Accueil |

Concorde

     

L'avion supersonique (SST) Aérospatiale-British Aerospace Concorde fut l'un des deux seul avion de ligne supersonique qui fut produit. La vitesse de croisière du Concorde est de Mach 2,04 à  une altitude de 15 650 mètres. Doté d'une aile delta (comme le Mirage 2000) gothique et de moteurs postcombustion développés dans un premier temps pour le bombardier britannique Avro Vulcan. Il fut aussi le premier avion civil à  être équipé de commandes de vol électriques, précedent les Airbus. Les vols commerciaux, qui ont commencé avec British Airways et Air France au dessus de l'océan Atlantique le 21 janvier 1976 et ont fini sur la même ligne le 24 octobre 2003, avec le 26 novembre de la même année le vol de la « retraite ».

Sommaire
1 Conception
2 Caractéristiques
3 Les vols réguliers
4 Accident de Gonesse
5 Le retrait du service
6 Liste des appareils et leurs histoires
7 Impacts culturels et politiques
8 L'avenir
9 Voir aussi

Conception

à€ la fin des années 1950 les entreprises aéronautiques britannique, française, américaine et soviétique veulent construire le premier avion civil supersonique.

Le français Sud Aviation et le britannique Bristol Aeroplane Company construisirent respectivement le Super-Caravelle et le Bristol 233. Ils étaient par ailleurs très financés par leurs gouvernements respectifs qui voulaient se séparer de la domination aérienne américaine. Mais dans les années 1960, les deux projets étaient déjà  bien avancé mais le coà»t des appareils ont fait que les états demandèrent aux deux entreprises de collaborer. Le projet de développement du futur Concorde fut donc plus un accord international franco-britannique qu'un accord commercial entre les constructeurs. Le traité de coopération dont les discussions ont durée environ un an fut signé le 29 novembre 1962. BAC (Britsh Aerospace) et Sud Aviation se partagèrent les coà»ts de l'appareil en lui même, Rolls-Royce et SNECMA firent de même pour construire le réacteur dérivé de l'Olympus britannique et baptisé Olympus 593. En réalité, les anglais se chargeaient de fabriquer le transatlantique alors que son homologue français se chargeait du moyen-courrier. Le consortium avait fixé des commandes pour plus de cent de ces nouveaux avions de ligne dont les principales compagnies aériennes de l'époque étaient Pan Am, BOAC et Air France qui commandaient alors six Concordes chacun.

Le Concorde fit le premier test de vol au dessus de Toulouse le 2 mars 1969 avec André Turcat aux commandes, secondé par Jacques Guignard, Henri Perrier et Michel Retif et durera 29 minutes. Son premier passage supersonique se fit le 1 octobre et Mach 2 un an plus tard. Étant donné que le programme d'essais en vol se déroulait sans incidents, cette version de développement appelé 001 commença les démonstrations destiné au grand public le 4 septembre 1971. Le 2 juin 1972 le second prototype 002 fit ses démonstrations dans le moyen et extrême Orient. Ceci amenèrent à  un nombre de commandes pour l'avion assez important puisque soixante-quatorze commandes ou options auraient été prévus par seize compagnies aériennes dont huit Nord Américaines. Cependant, une combinaison de facteurs, qui inclus la crise du pétrole des années 1970, les difficultés financières des compagnies aériennes, l'accident du concurrent direct soviétique Tupolev Tu-144 et encore les problèmes environnementaux comme le son du « boum » supersonique causa une baisse spectaculaire des commandes. Air France et British Airways devinrent les seuls acheteurs.

Les États-Unis ont annulé le projet de transporteurs supersonique commencé en 1971. Deux conceptions avaient été à  l'origine ; le Lockheed L-2000 qui ressemblait au Concorde et qui fut abandonné face au projet du Boeing 2707 qui était à  l'origine prévu pour être plus rapide que le Concorde et qui devait transporter trois cent passagers et qui enfin avait une voilure pivotante. Le gouvernement étasunien l'avait alors suggéré à  la France et au Royaume-Uni parce qu'une partie de la population américaine s'opposait au Concorde pour des raisons de pollution sonore. En réalité, le gouvernement étasunien ne voulait pas d'un avion européen mais n'avait pas de concurrent fiable à  proposer.

