Accueil |

Golf

       

Le golf est un des plus anciens sports de la planète. Il est d'origine écossaise et plus précisément provient de Saint Andrews.

Le golf est un sport de plein-air qui se pratique sur herbe. La zone de jeu est appelée parcours de golf et est constituée de dix-huit trous. La dénomination de trou vient de l'existence d'un trou à  proprement parler dans une zone particulière du terrain : le vert.

Le vert est une surface de gazon très ras, de forme vaguement circulaire. Le trou est creusé à  un endroit du vert et est indiqué par un mà¢t surmonté d'un drapeau, afin d'apercevoir au loin la position du vert, et surtout du trou. Le drapeau est généralement affublé du numéro du trou au sein des dix-huit trous, qui ont un ordre bien précis.

L'autre élément d'un trou est le départ.

En bref, un parcours de golf est composé de dix-huit trous, qui sont des ensembles départ + vert. Il existe des parcours anciens ou non normalisés dont le nombre de trous peut être différent. Un parcours compact est une zone d'entraînement de 3 à  9 trous de longueurs limitées.

Sommaire
1 Principes
2 Le terrain ou parcours
3 Le matériel
4 Le golf: formule individuelle ou collective
5 Règles de Golf
6 Les effets sur la balle
7 Le golf en français ?
8 Liens externes

Principes

Le principe du golf consiste à  frapper une balle spécifique au golf d'environ 4 cm de diamètre (elle doit être supérieure à  42,67 mm précisément) avec un bà¢ton de golf, assimilable à  un bà¢ton d'environ 1 mètre de longueur doté d'un embout spécial, depuis un des 18 départs du parcours vers le vert correspondant et de faire rentrer cette balle dans le trou, à  proprement parler.

On réalise à  la suite les 18 trous, de départ en vert, en cumulant les coups. L'objectif est de faire le moins de coups possibles.

Le terrain ou parcours

Départ ou Té de départ

Le Départ ou de départ est un rectangle d'herbe entretenu d'approximativement 10 m², le plus souvent surélevé, de 10 cm jusqu'à  plus de 10 m parfois selon le nivellement du terrain. Le départ est placé au début d'un trou.

Le joueur commence le trou sur le départ, en posant sa balle sur un dans une zone délimitée par deux éléments de couleurs (des boules ou des piquets par exemple). La balle ne doit pas dépasser la ligne formée par les deux éléments, et ne doit pas être à  plus de 2 mètres en arrière environ de cette ligne.

Plusieurs départs figurent en réalité sur un même trou. En effet, le golf distingue les niveaux des joueurs en raccourcissant la distance qui sépare les départs du vert. Il existe cinqs couleurs différentes (allant du départ le plus loin du vert, donc plus difficile, au plus proche) :

Nous verrons au paragraphe sur les handicaps la description des groupes de niveaux.

Vert

Le vert est la zone de gazon tondu ras de forme approximativement circulaire o๠se trouve le trou (diamètre de 100 mm environ). Sur le vert, les règles de jeu sont spécifiques. Par exemple, on joue avec le fer droit qui est un bà¢ton spécial permettant de faire rouler la balle avec précision. Le vert peut-être valloné, et c'est la technique de lecture des pentes qui permet au joueur de rentrer sa balle dans de telles conditions.

On dit d'un vert qu'il roule quand la balle freine peu quand on la frappe. Dans ce cas, il faut être très adroit pour ne pas laisser filer la balle. Au contraire, quand les verts sont mal entretenus ou par exemple qu'il y a de la rosée, la balle est freinée. La précision du coup est alors souvent chimérique, et rentrer sa balle relève un peu de la chance.

