Accueil |

Graffiti

    

Un graffiti () est une inscription ou un dessin tracés, peints ou gravés sur un support qui n'est pas prévu à  cet effet.

Note : le mot est unemprunt à  l'italien, de même sens qu'en français ; écrire et dire un graffito / des graffiti est pédant ; il est préférable d'utiliser la forme francisée un graffiti / des graffitis.

Sommaire
1 Graffitis contemporains
2 Tags et graffitis
3 Graffiti et art contemporain
4 Graffitis en archéologie
5 Quelques liens
6 Street Art/ Post-Graffiti
7 Street Art/ Post-Graffiti : liens
8 Graffiti d'écoliers

Graffitis contemporains

Les supports, le plus souvent urbains, sont architecturaux, murs, portes, sutout sur les bà¢timents publics. Les véhicules de transport en commun (métro, trains...) sont également très touchés. La SNCF évalue à  5 millions d'euros annuellement les frais d'enlèvement de graffitis sur ses trains. C'est donc une forme de dégradation.

Pour cette raison, le graffiti peut être le lieu de la revendication et d'une expression non censurée, d'autant plus quand le support choisi est peu visible (murs de toilettes publiques, de parkings souterrains...) : à  ce titre, le contenu des messages véhiculés, picturalement ou par des mots, se montre souvent violent, cru voire ordurier et choquant pour la morale. Le graffiti peut donc permettre l'expression indirecte (car le graffiti, même signé par un pseudonyme, reste relativement anonyme) des opinions, des pensées ou des réflexions socialement réprouvées.

Il ne faut pas oublier les taggeurs qui, frustrés de voir leurs signatures effacés, rayent les vitres des abris bus et autres cabines telephoniques, voir même utilisent des substances corrosives pour inscrire ad vitam eternam leur "blaze" sur les vitrines des commerçants (en particulier celles des coiffeurs).

Tags et graffitis

Dans la culture Hip Hop, le graffiti est une forme d'expression urbaine prégnante, qui puise son inspiration dans la rue. Le mouvement graffiti se compose de différentes personnalités aux ambitions très variables.

Certains, dans un style dit hardcore, s'acharnent à  laisser leur marque sur les murs des villes sous formes de signatures, ou tags, plus ou moins travaillées, de chromes (peinture massive sans détails, généralement bicolore en noir et chrome), de flops ou de throw-up. Le but est d'impressionner, plus par la difficulté et les risques courus par la pose du graffiti sur un support exposé, que par la qualité visuelle. Il est là  difficile de parler d'art car la pose de ces graffitis entraîne une dégradation de plus en plus visible de certains bà¢timents, lesquels, par cet aspect délabré, entretiennent la laideur des zones péri-urbaines et des banlieues, source de mal-être pour ses habitants. Les villes de France consacrent du reste une partie de leur budget municipal au nettoyage des bà¢timents taggés, d'autant plus quand ils sont anciens et historiques ou neufs.

D'autres graffeurs, cependant, tendent à  une démarche réellement artistique, créent des fresques aux couleurs multiples et aux formes compliquées, retraçant sur les murs et les trains une certaine vision du monde qui les entoure. Parmi les artistes actuellement reconnus sur la scène française du graffiti, on peut citer les MAC, la True School ou la GreamTeam.

Graffiti et art contemporain

Bien que le graffiti peut-être considéré comme un jeu ou un acte narcissique adolescent qui ne peut constituer un art (pas de transcendance) , le graffiti a toutefois été à  l'origine du travail de grands peintres contemporains comme Jean-Michel Basquiat ou Cy Twombly.

Graffitis en archéologie

Les graffitis ont une grande importance en archéologie : ils font partie, avec les textes épigraphiques, des témoignages écrits non littéraires et souvent populaires. Les graffitis antiques étaient principalement des annonces électorales, des messages de supporters à  certains athlètes (sportifs ou gladiateurs), à  contenu religieux, érotique ou pornographique, etc. On peut encore en lire à  Pompéi, l'un des rares sites antiques o๠les graffiti aient été conservés. En effet, ils sont par essence de nature éphémère, soit que le dessin ou l'inscription se soient effacés avec les siècles, soit que le support ait été nettoyé (voire détruit).

Les préhistoriens relèvent également des graffitis, dans les grottes ornées, o๠ils voisinent avec des peintures rupestres.

Quelques liens

Street Art/ Post-Graffiti

Le street art est composé de différentes disciplines :

Street Art/ Post-Graffiti : liens

Graffiti d'écoliers

Découlant directement des gravures sur bois des écoliers dans les années 80, le "school burning" est un style de graffiti qui s'apparente à  des lettrages batons insérés dans des formes rectangulaires qu'on appelera "cartouches". Le volume de la lettre apparait en contreforme et révéle le support sur lequel il a été réalisé (d'o๠la préférence d'une matiere tendre comme le bois pour les jeunes écoliers qui souhaitent faire des gauffrages dans leurs tables).