Accueil |

Critias

Cet article porte sur le personnage historique. Pour le dialogue de Platon qui porte son nom et évoque l'Atlantide, voir Critias (dialogue de Platon).

Sommaire
1 Le personnage
2 Sa vie
3 Ses œuvres
4 Sisyphe de Critias (extrait)

Le personnage

Né sans doute entre -450 et -460, mort en -403, Critias (en grec Κριτίας Krità­as) fut un homme politique, un philosophe, un orateur et poète athénien. Cousin de Platon, il figure au début du Timée et dans le Critias (cette identification est cependant contestée : il pourrait s'agir de son père, nommé lui aussi Critias), ainsi que dans le Charmide. Issu d'une famille aristocratique, il était connu pour sa beauté, son intelligence, son énergie et son activité en tous les domaines à  la fois. Il fut formé par les Sophistes, mais fit aussi partie des disciples de Socrate. Cela figura, d'ailleurs, parmi les motifs de la condamnation à  mort du philosophe.

Sa vie

Il semble que Critias ait commencé sa carrière politique parmi les partisans d'
Alcibiade et qu'il ait agi pour que celui-ci puisse rentrer de son bannissement. Sans doute fut-il lui aussi ostracisé : d'après Xénophon, il aurait mené alors une vie aventureuse en Thessalie.

Rentré à  Athènes, comme les autres exilés politiques, lors de la défaite de 404, il fit partie du groupe de trente Athéniens chargés par les Spartiates d'élaborer une constitution oligarchique mettant fin au régime démocratique. Cette commission s'étant transformée en tyrannie (connue sous le nom de Tyrannie des Trente), Critias prit un fort ascendant sur ses collègues et fit exécuter celui qui, jusque là , en était le chef, Théramène. Il fut l'un des principaux responsables des massacres commis par la tyrannie. Parmi les décrets qu'il prit, figure l'interdiction d'enseigner la rhétorique, ce qui peut paraître étonnant de la part d'un élève des sophistes, mais peut-être voulait-il réserver cet art à  ceux qui détenaient le pouvoir. Il mourut en 403 lors d'un combat contre les démocrates qui tentaient de reprendre la ville.

Ses œuvres

On ne possède plus de son œuvre littéraire que quelques fragments. L'un d'eux, un discours prononcé par Sisyphe dans une tragédie (voir l'extrait ci-dessous), affiche un athéisme rationaliste qui est bien dans l'esprit des sophistes de l'époque. Il faut songer cependant que les opinions professées par un personnage de théà¢tre ne sont pas forcément celle de l'auteur. Il reste aussi des fragments d'études que Critias avait rédigées sur la constitution de certains états grecs, des poèmes, mais plus rien des discours. On sait aussi qu'il avait composé des ouvrages philosophiques sous forme de dialogue et l'on s'est demandé s'il n'avait pas été en cela l'inspirateur de Platon.

Sisyphe de Critias (extrait)

« Il fut un temps o๠la vie des hommes était sans règle, comme celle des bêtes et au service de la force, o๠les hommes honnêtes n'avaient nulle récompense, ni les méchants, non plus, de punition. Je pense que c'est plus tard que les hommes établirent des lois punitives pour que la justice fà»t reine sur le genre humain et qu'elle maintînt les débordements en esclavage : on était chà¢tié chaque fois qu'on commettait une faute. Plus tard, encore, comme les lois empêchaient les hommes de mettre de la violence dans les actes commis ouvertement, mais qu'ils en commettaient en cachette, c'est alors, je pense, que, pour la première fois, un homme avisé et de sage intention inventa pour les mortels la crainte de dieux, en sorte qu'il y eà»t quelque chose à  redouter pour les méchants, même s'ils cachent leurs actes, leurs paroles ou leurs pensées. Voilà  donc pourquoi il introduisit l'idée de divinité, au sens qu'il existe un être supérieur qui jouit d'une vie éternelle, qui entend et voit en esprit, qui comprend et surveille ces choses, qui est doté d'une nature divine : ainsi, il entendra tout ce qui se dit chez les mortels et sera capable de voir tout ce qui se fait. Si tu médites en secret quelque forfait, celui-ci n'échappera pas aux dieux, car il y a en eux la capacité de le comprendre. Â»


Les Présocratiques
École milésienne | Thalès de Milet | Anaximandre | Anaximène | Pythagore | Philolaos | Héraclite | Parménide | Xénophane | Anaxagore | Timée de Locres | Empédocle d'Agrigente | Zénon d'Élée | Les Sophistes | Protagoras d'Abdère | Prodicos de Céos | Gorgias | Les atomistes | Leucippe | Démocrite | Critias