Les deux compagnies aériennes européennes ont commencé les vols de démonstration et d'essai à  de diverses destinations à  partir de 1974 pour avoir le soutient de la population. L'essai des Concorde enregistre 5 335 heures de vol sans problèmes, les appareils de pré production, et les premiers avions de production suivirent. Au total, 2 000 heures de test furent à  vitesse supersonique. Les 5 335 heures de test équivalent à  approximativement quatre fois les heures de test d'un avion commercial subsonique moyen ou long courrier.

Le Concorde recevra son certificat de navigabilité, le 10 octobre 1975. Toulouse pour la France et Filton pour le Royaume-Uni seront les deux seuls centres de production des appareils.

Le Concorde en quelques dates

Caractéristiques

,
26 novembre 2003]]

Caractéristiques générales

Améliorations technologiques utilisées

Beaucoup d'améliorations technologiques très communes dans les avions de ligne du XXIe siècle furent utilisées pour la première fois avec Concorde.

Pour optimiser la vitesse du Concorde, furent utilisés :

Pour l'optimisation du poids du Concorde, furent utilisés : Ces améliorations sur Concorde sont venues avec l'intégration d'Airbus dans le consortium, et plusieurs de ces dispositifs sont maintenant des équipements standards dans les avions de ligne d'Airbus. Par ailleurs, la Snecma commença à  construire des moteurs pour l'aviation civile pour Concorde, et l'expérience qu'elle eut avec Concorde lui donna l'expertise technique nécessaire à  l'établissement de la co-société CFM international avec General Electric, qui produisit avec succès le moteur CFM56.

Les premiers associés, BAC (qui devint BAe Systems) et Aérospatiale (qui devint EADS), sont les copropriétaires de Concorde. La responsabilité a été transférée à  Airbus lorsque l'entreprise qui regroupe BAe Systems et EADS fut fondée.

Les vols réguliers

Historique des vols commerciaux

Les premiers vols commerciaux ont commencé le
21 janvier 1976 sur les trajets Londres-Bahreà¯n et Paris-Rio de Janeiro. Le congrès des États-Unis avait interdit l'atterrissage des Concorde sur le territoire des États-Unis à  cause des manifestations de la population au sujet du « boom » supersonique. Ceci gêna les compagnies qui voulaient faire des trajets transatlantiques.

Lorsque l'interdiction fut relevé en février de la même année pour les vols supersonique au-dessus des eaux territoriales, New York a immédiatement interdit le survol local au Concorde. Avec le peu de choix qu'elles avaient en destinations, Air France et British Airways ont commencé les transatlantiques avec Washington, DC le 24 mai. Finalement, en 1977, les nuisances sonores que les New Yorkais devaient subir ont laissé place aux avantages de Concorde, et la liaison Paris et London vers l'aéroport New Yorkais John F. Kennedy commença le 22 novembre 1977.

Le temps de vol moyen sur l'un ou l'autre itinéraire était environ de trois heures et demi. Jusqu'en 2003, Air France et British Airways ont continué à  avoir des liaisons quotidiennes avec New York. En plus, Concorde a volé vers la Barbade pendant la saison de vacances d'hiver et, de temps en temps, aux destinations de Rovaniemi ou de la Finlande. Le 1er novembre 1986, un Concorde fit le tour du monde en trente-et-une heures et cinquante-et-une minutes.

Pendant une période brève en 1977, puis de 1979 à  1980, British Airways et Singapore Airlines partagèrent un Concorde pour les vols entre Bahreà¯n et l'aéroport international de Changi. L'appareil renommé « G-BOAD », fut peint aux couleurs de la compagnie singapourienne sur le flanc gauche et aux couleurs de la compagnies britannique du cà´té droit. Le trajet fut stoppé après les trois premiers mois parce que le gouvernement malaisien se plaignait des nuisances sonores: le trajet fut réutilisé lorsque une nouvelle route qui ne passait pas dans l'espace aérien malaisien fut ouverte. Cependant, l'Inde refusa que le Concorde atteignit la vitesse supersonique dans son espace aérien, ainsi l'itinéraire fut par la suite déclaré inutilisable.

