Accueil |

Georges Perec


Cet article fait partie de
la série Littérature'''
Littérature francophone
Écrivains-Livres
Histoire littéraire
Antiquité - Moyen à‚ge
XVIe siècle - XVIIe siècle
XVIIIe siècle - XIXe siècle
XXe siècle - XXIe siècle
Formes littéraires
BD - Conte - Jeunesse
Nouvelle - Théà¢tre
Poésie - Roman
Genres littéraires
Biographie - Fantastique
Roman noir
Roman policier
Science-fiction
Voir aussi
Courants littéraires
Prix littéraires
Littérature non francophone
américaine - anglaise
arabe - en espéranto
espagnole - finlandaise
germanique - grecque
hongroise - indienne
irlandaise - italienne
japonaise - latine
russe - suédoise
Méta

Portail Littérature
Georges Perec (Paris 7 mars 1936 - Ivry 3 mars 1982) était un écrivain français, membre de l'Oulipo, qui a construit ses Å“uvres sur les contraintes formelles les plus invraisemblables.

Au nombre de ses prouesses figurent notamment un roman lipogrammatique, La disparition (1969), écrit sans utiliser la lettre e. Il a poussé la prouesse encore plus loin en écrivant par la suite Les revenentes, dans lequel il utilise comme seule voyelle e (c'est donc aussi un lipogramme, puisque les lettres a, i, o, u et y n'y sont pas utilisées). Il est aussi l'auteur d'un des plus longs palindromes, si ce n'est le plus long.

Son livre le plus connu est probablement La vie mode d'emploi (1978), dans lequel il explore de façon méthodique la vie des différents habitants d'un immeuble. Ce livre a été récompensé par le prix Médicis.

Il a également touché à  l'autobiographie avec son livre W ou le souvenir d'enfance. La dimension autobiographique est présente dans toute l'Å“uvre de Perec, de l'autobiographie pure au roman autofictif Un homme qui dort. Le spécialiste français de l'autobiographie Philippe Lejeune lui a d'ailleurs consacré un ouvrage : La Mémoire et l'oblique; Perec autobiographe

Georges Perec est enterré au cimetière du Père Lachaise à  Paris.

Bibliographie

Liens externes