Sur le plan de l'agriculture, un vert est un milieu très particulier, parfaitement drainé, dont le sol entièrement artificiel est constitué d'une grande partie de sable mélangée avec de la tourbe. Les seuls éléments nutritifs sont apportés sous la forme d'engrais. Le gazon est formée d'une graminée particulière dont les feuilles se développent au ras du sol. La tonte est effectuée avec une machine à  lames montées sur une sorte de cylindre. L'herbe est relevée avant d'être coupée entre la lame et la contre-lame, comme le feraient des ciseaux. Un rouleau presseur vient ensuite la rabattre. La hauteur de coupe se compte en millimètre. Un vert tondu à  plus de deux millimètres est un vert lent, o๠la balle est freinée rapidement. Le joueur doit tenir compte de la "rapidité" du vert avant de faire un coup roulé. Une autre caractéristique importante d'un vert est sa dureté. Un vert mou va stopper la balle rapidement lors du coup d'approche lobé. Le trou est déplacé régulièrement par l' entreteneur de parcours, d'une part pour éviter le piètinement toujours au même endroit d'autre part pour varier l'intérêt du jeu. Le joueur doit ainsi adapter sa tactique en fonction de la position du trou sur le vert.

Drapeau

Le drapeau désigne le mà¢t affublé d'un drapeau que l'on enfiche dans le trou. Il permet de repérer le vert et surtout le trou depuis une très grande distance. Quand la balle est déjà  sur le vert, on enlève en général le drapeau pour faire un coup roulé.

Cependant, quand le joueur est sur le vert mais à  une distance assez éloignée du trou, il peut demander à  ses adversaires de prendre en charge le drapeau afin de mieux le viser. Ces derniers doivent alors se positionner près du drapeau et le tenir droit dans son trou le temps que le joueur fasse un coup roulé. Ils doivent enlever le drapeau si la balle se dirige vers le trou. En effet, un joueur encoure deux points de pénalité s'il touche le drapeau de sa balle en puttant depuis le vert. Dans certains modes de jeu, il peut même perdre le trou. Ce n'est pas le cas s'il frappe depuis l'extérieur du vert.

Sur certains parcours, une boule d'un diamètre de 10 cm environ peut coulisser sur la hampe du drapeau, sa hauteur indique la position du trou par rapport au début du vert. Un trou pour lequel le drapeau n'est visible qu'à  courte distance (100 ou 150m) est dit aveugle. Le joueur doit alors prendre des points de repère avant de taper le coup d'approche qui lui permettra de toucher le vert.

Allée

Le départ et le vert sont reliés par une étendue d'herbe bien entretenue que l'on nomme l' allée. Il mesure de 100 à  500 m de longueur environ, et peut être large ou étroit en fonction de la configuration du trou. Tant qu'on n'a pas encore atteint le vert avec sa balle, il est conseillé de se trouver sur l' allée, plutà´t qu'en dehors, c'est-à -dire dans l' herbe longue. En général, sur la plupart des parcours amateurs, il est autorisé de placer sa balle sur l' allée sur une distance de 10 cm de sa position initiale, et sans se rapprocher du drapeau.

Une allée peut être droite mais, pour compliquer le jeu, il est fréquent que l'architecte de golf qui a dessiné le parcours ait fait prendre aux trous les plus longs (par 4 ou par 5) un virage qui oblige souvent le joueur à  essayer de couper le virage au risque de tomber dans l' herbe longue. Ces trous sont dits en forme de coude.

Herbe longue et entourage

La zone plus touffue entourant l'allée se nomme l' herbe longue. La balle se situant dans cette zone est pénalisée par le moins bon entretien de la tonte. Il est interdit de placer sa balle dans l' herbe longue. Par ailleurs, il existe fréquemment une zone de tonte intermédiaire entre l' allée et l' herbe longue que l'on nomme herbe drue.

Un joueur qui a perdu sa balle dans l' herbe longue doit la rejouer de l'endroit o๠il l'a jouée précédemment. Il prend alors un coup de pénalité

Fosses de sable

Sur un trou, des difficultés supplémentaires sont ajoutées pour pénaliser les mauvais coups. La fosse de sable est un obstacle constitué par un trou de sable pouvant aller de 4 m² à  20 m² environ. Les fosses de sable sont placées à  des endroits stratégiques :

Obstacles

En plus des fosses de sable, d'autres obstacles jalonnent le parcours pour rendre le jeu plus difficle. C'est le cas des arbres et des obstacles d'eaux (étangs, ruisseaux).

Les obstables d'eaux sont de deux natures :

Une balle qui tombe dans l'eau doit être rejouée différement selon qu'elle soit dans un obstacle latéral, ou frontal. Par ailleurs, le joueur prend un point de pénalité.