De 1979 à  1980, Braniff International loua deux Concorde, l'un appartenait à  British Airways et l'autre à  Air France. Ils furent utilisés pour faire des vols réguliers entre l'aéroport Fort Worth de Dallas à  l'aéroport John F. Kennedy. Pour des raisons de légalité, les avions utilisé par Braniff étaient enregistrés dans les deux états (Texas, New York mais aussi dans les deux états d'origine (France, Royaume-Uni: cela fit que Braniff mit des autocollants avec les enregistrements états-uniens au-dessus des enregistrements européens. Sur les vols DFW-JFK, le Concorde a eu des équipages de vol de Braniff, bien que la maintenance fut assurée par les français et les britanniques. Cependant, les vols n'étaient pas profitables pour Braniff car ils étaient habituellement réservé à  moins de 25%, ce qui força Braniff à  stopper ses vols avec Concorde.

Liste des destinations des Concorde

(AF) correspond aux vols Air France (validité : 98)

Royaume Uni
Aberdeen
Belfast
Birmingham
Boscombe Down
Bournemouth
Brize Norton
Cardiff
Coltishall
Derby (AF)
East Midlands
Edinburgh
Exeter
Fairford
Farnborough
Filton
Finningley
Gatwick
Glasgow
Hatfield
Heathrow
Humberside
Kinloss
Leeds
Leuchars
Liverpool
Luton
Macrihanish
Manchester
Manston
Mildenhall
Newcastle
Prestwick
St Mawgan
Stansted
Teeside
Yeovilton
Afrique
Abidjan
Agadir (AF)
Antanarivo (AF)
Aswan
Bamako (AF)
Bujumbura (AF)
Cairo
Capetown
Cartagene (AF)
Casablanca
Conakry (AF)
Dakar
Djerba (AF)
Douala (AF)
Djibouti (AF)
Harare
Johannesburg
Kigali (AF)
Kinshasa (AF)
Kilimanjaro
Lagos (AF)
Lome (AF)
Libreville (AF)
Lusaka (AF)
Luxor
Marrakesh
Mauritius (AF)
Moroni (AF)
Mombasa
Nairobi
Ouagadougou (AF)
Reunion (AF)
Robertsville (Monrovia)
Seychelles (AF)
Tangier (AF)
Tozeur (AF)
Tunis (AF)
Yamoussoukro (AF)
Amérique
Abbotsford
Acapulco
Albany
Andrews AFB (AF)
Anchorage (AF)
Antigua
Aruba
Asheville
Atlanta
Atlantic City
Austin (Texas)
Baltimore
Bangor
Barbados
Barreirinhas (AF)
Battle Creek
Bermuda
Boston
Brasilia (AF)
Bogota (AF)
Buenos Aires (AF)
Buffalo
Calgary
Caracas
Cayenne (AF)
Charleston
Chicago (AF)
Cincinnati
Cleveland
Colorado Springs
Columbus
Dayton
Denver
Detroit
Edmonton
Fort-de-France (AF)
Fort Lauderdale
Fort Myers
Goose Bay
Grand Cayman
Hampton (AF)
Harrisburg
Hartford/Springfield
Havana (AF)
Honolulu
Houston Ellington
Houston Intnl
Iguassu (AF)
Indianapolis
Jackson
Jacksonville
Kailua-Kona
Kansas City
Kingston
Las Vegas
Lexington
Lima
Little Rock
Llanbedr
Lubbock
Mexico City
Miami
Midland-Odessa
Moncton (AF)
Montego Bay
Montevideo (AF)
Montreal
Nashville
Nassau
Newburg Stewart
New Orleans
Newport
New York
Oakland
