Accueil |

Droit de la fonction publique

  1. REDIRECT

On distingue deux grands domaines d'activité administrative : la police administrative et l'activité de prestation de service.

La police administrative consiste à  prendre les mesures nécessaires au maintien ou au rétablissement de l'ordre publicc c'est à  dire à  la tranquillité, la sécurité, la salubrité publique, la moralité publique(1959), et au respect de la personne humaine (1995).

L'activité de prestation de service comprend les services publics administratifs (S.P.A.) et les services publics industriels et commerciaux (S.P.I.C.). Service Public : une activité constitue un service public quand elle est assurée ou assumée par une personne publique en vue d'un intérêt public(R.Chapus). Activité d'intérêt général gérée par une personne publique ou sous son contrà´le par une personne privée et soumise, à  des degrés variables suivant les catégories de services, au droit administratif. Le but de l'activité du service public est l'intérêt général, cette activité doit être rattachée à  une personne publique.

LES CARACTERISTIQUES DU SERVICE PUBLIC.

L'INTERET GENERAL.

L'intérêt général c'est ce que les autorités légitimes, démocratiques décident de qualifier comme tel. Dans la réalité le JA peut être amené à  déterminer si une mission est d'intérêt général. Il peut y avoir besoin général sans que pour autant un service public soit créé (carence des pouvoirs publics).

LE RATTACHEMENT DE L'ACTIVITE A UNE PERSONNE PUBLIQUE.

Prise en charge directe par une personne publique. Personne privée en gestion. Société d'économie mixte (S.E.M.) avec majorité du capital détenu par le public. L'institution en cause a t'elle été créé par une autorité publique ? Les dirigeants de la société en cause sont-ils nommés par une autorité publique. Existe t'il un contrà´le exercé par une personne publique ? Existe t'il des prérogatives de puissance publique ?

LES TYPES DE SERVICE PUBLIC.

Les SPIC relèvent du droit privé et les SPA du droit public. Le JA doit souvent déterminer ce qui relève du SPA ou du SPIC. Le TA dégage pour ce faire 3 critères :

   - l'objet de l'activité en cause
   -le mode de financement
   -les modalités de fonctionnement.

L'OBJET DE L'ACTIVITE.

En théorie les activités qui relèvent par nature de l'État sont caractéristiques d'un SPA. Dans la pratique, la jurisprudence est peu fiable.

LE MODE DE FINANCEMENT.

Ce critère est plus objectif et plus discriminant que l'objet de l'activité. Le SPIC est financé par des redevances qu'il perçoit sur les usagers du service et qui est calculé en fonction du coà»t de la prestation fournie. Le SPA perçoit des subventions publiques ou (et) des recettes fiscales : les taxes. La taxe ne correspond pas au coà»t du service (cf. la redevance télévision est une taxe !!!). Pour les Ordures Ménagères les communes ont le choix entre taxe et redevance (entre SPA et SPIC).

LES MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE.

Comptabilité publique (SPA) ou plan comptable privé (SPIC). Une activité gérée directement en régie par la personne publique est généralement un SPA. Si l'organisme qui gère l'activité bénéficie d'un monopole légal, cette activité est généralement qualifiée de SPA. Un service gratuit n'est jamais industriel et commercial.

Lorsque 3 critères convergent, la distinction SPA/SPIC est assez claire, elle est plus délicate à  déterminer lorsque seuls deux critères convergent. Il n'y a pas de règle quand a la prééminence de tel ou tel critère. CE 10-00 établissement français du sang : cette mission de service public se rattache par son objet au SPA alors qu'une part importante de ses ressources provient de la vente des produits de santé et que le décret de 99 fait application à  cette activité de règles généralement appliquées aux activités industrielles et commerciales. Dans ce cas le critère objet de l'activité a prévalu.

En dernier lieu, une activité peut recevoir une qualification par des textes. Si ce texte est une loi le CE se soumet, si ce texte est un règlement (cf. décret) le CE peut remettre en cause la qualification.

LES MODES DE GESTION DES SERVICES PUBLICS.

GESTION DIRECTE OU REGIE.

La personne publique qui a créé le service l'assure elle-même directement. L'État ou la collectivité territoriale assure le service avec budget, personnel, équipement propre. La gestion directe est le mode traditionnel de gestion des services publics surtout pour les SPA, notamment en ce qui concerne la justice, la police, la défense.

GESTION DELEGUEE.

Lorsque la gestion du service est assurée par une autre personne publique que celle qui l'a créé (établissement public) ou par une personne privée. L'association des personnes privées aux missions de service public s'est beaucoup développé dans la deuxième moitié du XXème siècle. Ainsi l'État s'est déchargé financièrement de certains services publics auparavant financé par l'impà´t en les remettant à  une personne privée. La gestion privée est également plus souple. En associant le privé l'État évite le reproche d'être tentaculaire et de porter atteinte à  la liberté. La délégation peut s'opérer de deux façons :

   -contractuelle
   -unilatérale.