Parcours en terre levante

Le terme terre levante est utilisé pour nommer les parcours de golf se trouvant en bordure de mer et qui ont la particularité d'être plus ensablés et plus ventés. Ceci leur confère souvent une difficulté supplémentaire, car l'herbe est souvent moins dense et moins touffue sur les allées. Un parcours célèbre est celui du Royal and Ancient de Saint-Andrews, la patrie du golf, en Écosse.

Boguey, Par, Oiselet, Aigle, Albatros

Chaque trou est qualifié par un nombre de coups standard appelé par. C'est le nombre de coups que le joueur doit réaliser théoriquement depuis le départ jusque dans le trou. Il existe des trous de par 3, 4 ou 5.

Sur chaque trou de par 3,4 ou 5, le joueur peut jouer au dessus ou en dessous du par.

S'il réalise :

Si le joueur est particulièrement malchanceux, il peut faire un double ou un triple boguey, voire plus.

Il est fréquent de faire des oiselets sur des par 3, car le vert est à  distance du premier coup. Et l'on peut donc rouler le deuxième coup en tentant de le rentrer. De même, sur un par 4, si l'on réussit un bon deuxième coup, on peut se retrouver en 3 sur le vert et être en position d'oiselet également. Il en est de même pour le troisième coup sur un par 5.

L' aigle quant à  lui tient plus de la chance. Il correspond à  un trou en un sur un par 3, c'est-à -dire qu'il faut rentrer une balle de 4 cm de diamètre dans un trou de 100 mm de diamètre, à  une distance moyenne de 100 m. L' aigle dans les mêmes conditions est réalisable en tapant son deuxième coup sur un par 4, ou en tapant son troisième sur un par 5.

Enfin, l' albatros est encore plus rare et concerne les grands joueurs. Il n'est réalisable que sur les par 4 et 5, et demande au joueur, en plus du coup de chance, d'être très long et précis.

John Daly, un joueur très long, a réussi des trous en un sur des pars 4 de plus de 400 m, autrement dit un albatros.

Le matériel

Le joueur devant taper sa balle sur le départ la pose sur une cheville de bois ou de plastique appelée . Le ne peut pas être utilisé en dehors des départs. L'utilité d'un est de surélever la balle afin de faciliter l'utilisation de bà¢tons de golf spéciaux (cf. paragraphe sur les bois) et de limiter la dégradation du gazon.

Bà¢tons de golf

Les bà¢tons sont au joueur de golf ce qu'est la raquette au joueur de tennis, à  ceci près que le joueur de golf peut emmener jusqu'à  14 bà¢tons dans son sac. On appelle série l'ensemble complet des bà¢tons d'un joueur.

Poignée

Un bà¢ton est composé d'une poignée sur un manche, et se termine par un embout. La poignée est la partie en caoutchouc (pour une meilleure prise) par laquelle le joueur empoigne le bà¢ton. C'est aussi le nom que l'on donne à  la position des mains appliquées sur le bà¢ton lorsqu'elles l'empoignent. Ceci est le point le plus difficile pour un non-initié, car la position des mains est très importante dans la technique de frappe de la balle, et est aussi la source de beaucoup d'erreurs.

Manche

Le manche d'un bà¢ton a longtemps été en acier, mais est devenu depuis quelques années déjà  en graphite ou en d'autres matières modernes. L'intérêt de ces nouvelles matières est la souplesse obtenue et ainsi le gain en puissance lors de la frappe de la balle. En effet, la courbure prise par le bà¢ton lors de la frappe enmagasine une énergie qui est restituée à  la balle au moment de la frappe.

La longueur du manche varie avec le type de bà¢ton. Par ailleurs, il existe des catégories femmes, juniors et hommes pour lesquelles la taille des bà¢ton diffère.

Embout

Enfin, l' embout d'un bà¢ton est l'élément qui fait la différence entre les bà¢tons. On distingue trois catégories :

L' embout d'un bà¢ton composée d'un sabot qui est la partie qui repose sur l'herbe, et d'une partie en contact avec la balle. Cette dernière forme un angle avec la verticale (inclinaison) qui est plus ou moins grand en fonction des bà¢ton. Un bà¢ton dit ouvert a une inclinaison très grande (grand angle) et fait beaucoup lever la balle. En contre-partie, la balle parcourt moins de distance.