Oklahoma City
Omaha
Ontario (USA)
Orlando
Oshkosh
Ottawa
Papeete (AF)
Philadelphia
Phoenix
Pittsburgh
Pointe-a-Pitre (AF)
Port-au-Prince (AF)
Portland
Port of Spain
Providence
Puerto Rico
Quebec (AF)
Raleigh
Recife (AF)
Regina (AF)
Océanie
Auckland
Brisbane
Christchurch
Darwin (AF)
Easter Island (AF)
Fiji
Hao (AF)
Jakarta (AF)
Learmonth
Mururoa (AF)
Noumea (AF)
Perth
Sydney
Europe
Aarhus (AF)
Aalborg (AF)
Abu Dhabi (AF)
Albacete (AF)
Amman
Amsterdam
Ancona
Ankara (AF)
Aqaba
Athens
Badajoz (AF)
Baikonour (AF)
Bahrain
Barcelona
Basel
Bastia (AF)
Beauvais (AF)
Beirut (AF)
Bergen
Berlin
Biarritz (AF)
Billund
Bologna
Bordeaux
Bratislava
Brest (AF)
Brussels
Budapest
Cambrai (AF)
Charleroi (AF)
Chateauroux
Clermont-Ferrand (AF)
Cologne
Copenhagen
Dijon (AF)
Dhahran
Dubai (AF)
Dublin
Epinal (AF)
Faro
Frankfurt (AF)
Geneva
Graz
Grenada
Grenoble (AF)
Gothenburg (AF)
Hamburg (AF)
Hanover
Haifa (AF)
Helsinki
Ibiza (AF)
Istanbul
Ivalo (AF)
Jeddah
Kangerlussuaq(Sondrestrom)
Keflavik
Klagenfurt (AF)
Kish (AF)
Kuwait
Lajes (AF)
Lanzarote (AF)
Larnaca
Las Palmas (AF)
Leipzig
Liege (AF)
Lille (AF)
Linz
Lisbon
Luxembourg
Lyon (AF)
Madrid
Malaga
Malta (AF)
Marseille (AF)
Metz (AF)
Milan Linate
Milan Malpensa
Montpellier (AF)
Moscow
Mulhouse (AF)
Munich
Munster
Muscat (AF)
Nantes (AF)
Nice
Novossibirsk (AF)
Nuremherg (AF)
Oporto
Oslo
Ostend (AF)
Patina
Paris CDG
Paris Orly
Paris Le Bourget
Pescara
Pisa
Poitiers
Prague
Reins (AF)
Riyadh
Rome Fiumicino
Rovaniemi
Sana’a (AF)
S-J de Compestella (AF)
St Petersburg
Salzburg
Seville
Stavanger
Stockholm
Strasbourg
Tarbes (AF)
Tenerife
Tel Aviv
Toulouse
Tours
Turin
Turku (AF)
Vasteras
Valladolid (AF)
Venice
Vichy (AF)
Vienna
Warsaw
Asie
Bali
Bangkok
Bangui (AF)
Beijing
Bombay
Calcutta
Chiang Mai (AF)
Colombo
Dacca (AF)
Delhi
Denpasar (AF)
Djakarta
Guam
Hong Kong
Islamabad (AF)
Kathmandu (AF)
Kuala Lumpur
Madras
Nagasaki (AF)
Osaka/Kansai (AF)
Singapore
Tashkent
Tehran (AF)
Tianjin (AF)
Tokyo (AF)

 

Aéroports de déroutement
Atlantic City
Bangor
Boston
Cardiff
Gander
Gatwick
Halifax
Lajes
Montreal
Newark
Shannon
Windsor Locks

Accident de Gonesse

Le Concorde, désigné comme étant l'avion de ligne le plus sà»r au monde, ne laissait pas présager un accident. Avant l'accident de Gonesse, il n'avait jamais eu d'avaries graves mais un incident similaire s'était produit à  Washington en 1979. Mais le 25 juillet 2000, le F-BTSC du vol 4590 d'Air France décolla de l'aéroport Charles de Gaulle puis s'écrasa quelques minutes après le décollage sur un Hà´tel à  Gonesse provoquant la mort de 113 personnes.

Voir l'article détaillé vol 4590 d'Air France.

