Accueil |

Donjons et Dragons

      


Cet article fait partie de la série
Jeu de rà´le
Liste de jeux de rà´le
Liste d'éditeurs
Systèmes de jeux de rà´le
RPG
Univers
Mondes imaginaires
Science-fiction
Fantastique
Jeux connexes
Jeu d'aventure
(jeu vidéo)
Grandeur nature
(semi-réel)
Jeu de cartes à  collectionner
Jeu de société
jeu en ligne
(MMORPG)
Jeu de figurines
Livre-jeu
Murder party
Wargame
Autre acception
Jeu de rà´le (psychologie)

Donjons et Dragonsâ„¢ (Dungeons & Dragonsâ„¢ en anglais), ou D&Dâ„¢, est un jeu de rà´le créé par E. Gary Gygax dans les années 1970. C'est en fait le premier jeu de rà´le. Gygax fonda par ailleurs la société d'édition TSR® (Tactical Studies Rules).

Le jeu se déroule dans un univers médiéval-fantastique, fortement inspiré du Seigneur des Anneaux de Tolkien et de Conan le barbare de Robert E. Howard. Il utilise un système de classes.

Il a connu plusieurs éditions successives :

Les 2e et 3e éditions ne comprennent que l'équivalent des règles avancées de la 1re édition (AD&Dâ„¢).

Le meneur de jeu se nomme « maître du donjon » (dungeon master). Les scenarii étaient appelés « modules » ; lorsque l'on va jouer, on utilise l'expression « se faire un donj' ».

Sommaire
1 Les mondes de Donjons et Dragons
2 Les règles
3 Produits dérivés
4 Liens externes

Les mondes de Donjons et Dragons

De nombreux mondes ont été développés par divers éditeurs et diverses revues (par exemple Laelith du journal Casus Belli ou les Terres Balafrées de l'éditeur Sword and Sorcery). TSR® a quant à  lui édité officiellement plusieurs mondes :

Il faut aussi souligner une campagne, Lancedragon (Dragonlance), qui a également donné lieu à  une série de romans. C'est une campagne un peu à  part, o๠les personnages prennent part à  de grands changement de leur monde ; ils progressent de niveau en fonction de l'avancement de l'aventure, et non pas en fonction des points d'expérience collectés.

Les règles

Les règles étant assez différentes d'une édition à  l'autre, celles-ci sont présentées séparément.

AD&D — Règles avancées, 1re édition

Les ouvrages

AD&Dâ„¢ (Advanced Dungeons & Dragonsâ„¢) se compose de trois livres de base :

D'autres livres n'ont pas été traduits en français et enrichissent cette gamme :

Les personnages

Le système de jeu est un système à  classe et niveaux très fermé. Un personnage est définis par :

Les caractéristiques et l'espèce déterminent si le joueur peut choisir telle ou telle espèce et telle ou telle classe pour son personnage ; elles sont déterminées aléatoirement par 3d6, avec plusieurs manières d'effectuer le tirage (par exemple on tire 4d6 et on enlève le dé le plus faible).

Seuls certaines classes peuvent entreprendre certaines actions, et les chances de résolution de ces actions spécifiques sont déterminée par un tableau, en fonction du niveau. Ainsi, seuls les voleurs et assassins peuvent tenter de frapper un adversaire par surprise dans le dos (le fameux backstab), et les chances de réussir ce coup est déterminer par le niveau du voleur ou de l'assassin, dans une table. La classe limite le matériel utilisable (par exemple seuls les magiciens peuvent utiliser certains objets magiques, mais ils ne peuvent pas porter d'armure lourde).

L'alignement

L'alignement est un des concepts fondamentaux de Donjons et Dragonsâ„¢. L'alignement est l'orientation philosophique du personnage, sa position vis-à -vis du bien et du mal, de la loi et du chaos. Outre le comportement général et les relations avec les autres êtres, l'alignement détermine aussi

La bien et le mal ne sont pas que des valeurs morales, ce sont des forces cosmiques qui s'affrontent. Les personnages bons font passer l'intérêt collectif avant leur intérêt personnel, sont du cà´té des faibles et font preuve d'altruisme. Les personnages mauvais font usage de violence pour arriver à  leur fin, ils aiment infliger la souffrance et la mort. Les personnages neutres vis-à -vis du bien et du mal considèrent que bien et mal sont deux facettes d'une même réalité, que les deux tuent de toute manière, et que la nature agit sans jugement moral (les animaux tuent pour manger ou se défendre, la maladie frappe à  l'aveugle).