Un bà¢ton dit fermé a une inclinaison plus faible et permet au joueur d'envoyer la balle plus loin, et en la faisant moins lever. Plus le bà¢ton est fermé, plus il est difficile à  jouer.

L'angle le plus ouvert correspond environ à  60 degrés. Le plus fermé peut arriver jusqu'à  6 degrés environ.

Les bois correspondent à  des embouts arrondis, qui historiquement étaient en bois, d'o๠leur nom. Elles sont souvent en acier, en alliage léger ou en titane de nos jours. Il existe le bois numéro 1, 3, 5 et 7. On trouve même parfois des bois 9. Dans le temps, on utilisait plutà´t les bois pairs: 2, 4, 6. Le bois 1 est nommé décocheur et est le bà¢ton par excellence utilisé pour parcourir de la distance au départ. On dit dans le jargon du golf décocher pour parler du premier coup réalisé sur un trou avec ce club, depuis le départ. On joue très rarement le décochage en dehors du départ, et l'utilisation d'un pour surélever la balle prend toute sa valeur dans le cas de ce club, car la face étant très fermée, il est difficile à  jouer quand la balle est posée à  même le sol. Un très bon joueur peut décocher à  300m, et les records du monde dépassent les 400m.

Les fers, par opposition aux bois, sont les bà¢tons à  embouts d'acier. Les fers vont du numéro 1 au numéro 9. Les numéros 1 et 2 sont joués par de très bons joueurs le plus souvent. Les fers sont plus précis que les bois, et la balle reste sur place contrairement aux bois avec qui elle roule. On dit que la balle lobe. à€ ces fers numérotés s'en ajoutent d'autres, sans numéros:

Le cocheur d'allée est un bà¢ton plus ouvert souvent utilisé pour approcher des verts. Le cocheur de sable est un bà¢ton encore plus ouvert souvent utilisé pour sortir des fosses de sable. Le cocheur de lob est un bà¢ton moins souvent utilisé encore plus ouvert.

La différence entre les bois et les fers tient autant de la technique que des goà»ts de chacun. Dans certains cas, il est plus facile de jouer des bois, mais la précision des fers peut prendre le dessus.

Enfin, le dernier bà¢ton et pas des moindres est celui que l'on utilise autour du vert. C'est le fer droit. C'est un bà¢ton dont l'embout a une face verticale. Il est très utile pour faire rouler la balle avec précision afin de terminer le trou en rentrant la balle dans le trou.

Le joueur choisit ses 14 bà¢tons parmi tous ces bà¢tons (il peut en prendre moins s'il le souhaite):

Chariot et sac, ou cadet

Un joueur transporte sa série dans un sac de golf souvent porté par un chariot. L'ensemble s'appelle cadet par allusion au porteur des sacs des grands joueurs pendant leur joute.

Le golf: formule individuelle ou collective

Le handicap

Le par d'un parcours est la somme des pars des 18 trous. Le joueur comptabilise tous ses coups sur 18 trous, et se compare au par du parcours pour connaître son handicap. S'il réalise 13 coups au-dessus du par, on dit qu'il a joué 13.

Le handicap d'un joueur représente son niveau et le nombre de coups qu'il doit faire au-dessus du par. Un joueur de handicap 15 doit réaliser 15 coups au-dessus du par. S'il joue 12 par exemple, il joue en-dessous de son handicap. On dit qu'il joue 12 en brut et -3 en net.

C'est en jouant en-dessous de son handicap que le joueur peut le descendre (contrairement au tennis, o๠l'on dit monter pour un joueur qui s'améliore). Au contraire, il peut remonter son handicap s'il joue mal et joue au-dessus de celui-ci.

On classe les niveaux des joueurs suivant des séries :

Pour les femmes, il existe un autre classement : Les non classés sont les joueurs n'ayant pas encore de handicap. Au début des années 1990, la quatrième série n'existait pas, et les non classés étaient considérés comme ayant un handicap de 36. Depuis, ils ont le handicap 54 par défaut.

