
Connaissant le rapport entre l’accélération et le débit d’essence, on calcule le débit à  fournir au moteur pour s’approcher de la vitesse de consigne. Le compteur de vitesse prend alors la nouvelle valeur de la vitesse pour réitérer l’opération. De cette manière, lorsqu’on approche de la vitesse voulue, l’accélération diminue jusquâ€™à  s’annuler sans brutalité.
On obtient donc ce schéma.

En réalité, à  cause du frottement de l’air, il faut maintenir une certaine accélération pour lutter contre la résistance de l’air. Mais dans un cas idéal, une fois à  la vitesse voulue, on n’aurait plus à  accélérer.

Les différents types de systèmes automatisé

Systèmes continus

Systèmes discrets

Voir aussi