Accueil |

Clément Ader

Clément Ader (Muret 1841 - Toulouse 1925). Ingénieur français, précurseur de l'aviation.
Croquis de Eole
Clément Ader inventeur fécond ( les chenilles de chars, la transmission stéréophonique ou « théatrophone Â», l'aéroglisseur, le moteur V8Â…) et père de l'aviation moderne, a consacré une grande partie de sa vie à  la réalisation d'un rêve : le vol d'un plus lourd que l'air.

Ses études sur le vol des oiseaux le conduiront à  construire des prototypes dont les formes étaient inspirées d'une chauve-souris (la roussette, dont l'envergure peut atteindre 1m70). Il réalisa 3 appareils : l'Éole (l'Avion), le Zéphyr (Avion II) et l'Aquilon (Avion III) entre 1890 et 1897.

Son premier vol sur 50 mètres à  20 cm du sol eu lieu le 9 octobre 1890 dans le parc du chà¢teau de Gretz-Armainvilliers, aux commandes de l'Éole. Contacté par l'armée intéressée par le projet, Ader effectuera un deuxième vol à  bord de l'Eole au camp de Satory en septembre 1891, l'appareil impressionne positivement les militaires qui commandent à  Ader un second appareil. Ader commence alors la construction d'un second appareil, évolution du premier mais présentant des similitudes avec l'Eole : l'appareil est monomoteur, son moteur est un bicylindre à  vapeur ultra-léger de 20 ch et 35 kg. L'avion II (Zéphyr) ne sera pas achevé, mais servira de base à  l'avion III (Aquilon) qui est un bimoteur permettant d'éliminer les problèmes d'instabilités de l'Eole du aux effets de couple de la simple hélice. L'avion III effectuera un vol de 300 mètres devant un comité militaire le 14 octobre 1897 à  Satory, ce vol s'étant déroulé dans des conditions météorologiques très mauvaises, l'Avion III sera endommagé lors de son atterrissage. Le ministère de la guerre ne désirant plus financer Ader, celui-ci sera contraint d'arrêter ses recherches et la construction de ses prototypes ( l'Eole avait coà»té 200 000 FR de l'époque soit près de 8 millions de nos Euros)

Contraint au secret militaire, il ne parlera de ses vols qu'en 1906 après celui de Santos-Dumont à  Bagatelle, c'est à  cause de ce silence qu'est née la controverse entretenue par les partisans des frères Wright. Il meurt à  84 ans le 3 mai 1925 à  Toulouse après une reconnaissance nationale tardive, seul a survécu l'avion III qui est exposé à  Paris au Musée des Arts et Métiers. On lui doit outre le premier vol, l'invention du mot « avion Â», deux ouvrages sur l'aviation : « la première étape de l'aviation militaire française Â» et « L'aviation militaire Â», sans compter ses nombreuses inventions hors du champ de l'aéronautique.


Aéronautique | Aéronef | Aviateur | Histoire de l'aviation