Accueil |

Effet de serre

        

Sommaire
1 Définition de l'effet de serre
2 Conséquences pour l'environnement
3 Effet de serre sur Vénus

Définition de l'effet de serre

L'effet de serre est un processus naturel de réchauffement amplifié par les activités humaines : lorsque les rayons solaires atteignent l'atmosphère terrestre, une partie est absorbée et une autre atteint la surface terrestre. Sur les 75% qui atteignent le sol, une partie est réfléchie.

Les rayons absorbés permettent d'augmenter la chaleur de la surface terrestre. Elle restitue à  son tour de la chaleur en direction de l'atmosphère sous forme de rayons infrarouges. Toutefois des gaz à  effet de serre (GES) absorbent une partie de ce rayonnement infra rouge et le restituent sous forme de chaleur. Parmi les gaz à  effet de serre figurent la vapeur d'eau (le plus important dans le phénomène) le dioxyde de carbone (CO2) le méthane (CH4) et l'ozone.

L'ozone est fournie en grande quantité par l'activité industrielle humaine, alors que les CFC largement encore utilisés détruisent eux, l'ozone, ce qui fait que l'on peut constater un double phénomème :

La combustion des carbones fossiles comme le charbon, la lignite, le pétrole ou le gaz naturel (méthane) rejette du CO2 en grande quantité dans l'atmosphère. Si bien que seulement la moitié est recyclée par la nature, et que l'autre moitié reste en suspension dans l'atmosphère et aggrave l'effet de serre. Ce qui fait dire que la production d'électricité à  partir de combustibles nucléaires est une production "propre" car non génératrice de GES.

Les activités humaines dégagent donc une abondance de GES : de nombreuses personnes pensent que l'augmentation des teneurs en gaz d'origine anthropique pourrait être à  l'origine d'un réchauffement global. Ces gaz à  effet de serre fonctionnent donc comme une couverture qui maintient une température chaude à  la surface de notre Terre et l'empêchent ainsi de se refroidir.

Conséquences pour l'environnement

Cela ne veut pas dire que l'effet de serre est, par essence, nocif aux écosystèmes : en effet, sans celui-ci, la température terrestre avoisinerait les -15 °C. Cependant un excès de GES pourrait s'avérer nocif.

L'augmentation de la température provoquerait d'abord une augmentation mécanique du volume d'eau de mer par dilatation et par la fonte des glaciers, qui engloutiraient une partie des terres (les îles coralliennes, comme les àŽles Maldives sont les premières menacées), mettrait en danger de nombreuses espèces et pourrait être à  l'origine de la disparition du premier " poumon " de la Terre : le phytoplancton (produisant 80% de l'oxygène terrestre et absorbant une part non négligeable de dioxyde de carbone). D'autres conséquences comme l'augmentation de la pluviométrie ou la modifications des courants marins pourraient être désastreuses.

Les scientifiques prévoient une augmentation de 1,5° à  6° pour le siècle à  venir en supposant que l'augmentation des rejets de GES continue au rythme actuel.

Il est cependant à  souligner que certains spécialistes, tout en reconnaissant les changements induits par le montée des eaux, et le besoin de prendre des mesures, nient le catastrophisme actuel. Par exemple dans le cas des Maldives, qui sont des îles coralliennes, ils soulignent que les coraux sont tout à  fait capables de rehausser les îles plus rapidement que la montée des eaux et que les Maldives ne disparaîtront pas. Des espèces vont certes régresser ou disparaîtrent, mais d'autres vont pouvoir apparaître et se développer, grà¢ce à  une sélection naturelle et une meilleure adaptation. L'histoire de la Terre montre qu'il y a déjà  eu dans le passé des périodes o๠il a fait bien plus chaud et d'autres périodes o๠il a fait bien plus froid, et que à  chaque fois la nature a trouvé les réponses appropriées, même si elles sont terribles. D'autres répondent à  ces mêmes arguments que cela s'était étendu sur des millénaires, alors que là  ça se produirait sur un siècle ou deux, ce qui pourrait être trop rapide pour que la nature puisse s'adapter.

Effet de serre sur Vénus

L'effet de serre, en tant que processus naturel, est également observé sur Vénus oà¹, avec une atmosphère composée à  96 % de dioxyde de carbone (CO2), la température atteint plus de 400° C.

Voir aussi écoréfugié