Dans le cas d'une délégation unilatérale, une loi, un décret, un arrêté, une lettre notifie la délégation d'une mission de service public a une association par exemple. Le mode de délégation unilatéral vient souvent reconnaître une situation de fait ou intervient suite à  une négociation préalable à  la décision. Ce mode d'attribution des services publics aux personnes privées est reconnu par le CE ( 13-05-1938 caisse primaire aide et protection ). Sont déléguées sur ce mode les missions de service public confiées aux ordres professionnels, aux fédérations sportives…

L'ETABLISSEMENT PUBLIC.

L'État ou une collectivité territoriale confie la gestion d'une mission de service public à  un établissement autonome créé spécifiquement à  cette fin. L'établissement public est doté de la personnalité juridique : contacter, acquérir des biens, ester en justice, se voir reconnaître des droits et des obligations, budget propre, personnel propre, autonomie de gestion, liberté de décision. Le contrà´le est exercé par la personne publique créatrice.

Etablissement Public : personne morale de droit public spécialisée dans la gestion d'un service public. L'Etablissement public est une personne morale de droit public créée par l'État ou une collectivité territoriale en vue d'assurer la gestion d'un ou plusieurs services publics.

Etablissement Public Administratif : l'EPA est entièrement soumis aux règles du droit public(actes administratifs, statut des fonctionnaires, biens du domaine public, comptabilité publique, prérogatives de puissance publique). L'EPA gère un SPA, par exemple : administration de l'Université, hà´pitaux publics.

Etablissement Public Industriel et Commercial : l'EPIC a pour objet une activité industrielle et commerciale que la puissance publique considère comme un service public industriel et commercial. Par exemple : cité des sciences, SNCF, EDF-GDF. Son régime juridique est mixte, coexistence de règles de droit public et de droit privé. En général le statut de l'EPIC (création, suppression, organisation, contrà´le, puissance publique) relève du droit public, son activité(personnel, rapports aux fournisseurs, clients) relève du droit privé.

Le texte qui instaure un EP peut le qualifier d'EPIC alors qu'il s'avère être un EPA. Le JA requalifie l'établissement si le texte est réglementaire et s'incline s'il s'agit d'une loi. Etablissement Public à  Visage Inversé : établissement public qualifié par le texte qui l'instaure d'EPIC et qui se révèle être un EPA, ou inversement. cf.: TC, 24/06/1968, société distillerie bretonne, requalification d'un EPIC en EPA. Si le texte fondateur est une loi le Tribunal des Conflits ne peut requalifier. Cf. TC, 24/04/1978, boulangerie de Kourou, le TC s'incline devant la loi..

Certains établissement cumulent activités administratives et activités industrielles et commerciales. Etablissement Public à  double visage : établissement public qui prend les caractéristiques d'EPA ou d'EPIC selon ses différentes activités. Les litiges concernant l'activité industrielle et commerciale relèvent du droit privé, les litiges concernant l'activité administrative relèvent du droit public. Exemples : chambre du commerce et de l'industrie, office national des forêts.

L'HABILITATION CONTRACTUELLE A GERER UN SERVICE PUBLIC.

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC.

Origine jurisprudentielle, reprise de la loi ATR de 1992 et de la loi Sapin de 1993.

CONTRAT DE CONCESSION DE SERVICE PUBLIC.

Une personne publique (autorité concédante) confit par contrat et pour une durée déterminée (souvent longue 30 ans voire 100 ans) l'exécution d'un service public à  un tiers souvent personne privé ou personne publique (le concessionnaire). Le concessionnaire doit mettre en place l'ensemble des installations, des équipements nécessaires à  l'exploitation du service public (cf. réseau de distribution d'eau). Le concessionnaire se rémunère par une redevance auprès des usagers, il assume les pertes liées à  l'activité. Al la fin du contrat de concession tout revient à  la personne publique (cf. autoroutes, tunnels).

CONTRAT D'AFFERMAGE.

Le fermier ne construit pas les installations du service qui sont mise à  disposition par la personne publique qui afferme. Le fermier reverse une partie de la redevance à  la personne publique ( location des installations), cf. distribution d'eau).

CONVENTION DE REGIE INTERESSEE.

Le régisseur est rémunéré par la personne publique en fonction des résultats du service. Le régisseur gère le service pour le compte de la personne publique délégante dont il est, en quelque sorte, le mandataire.

CONVENTION DE GERANCE.