La loi et le chaos sont également des forces cosmiques. Les personnages loyaux sont francs et honnêtes, ils respectent la paroles donnée, l'ordre, la tradition, les règles et la hiérarchie. Les personnages chaotiques sont des personnages épris de liberté, des individualistes, voire des anarchistes. Les personnages neutres vis-à -vis de la loi et du chaos considèrent que ces deux forces sont nécessaires : le chaos est la force créatrice, le changement permanent, mais sans l'ordre, cela reste un bouillon informe ; la loi permet de canaliser cette puissance brute et sauvage et d'apporter l'innovation, mais un excès de loi amène à  un immobilisme, à  l'impossibilité d'évioluer et de s'adapter, à  la sclérose, c'est-à -dire à  la mort.

Une horde de brigands sans foi ni loi pillant, tuant et violant est composée de personnages chaotiques mauvais. Les membres d'une dictature répressive sont des loyaux mauvais. Les membres d'un ordre de chevaliers hospitaliers Å“uvrant pour la défense des faible et soutenant les pauvres est composé de personnages loyaux bons. On attend d'un juge qu'il soit loyal neutre. L'ermite reclus dans la montagne est un personnage neutre, de même que les animaux, dépourvus de jugement moral et agissant à  l'instinct.

Mais l'appartenance à  un alignement ne dicte pas la totalité du comportement. Ainsi, un personnage loyal peut utiliser la ruse, un personnage bon peut être cupide... L'alignement est plutà´t une aura que dégage le personnage, aura à  laquelle sont sensibles certains êtres (dont les dieux), certains sorts et certains objets magiques.

La magie

La magie est simple et expéditive. Les magiciens et illlusionnistes ont des sort inscrits sur leur livre de sorts ; ils doivent apprendre les sorts en méditant sur leur livre (le nombre pouvant être appris par jour est limité). Lorsqu'ils lancent le sort, celui-ci est oublié. Après une nuit de sommeil, ils peuvent réapprendre des sorts le lendemain. Les clercs, les druides et les paladins prient leur dieux pour que ceux-ci leurs accordent des pouvoirs pour la journée. Ils choisissent donc un certain nombre de sorts qu'ils peuvent lancer dans la journée. Les rangers peuvent apprendre des sorts de magicien et de druide. La plupart des sorts nécessitent des composantes matérielles, une gestuelle et des incantations.

Le combat

Les règles de combat sont simples et dynamiques. Le combat se divise en périodes de mêlée, ou round, d'une minute ; un round correspond donc à  plusieurs passes d'arme, synthétisées par un jet de dé unique. L'initiative est déterminée aléatoirement ; il ne s'agit pas de savoir qui frappe le premier, puisque le round dure une minute, mais qui prend l'avantage durant le round et inflige le premier les dégà¢ts.

Les chances de toucher sont déterminées par la classe et le niveau de l'attaquant d'une part, et par l'armure portée par le défenseur. L'efficacité de l'armure est synthétisée par un nombre appelée classe d'armure (CA), qui prend en compte la protection contre les coups et la gêne à  l'esquive et qui varie entre 10 (vêtements normaux) et 2 (armure de plates complète et bouclier) pour les armures non magiques ; la CA est modifiée par l'habileté du défenseur, sauf s'il est surpris. La classe et le niveau de l'attaquant déterminent la probabilité de toucher une armure de classe 0 (TACO), le TACO est modifié par la force (sauf pour les armes de jet) ; par exemple, un guerrier de niveau 5 a une TACO de 16 (hors modificateur de force). Le coups porte si l'attaquant fait plus que la différence TACO-CA avec 1d20. Si les coups portent, les dégà¢ts sont déterminés aléatoirement en fonction de l'arme (par exemple 2d4 pour une épée large) et sont retirés des points de vie du défenseur.

La santé

La santé est représentée par les points de vie. Ceux-ci représentent la vitalité, mais aussi la protection accordée par les divinités et les esprits aux héros. Ceci explique que les points de vie augmentent avec la progression du personnage. Lorsqu'un personnage monte de niveau, le joueur jette un dé (appelé "dé de vie") et ajoute cette valeur aux points de vie qu'il a déjà . Le type de dé dépend de la classe (de 1d4 pour les magiciens et voleurs à  1d10 pour les guerriers).