L'accident fut à  l'origine de nouvelles modifications sur le Concorde. Les contrà´les électriques furent améliorés, du kevlar entoura les réservoirs d'essence (au nombre de 13 sur Concorde), et des pneus plus résistants lui furent monté, notamment grace à  Michelin qui développa les fameux pneus "NZG". Les deux itinéraires furent ré ouvert le 7 novembre 2001. Malgré cela, l'avenir du Concorde paraissait plus restreint.

Il est à  noter que d'après les conclusions de l'enquête du Bureau enquête et accident (BEA), Concorde reste pour la postérité l'avion le plus sà»r au monde. En effet, aucun exemplaire de cet appareil ne s'est écrasé pour des raisons internes à  l'avion. L'accident du 25 juillet 2000 est dà» à  une intervention extérieure (la lamelle métallique de l'avion précédent).

Le retrait du service

Le 10 avril 2003 British Airways et Air France ont simultanément annoncé le retrait de leurs Concorde pour l'année suivante. Les raisons invoquées étaient la baisse du nombre de passagers depuis l'accident de gonesse le 25 juillet 2000 et le coà»t élevé de maintenance.

Dans le même temps Sir Richard Branson offrait la somme d'une livre sterling pour acheter un appareil à  British Airways qui aurait servi dans la Virgin Atlantic Airways, mais cette offre fut refusée. Il a plus tard écrit dans The Economist (du 23 octobre 2003) que l'offre finale était de cinq million de livre sterling et qu'il voulait utiliser le Concorde pendant encore de nombreuses années. Cette offre était surtout destinéee à  faire de la publicité, Airbus ayant refusé de toute manière de continuer à  livrer des pièces de rechanges pour Concorde.

Air France

Le dernier vol de Concorde avec Air France décolla New York JFK et atterri à  Paris le 31 mai 2003 à  17h45. Les camions de pompier ont arrosé l'avion comme de coutume sur la piste de l'aéroport John F. Kennedy alors qu'à  Paris, 15 000 personnes l'attendaient. La fin de l'aventure Concorde avec Air France fut marqué par une remise de gaz à  Roissy et un vol au-dessus du golfe de Gascogne à  vitesse supersonique.

Une enchère a par ailleurs eu lieue au Christie's de Paris le 15 novembre 2003, 1 300 personnes étaient présentes pour acheter des pièces et des photos des moments important dans la vie du Concorde. Parmi ces pièces, certaines ont vu leurs valeurs multipliées par dix et plus par rapport à  celles prévues.

British Airways

Le dernier Concorde de British Airways décolla de Barbade le 30 aoà»t 2003.

La dernière semaine de vols de démonstration du Concorde se fit au-dessus de Birmingham le 20 octobre, à  Belfast le 21, Manchester le 22, Cardiff le 23, et Édimbourg le 24. Chaque jour, l'avion partait de la ville de Heathrow et allait jusqu'aux villes concernées en volant à  basse altitude en vol subsonique. Il y eu environ 650 personnes ayant gagné à  un concours et 350 personnes invitées qui volèrent dans ce Concorde.
Dans la soirée du 23 octobre 2003, Élisabeth II consenti à  éclairer le chà¢teau de Windsor parce que le Concorde passa au-dessus de ce chà¢teau au décollage qui s'effectua à  Londres. Ce fut pour le Concorde un honneur suprême car seul quelques avions des principaux chefs d'états ont droit à  ce privilège.
British Airways retira officiellement l'avion le jour d'après, le 24 octobre. Cette sortie définitive se fit avec l'un des Concorde qui quitta New York avec une fanfare similaire à  celle que connue celui d'Air France, tandis que simultanément deux avions paradaient, l'un au-dessus du golfe de Gascogne pour Air France, et l'autre au-dessus d'Édimbourg pour British Airways. Les trois avions avaient la permission spéciale de voler à  basse altitude. Les deux Concordes (qui faisaient des tours) ont atterri respectivement à  16:01 et 16:03 à  l'heure anglaise et celui venant de New York à  16:05. Chacun des avion trois a alors passé 45 minutes en roulant au sol autour de l'aéroport avant de débarquer les derniers passagers civils d'un vol supersonique. Le pilote du vol New York/Londres fut Mike Bannister, qui fut aussi le pilote du premier vol commercial d'un Concorde aux couleurs de British Airways qui eu lieu en 1976.