Idem régie intéressée sauf que la rémunération du gérant est forfaitaire.

LES CONTRATS INNOMES.

Tous les contrats qui n'entrent pas dans les catégories précédentes.

L'OBJET DES CONVENTIONS DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC.

Peut-on tout déléguer ? La circulaire 7-08-1987 après avis CE 7-10-1986 délimite le champ d'application de la gestion déléguée. Tous les SPIC peuvent être délégués. Les SPA peuvent être délégués, sauf ceux qui par nature ne peuvent pas l'être : police, justice, défense ou qui ne peuvent pas l'être au regard d'un texte : loi ou règlement.

LE REGIME JURIDIQUE DES CONVENTIONS DE SERVICE PUBLIC.

LA CONCLUSION DES CONVENTIONS DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC.

29-01-1993 : loi Sapin : modifie le régime juridique de passation des contrats de délégation de service public, soumet la procédure contractuelle à  des mesures de publicité préalable. Les objectifs sont de mettre la, législation française en conformité avec la législation communautaire sur la concurrence et de lutter contre la corruption.

OFFRE DE CANDIDATURE.

Publication d'un avis = intention de déléguer. Sélection des candidats en fonction de leur garantie professionnelle et financière, de leur aptitude à  assurer la continuité du service public et l'égalité des citoyens devant le service public(article 1411-1 CGCT).

OFFRE DE PRESTATION

Envoi aux candidats retenus d'un document qui comporte les caractéristiques de la prestation attendue du délégataire.

A partir de ce moment l'administration choisit et négocie librement.

LES PROCEDURES DEROGATOIRES.

Les délégations dont le montant n'excède pas 106714 Euros ou une durée de 3 ans à  raison de 68602 Euros par an, bénéficie d'une procédure simplifiée : simple publication et délai de 15 jours.

Les délégations qui atteignent le seuil de 5 milliards d'Euros défini par le droit communautaire sont à  condition supplémentaire = publication du projet dans le journal des communautés européennes.

En raison de la qualité du délégataire qui dispose soit du monopole légal soit est un établissement public, la publicité du projet de délégation n'est pas exigée.  procédure des marchés publics.

L'administration reste libre de contracter avec qui elle veut.

LA DUREE DES CONVENTIONS DE SERVICE PUBLIC.

La durée doit être déterminée par la personne publique délégante en fonction des prestations demandées au délégataire. Pour les concessions la convention de délégation tient compte, en ce qui concerne sa durée, de la nature et du montant des investissement à  réaliser (eau, assainissement, déchets durée max. 20 ans sauf dérogation autorisée par le TPG.

LE RENOUVELLEMENT DES CONVENTIONS.

Interdiction des reconductions tacites (nouvelle délibération nécessaire). Limitation des possibilités de renouvellement, un renouvellement est possible pour des raisons d'intérêt général (1 an) ou a raison de l'exécution d'investissements supplémentaires (soumis à  4 conditions).

LE REGIME JURIDIQUE DES SERVICES PUBLICS.

LE REGIME COMMUN A L'ENSEMBLE DU SERVICE PUBLIC. LES LOIS DE ROLLAND.

LES PRINCIPES DE MUTABILITE ET DE CONTINUITÉ.

MUTABILITE

Les services publics doivent pouvoir être adaptés chaque fois qu'il le faut à  l'évolution de l'intérêt général. Pas d'obstacle juridique à  l'adaptation des services publics, l'administration peut toujours apporter des modifications au contrat de délégation de service public de manière unilatérale. Les usagers du service n'ont aucun droit acquis à  son maintien, ni à  sa modification dés lors que la nécessité du service n'existe plus. Les personnels des services publics ne peuvent s'opposer au nom de droits acquis à  la mutation du service. Le contrà´le du JA portera sur la réalité de l'évolution de l'intérêt général(sauf si prévu par une loi).

CONTINUITÉ.

Fonctionnement régulier du service public sans autres interruptions que celles prévues par la réglementation en vigueur.

LES PRINCIPES D'EGALITE ET DE NEUTRALITE.

EGALITE.

Egalité d'accès aux emplois publics. Egalité de traitement des fonctionnaires appartenant au même corps. Egalité des usagers du service public.

Conseil constitutionnel : Le principe d'égalité ne s'oppose pas à  ce que le législateur règle de façon différente des situations différentes, ni à  ce qu'il déroge à  l'égalité pour des raisons d'intérêt général pourvu que dans l'un et l'autre cas la différence de traitement qui en résulte soit en rapport avec l'objet de la loi.

NEUTRALITE.

LA LAICITE.

Article 1er constitution de 1958. CE 27-11-1989 foulard islamique. Le principe de laà¯cité implique le respect de toutes les croyances ( de l'exclusion des croyances ).