à€ chaque série correspond un coefficient pour descendre de handicap. Un joueur de 3e série descend de 0,4 par point en dessous de son handicap. Par exemple, s'il est 32 et qu'il joue 30 en compétition, alors, il descendra de 2 × 0,4 soit 0,8 point.

Les autres séries ont les coefficients 0,2, 0,3, 0,4, 0,5 de la 1re à  la 4e série.

à€ chaque compétition o๠l'on joue au-dessus de son handicap, on monte uniquement de 0,1.

Enfin, pour donner des ordres de grandeur, les professionnels du golf qui peuvent donner des cours ont généralement des handicaps en dessous de 5 et jouent régulièrement au-dessous de 0. Les professionnels des grands opens de golf tels Balesteros, Dely, Nicklaus, Faldo pour les anciens ou Tiger Woods et d'autres pour les nouveaux jouent de 0 à  -15 selon la difficulté des parcours. Ils n'ont plus réellement de handicap, mais plutà´t une liste de trophées sur des parcours et des grands tournois.

Un joueur qui joue 0 sur un parcours, joue en maître golfeur. Il joue le par.

Concernant les couleurs des départs citées plus haut, blanc, jaune, bleu, et rouge correspondent aux quatre séries du plus fort au plus faible. La couleur noire correspond au niveau des professionnels. Remarquez que de tels boules noires sont rarement présentes sur les parcours standards, car les professionnels n'ont pas le droit de jouer les compétitions des amateurs. On trouve donc le plus souvent ces boules noires sur les parcours des grands golfs renommés.

Index et handicap de jeu

En réalité, le handicap n'existe plus réellement de nos jours. Il est remplacé par des handicaps de jeu, calculés à  partir de l'index du joueur et en fonction du slope du parcours sur lequel il joue.

L'index est le nombre qui définit le niveau du joueur. Il est compris entre 0 et 53,5.

Les nouvelles catérogies sont :

à€ partir de cet index, on calcul le handicap du joueur à  utiliser pour tel parcours et telle couleur de départ.

La création de l'index est venue du manque de considération de la difficulté des parcours dans le handicap. Ainsi, si un joueur avait obtenu son classement en jouant sur un parcours difficile, quand il venait jouer sur un parcours facile, il remportait plus facilement la compétition, notamment par rapport à  des joueurs étant dans le cas inverse.

De ce constat est venue une pondération de la difficulté des parcours par un index étalonné par des professionnels de ces mesures : le slope.

Le slope est un nombre compris entre 55 et 155 qui étalonne un parcours pour un joueur à  bogueys (littéralement, un joueur qui réalise en moyenne des bogueys), par exemple, un joueur dont l'index est autour de 18.

Le slope de référence est de 113, et tout parcours dont le slope est supérieur à  113 est considéré comme difficile. Si le slope est inférieur, le parcours est jugé facile.

Un parcours possède une table de slope en fonction des couleurs des départs. Les difficultés ne sont en effet pas les mêmes suivant la couleur de départ du joueur. Par exemple, une fosse à  sable à  distance de coup de départ pour un joueur classé 10 et partant des blancs, n'est pas forcément pénalisante pour un joueur classé 30 partant des rouges.

Le handicap du joueur pour une compétition sur un parcours donné est calculé comme suit :

HCP = index × slope / 113

Un autre nombre peut cependant influencer ce calcul lors d'une compétition. Un parcours est caractérisé par son slope et sa norme de coche des coups pour maître golfeur (NCCM). Ce dernier est en général le par du parcours, c'est-à -dire la somme des pars des 18 trous. Cependant, lorsque les intempéries ou d'autres raisons ont gêné (ou favorisé) les joueurs pendant la compétition, le capitaine des jeux peut décider de baisser (ou d'augmenter) le NCCM.

La base de calcul du handicap est alors:

HCP = index × slope / 113 + SSS - PAR

Modes de jeu

L'un des plaisirs du golf est la richesse des modes de jeu.

En règle générale, l'objectif reste de réaliser le moins de coups possibles sur 18 trous. C'est le mode jeu par coups (ou jeu par médailles) c'est ainsi que l'on comptabilise tous les coups.

Il existe aussi des modes de jeu au trou. C'est le cas de la partie par points. Dans ce cas, le joueur calcul à  chaque trou un nombre de points, en fonction de son handicap.