Lorsque les personnages subissent une agression autre qu'une attaque (par exemple empoisonnement, maladie, traumatisme, attaque magique...), ils font un jet dit "de sauvegarde" pour savoir s'ils échappent aux dégà¢ts ou si au moins ils peuvent les réduire. Les chances de réussite dépendent... de la classe et du niveau, ainsi que du type d'agression.

Les points de vie perdus (par , malédiction...) peuvent être regagnés par des soin (naturels ou magiques), sans qu'ils puissent excéder leur niveau de départ.

La progression

Un personnage monte de niveau lorsqu'il a accumulé suffisamment de point d'expérience. Les points d'expérience sont gagnés lorsque le personnage tue un monstre ou bien amasse des trésors. Pour monter de niveau, il faut également dépenser une somme d'argent, correspondant au don à  la guilde ou au temple, au paiement de professeurs...

Un personnage multiclassé doit faire progresser toutes ses classes en parallèle.

Commentaire

On a souvent accusé le système de promouvoir des types de jeu stéréotypés, basés sur l'accumulation de puissance (grosbillisme), et des scénario simplistes au possible (les fameux PMT, "porte-monstre-trésor", ou dungeon crawling).

En fait, entre les mains d'un maître de donjons créatif, la simplicité des règles permet de faciliter le souffle épique. Si les joueurs prennent plaisir à  interpréter leur personnage (roleplay), le système de classe permet de composer des équipes équilibrées et de se concentrer sur la personnalité plutà´t que sur les capacités (qui sont fixées).

Mais il est vrai que dans leur présentation, les règle ne parlent nulle part d'interprétation et de richesse créatrice. Au contraire, elle présentent des tables de génération aléatoire de donjon et des table de monstres errants (monstre aléatoire errant sans but dans un lieu aléatoire...), le Manuel des monstres ne décrit pas les mÅ“urs des animaux mais précise le prix auquel on peut revendre leur peau...

AD&D 2e édition

D&D 3e édition

Dans la troisième édition, le nom du jeu n'est pas traduit en français, le nom officiel est donc Dungeons and Dragons® 3e édition. Le Manuel du joueur suffit pour comencer à  jouer (il contient les règles de combat et de résolution d'action en général). Certains manuels (pour l'instant le Manuel du joueur, le Guide du maître et le Manuel des monstres) ont déjà  été réédités dans une édition 3.5, améliorée et entièrement compatible avec la version 3 ; si l'on commence, autant acheter ces versions, par contre, elles sont superflues si l'on possède déjà  les manuels, même s'ils sont de meilleure qualité.

Le système est le D20 System ; c'est aussi un système à  classes, mais plus souple, avec des compétences ; comme Rolemaster et le système Palladium, le fait d'appartenir à  une classe permet d'acquérir plus facilement certaines compétences. Le système a été unifié, tout se règle avec le jet d'un dé à  vingt faces : l'action réussit si

1d20 + bonus - malus ≥ degré de difficulté (DD)
Cependant, il n'existe pas de table générique pour déterminer le DD, il faut donc piocher dans les paragraphes décrivant les différentes actions. La classe d'armure (CA) représente maintenant de le degré de difficulté pourtoucher le personnage (donc contrairement à  la 1re édition, plus elle est élevée, plus le personage est protégé).

Concernant le combat, la CA est de 10 de base, auquel on rajoute les bonus dus à  la dextérité, l'armure, le bouclier, la taille, la magie, l'armure naturelle(écailles, cuir,etc.). Quant au bonus à  l'attaque, il est calculé selon le bonus de base (qui est différent selon le niveau et la classe), auquel on ajoute les bonus dus à  la force, aux dons du personnage, à  la taille, aux objets magiques ou sorts... L'attaque porte donc si

1d20 + bonus à  l'attaque ≥ CA du défenseur

Il y a de nouvelles classes, dont le barbare, qui est celui qui a le plus de points de vie (1d12 à  la création). Outre les compétences, les personnages peuvent acquérir des dons en progressant ; les dons sont des capacité particulières (par exemple combat à  deux armes).

Produits dérivés

Liens externes