LA NEUTRALITE STRICTO SENSU.

La neutralité s'impose à  tous les agents des services publics qui ont interdiction de faire apparaître leurs opinions politiques ou religieuses dans le cadre de l'exercice de leur mission. Ce principe s'étend aux locaux publics. Les enseignants du supérieur bénéficient d'une large liberté d'expression ( sauf négationnisme).

LES REGIMES JURIDIQUES DES SPA ET DES SPIC.

Les SPA sont soumis au droit administratif, le régime des SPIC est mixte privé/public.

LE REGIME JURIDIQUE DES SPA.

Globalement droit administratif. Les personnes publiques ont recours dans la gestion des SPA à  des procédés de droit privé (contrat de droit privé). Des personnes privées peuvent gérer des SPA.

L'USAGER DU SPA.

L'usager n'est en principe jamais dans une situation contractuelle avec le SPA, il est dans une situation légale et réglementaire. L'usager n'a pas de droit acquis au maintien des conditions de fonctionnement du service public, en revanche droit d'accès au service public, droit à  un traitement égalitaire, droit à  un bon fonctionnement du service public.

LES DECISIONS UNILATERALES DES SPA.

Si le SPA est géré par une personne publique les décisions unilatérales faisant grief peuvent être contestée devant le TA. Une personne privée gérant un SPA peut se voir confié un pouvoir de décision unilatérale par la personne qui lui a délégué la mission et sous son contrà´le. Dans ce cas recours auprès du TA.

LE REGIME DE RESPONSABILITÉ DES SPA.

Si le SPA est géré par une personne publique = responsabilité administrative = JA. Exceptions :

   -loi de 1937, les problèmes de responsabilité dans le cadre de l'administration de l'enseignement relèvent du juge judiciaire.
   -loi de 1957, compétence du juge judiciaire pour tous les accidents de véhicules.

Si le SPA est géré par une personne privé tous les dommages qui seront causés relèvent du juge judiciaire sauf si le dommage est lié à  l'utilisation d'une prérogative de puissance publique (décision unilatérale) = TA.

LES CONTRATS DES SPA.

Critère organique : géré par une personne publique ou pour le compte et au nom d'une personne publique ou personne privé explicitement mandatée par la personne publique délégante.

Critères matériels : intérêt général, clause exorbitante du droit commun.

Si un contrat satisfait aux critères matériels et organiques alors il relève du droit administratif.

LE PERSONNEL DES SPA.

TC Berkani 1996 toutes les personnes travaillant pour un SPA sont des agents publics = TA.

LE REGIME JURIDIQUE DES SPIC.

L'USAGER DU SPIC.

L'usager d'un SPIC est toujours dans une situation contractuelle avec le SPIC = juge judiciaire. La qualité d'usager n'est pas forcement lié à  l'existence d'un contrat. Il suffit de bénéficier de la prestation du service pour être considéré comme usager (TC 1983 Arrêt Niddam). Le juge judiciaire se reconnaît également compétent pour juger les litiges qui impliquent des candidats usagers. (TC 1966 Dame veuve Canasse, CE 1988 SCI La colline).

LES TIERS ET LE SPIC.

Les tiers sont dans une relation de droit privé avec le SPIC (TC 1933 Dame Mélinette). Exception : si le litige est en raison d'un préjudice causé par un ouvrage public utilisé par le SPIC. Ouvrage public : Tous les biens meuble et immeuble qui servent à  un service public.

LES DECISIONS UNILATERALES DES SPIC.

Si SPIC géré par une personne publique alors décision unilatérale possible à  l'égard des usagers et des agents. Si SPIC géré par personne privé, pas de décision unilatérale à  l'égard des usagers. Mais, décisions unilatérales possibles en direction des agents si elle concerne l'organisation du service et si la décision est réglementaire et non à  portée individuelle (TC 1968 Epoux Barbier).

LE REGIME DE RESPONSABILITÉ DES SPIC.

Lorsqu'un préjudice est causé à  un usager quelle que soit la personne gestionnaire = droit privé, même si le dommage a été causé par un ouvrage public utilisé par le service. Le juge fait la distinction entre usager du SPIC (droit privé) et usager de l'ouvrage public (TA).

LES CONTRATS DES SPIC.

Idem SPA. Un SPIC peut parfois passer un contrat administratif, la plupart du temps contrat industriel et commercial de droit privé.

LE PERSONNEL DES SPIC.

Ce sont des agents privés soumis au droit privé. Exceptions : directeur du SPIC = toujours agent public.

                  Comptable du SPIC peut avoir la qualité de comptable public..
                  Les agents de L'ONF sont des agents publics.