Accueil |

Gamme musicale

      


Musique classique
Compositeurs
A-B-C-D-E-F-G-H-I-J-K-L-M
N-O-P-Q-R-S-T-UV-W-XYZ
Grandes périodes
Moyen à‚ge-Renaissance
Baroque-Classique-Romantique
Moderne-Contemporaine
Les Instruments
claviers - cordes - percussions
bois - cuivres - voix
Interprètes
Formations et ensembles
Théorie / Terminologie
Glossaire - Termes italiens
Formes musicales
Instrumentale Lyrique Religieuse
Méta -
Une gamme musicale est un ensemble défini de notes s'étendant sur une octave et utilisables dans le cadre d'une Å“uvre. Elle se définit également par la succession d'intervalles qui subdivisent une octave.

Sommaire
1 Liste des gammes
2 Gammes et tempéraments
3 Étymologie, origine des notes
4 Articles connexes

Liste des gammes

De nos jours, les gammes les plus courantes sont la gamme majeure et la gamme mineure. Elles sont souvent suffisantes pour la pratique de la musique occidentale.

Mais en fait il existe une grande variété de gammes (à  5 tons, à  8 tons, de couleur "exotique"...).

Gammes et tempéraments

On a depuis longtemps reconnu le principe de l'équivalence des octaves, (...) l'intervalle sonore le plus simple, il reste à  la diviser en intervalles plus petits car elle ne permet pas à  elle seule de composer ce qu'on peut appeler de la musique. Définir une gamme musicale, c'est donc définir une méthode pour diviser l'octave en intervalles sonores plus petits.

Il existe une infinité de méthodes pour découper une octave en intervalles plus petits. Mais des essais montrent vite que certaines de ces méthodes semblent donner des résultats moins agréables que d'autres... (voir battement).

Lire la suite : Gammes et tempéraments.

Comparaison des gamme pythagoricienne et de la gamme de Zarlino (gamme naturelle), des tempéraments mésotonique, inégaux, et de la gamme tempérée.

Étymologie, origine des notes

Le nom des notes utilisé actuellement en France et quelques pays latins provient du théoricien de la musique Guido d'Arezzo, qui utilisa les premières syllabes de certains mots de la première strophe d'un hymne à  saint Jean-Baptiste, ces syllabes étant prononcées sur les notes correspondantes. C'est le principe acronymique :

Ut queant laxis Resonare fibris
Mira gestorum Famuli tuorum,
Solve polluti Labii reatum,
Sancte Iohannes.

Soit : ut, re (écrit en français), mi, fa, sol, la, le si étant ajouté seulement à  la fin du XVIe siècle.

La nom de note "ut" a longtemps été utilisé avant celui de "do" ; "ut" est toujours employé pour nommer les clefs musicales (ut première, ut troisième), ou parfois pour les tonalités (ut mineur, ut majeur). Il a été remplacé par do, plus facile à  vocaliser car se terminant par une voyelle et non une consonne.

Articles connexes