Un joueur de handicap 15 se voit attribuer un nombre de 15 points répartis sur les 18 trous du plus difficile au plus facile (les trous sur un parcours sont classés par ordre de difficulté de 1 à  18, différent de l'ordre de jeu. Le numéro attribué est appelé handicap du trou).

Si le joueur a un point sur tel trou, alors il doit faire boguey pour jouer son handicap. Auquel cas, il remporte 2 points. S'il joue double boguey, il remporte seulement 1 point. Au-dessus il ne remporte plus rien, par contre, s'il joue le par, il remporte 3 points et ainsi de suite. S'il n'a pas de point sur le trou, il doit réaliser le par. Le calcul est ensuite le même. Un joueur d'handicap au dessus de 18 pourra avoir 2 points sur certains trous, et n'aura dans tel cas que le double boguey à  réaliser.

Pour jouer son handicap sur les 18 trous en partie par points, il doit cumuler 36 points au total, soit une moyenne de 2 points par trou.

Le mode de jeu au trou permet de réaliser de très mauvais trous sans pénaliser son score total, puisqu'il n'y a pas de points négatifs. La contre-partie est qu'il faille absolument bien jouer sur les trous o๠le joueur a peu de points.

Enfin, il existe des modes de jeu par équipe. En général, on joue à  quatre par partie. Une partie est un groupe de joueurs qui partent ensembles du départ. Dans cette équipe, on peut jouer chacun pour soi, ou deux par deux. En compétition cependant, il faut prendre en compte les autres parties dans la joute, et pas seulement les joueurs avec qui on réalise le parcours.

Règles de Golf

Les règles du jeu de golf sont édictées par le Royal and Ancient Golf Club de St Andrews (Écosse). Au même titre que le code pour le permis de conduire, il est nécessaire de connaître les règles de jeu pour joueur sur un parcours, et à  plus forte raison lors d'une compétition.

Coup d'approche lobé

Lorsqu'elle la balle tombe sur le vert, elle forme un trou dans le gazon. On parle de coup lobé. Comme le vert est une zone d'herbe rase o๠l'entretien est très important afin de permettre au joueur de rouler son coup avec précision, les règles de golf obligent à  relever son coup lobé à  chaque fois que l'on en fait un. Un outil en forme de fourchette à  deux dents appelé relève-chandelle est utilisé pour cela.

Les effets sur la balle

Certaines techniques de frappe permettent d'obtenir un effet sur la balle.

L'effet le plus connu est l' effet rétro qui permet à  la balle de rebondir en arrière au contact du sol. Cette technique est utilisée à  l' approche du vert afin par exemple d'éviter un obstacle qui se trouve devant le vert (fosse de sable, point d'eau). L' effet rétro s'obtient en induisant un effet rotatoire vers l'arrière (au sens du parcours) à  la balle.

Les professionnels arrivent à  effectuer l' effet rétro sur le premier, second, voire troisième rebond.

Les autres effets connus sont des effets jouant sur la direction de la balle.

L'effet permettant de faire aller la balle de gauche à  droite au lieu de l'envoyer toute droite s'appelle le crochet extérieur. Contrairement au crochet extérieur o๠la balle changera énormément de direction, il existe le léger crochet extérieur qui conférera le même effet mais dans une moindre mesure, et le plus fréquemment en fin de vol.

L'opposé du crochet extérieur est le crochet intérieur permettant de réaliser une trajectoire courbe de droite à  gauche. L'équivalent du léger crochet extérieur s'appelle le léger crochet intérieur et induit donc un effet de droite à  gauche sur la fin de la trajectoire de la balle.

Les effets réalisés sur la balle résultent d'un équilibre entre la vitesse de la balle pénétrant dans l'air et sa vitesse de rotation sur elle-même. Quand cette dernière prend le dessus, l'effet escompté devient visible.

Le golf en français ?

Le vocabulaire utilisé provient essentiellement de l'anglais, mais les francophones du Québec ont proposé quelques traductions intéressantes: jugez plutà´t ici (proposé par l'Office québécois de la langue française).

Liens externes

  Fédération française de golf
  The International Golfcard
  Worldwide Golfclub Presidents