Les passagers du dernier vol transatlantique:

Il y eut par la suite une enchère des pièces d'un Concorde de British Airways qui se déroula le 1 décembre 2003 au centre d'exposition d'Olympia dans le quartier Kensington de Londres. Les articles vendus étaient hétéroclites et ont inclus un compteur de mach, le cà´ne du nez, les sièges du pilote de Concorde et des passagers et même des couverts, des cendriers et des couvertures utilisés à  bord de l'appareil. Environ 1 129 080 Euro (750 000 Livre anglaise) ont été récolté, dont 752 720 Euro (500 000 Livre anglaise) furent donné à  l'association 'Get Kids Going!' qui donne aux enfants handicapés et aux jeunes l'occasion de participer à  du sport.

Liste des appareils et leurs histoires

Seulement vingt Concordes furent construit, six pour le développement et quatorze pour les vols commerciaux.

Ils étaient:

Tous sauf deux sont préservés. Soit 90% des appareils ne sont, pour l'instant, pas détruit. En aéronautique, cela est très rare.

Prototypes

Appareils de pré-production

Appareils de production non-commerciaux

Production française

Sept avions commerciaux furent à  l'effigie d'Air France :


 
    
    



    Erreur
    
    
    
    
    
    
    
  
  
    

Mauvais titre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le titre de la page demandée est invalide, vide ou le lien interlangue est invalide

Revenir à  la page Accueil.

Attention : Tout ou partie de ce texte nécessite d'être traduite. Si vous connaissez cette langue, n'hésitez pas !

Merci pour le wikipédia.

Production britannique

Sept avions commerciaux furent à  l'effigie de British Airways :

Impacts culturels et politiques

The aeroplane remains a powerful symbol of ultra-modern technology although 34 years old, and many people appreciate its sculptural shape. It is a symbol of national pride to many in Britain and France - in France it was thought of as a French aircraft, in Britain as British.

The reaction of people to the prospect of severe overflying noise also represented a socially important change. Prior to Concorde's flight trials the developments made by the civil aviation industry were largely accepted by developed democratic governments and their electors. The popular backlash (particularly on the eastern seaboard of the USA) against the noise of Concorde represented a political turning point and thereafter scientists and technologists in many industries began to take environmental and societal impacts more seriously, accepting that scientists, powerful investors and governments could not always dictate the parameters of debate and allow their narrow economic or career interests to prevail.

From this perspective, Concorde's great technical leap forward can be viewed as triggering a cultural leap forward and a boost to the public's (and the media's) understanding of conflicts between technology and natural ecosystems that continues to reverberate around the world. Thus, the fact that many larger jetliners now produce fewer harmful emissions and smaller noise footprints than Concorde is, perhaps, part of the Concorde's legacy. In France the use of acoustic fencing alongside TGV tracks may be another outcome that might not have been achieved without the 1970's furore over aircraft noise. In Britain the CPRE have issued tranquility maps since 1990 and public agencies are starting to do likewise.

A regular ticket on Concorde was a privilege of the rich, but special circular (non-landing) or one-way (with return by coach or ship) charter flights were arranged to bring a trip within the means of moderately well-off enthusiasts. An over-flying example was usually referred to by the British as simply "Concorde" and the French as "the Concorde" (rather than "a Concorde"), as if there was only one.

A plane from the BA fleet made occasional flypasts at selected Royal events, major airshows and other special occasions, sometimes in formation with the Red Arrows. On the final day of commercial service, grandstands were erected at London Heathrow for the public to watch the final arrivals, and there was extensive media coverage.

L'avenir

En novembre 2003, la compagnie EADS composante d'Airbus annonça qu'elle travaillait avec des compagnies aériennes japonaises pour développer un avion plus grand et plus rapide que Concorde article BBC (en anglais).

Voir aussi

Liens externes

  Site de fans
  Site du club Concorde
  Fiche Concorde provenant de l'Encyclopédie en ligne de l'aviation