Accueil |

Héraclès

    

Héraclès et Hercule désignent le même héros de la mythologie grecque, Hercule étant le nom latin (Hercules), Héraclès le nom grec (Ἡρακλῆς /hêraklês/). Bien que les deux mythologies rapportent des récits relativement identiques, l'Hercule latin se montre parfois moins violent que son alter ego grec ; il connaît aussi quelques aventures spécifiques.

Sommaire
1 Conception d'Héraclès
2 Naissance d'Héraclès
3 La vengeance d'Héra
4 L'adolescence d'Héraclès
5 Lycos l'usurpateur et la folie d'Héraclès
6 L'oracle
7 Les douze travaux
8 Voir aussi
9 Lien externe

Conception d'Héraclès

La conception d'Héraclès n'est pas anodine, en effet, Zeus se préparait à  affronter les géants immortels face aux dieux. Aussi décida-t-il de donner vie à  un demi-dieu doté d'une force prodigieuse, capable de vaincre les fils de Gaia. Zeus jeta son dévolu sur Alcmène, l'épouse d'Amphitryon, roi de Thèbes. Un jour, Amphytrion engagea son armée contre les Leucadiens. Profitant de cette absence, Zeus prit l'apparence d'Amphitryon, prolongea la durée d'une nuit et abusa d'Alcmène. De retour de campagne, Amphitryon apprit le subterfuge par la bouche du dieu lui-même qui le convainc d'accepter la situation et de ne pas répudier son épouse. Cette même nuit, Amphitryon décida de réagir et entame la conception de sa propre descendance : Iphiclès.

Naissance d'Héraclès

Sur ordre d'Héra, la naissance d'Héraclès fut retardée par Ilithyie et ceci afin d'éviter qu'il ne règne sur Tirynthe et Mycènes au profit de son cousin Eurysthée. Ce dernier naquit avant terme, la gestation ne dura que sept mois. Peu de temps après la naissance d'Héraclès, Hermès enleva l'enfant et le plaça dans le lit d'Héra endormie. L'enfant affamé s'approcha de la déesse et commença à  téter. Il téta si fort que le lait divin se répandit dans le ciel en une traînée blanchà¢tre, la voie lactée. De cette nourriture, Héraclès devint immortel.

La vengeance d'Héra

Héra, lasse des infidélités de Zeus, tenta, pour se venger, de se débarasser à  maintes reprises d'Héraclès.
Héraclès (alors nommé Alcide, du nom d'Alcée, père d'Amphitryon) et Iphiclès ont huit mois et dorment dans la même chambre lorsque Héra plaça dans le berceau de chacun une vipère. Réveillé par le sifflement des serpents Iphiclès se mit à  crier, ce qui alerta les parents tandis qu'Héraclès bondit hors de sa couche, s'empara à  mains nues des serpents et les étrangla. Cet exploit fut le premier d'une longue série.
Une autre version raconte qu'Amphitryon ignorait qui était son véritable fils. Lorsque les deux enfants atteignirent l'à¢ge de huit mois, il plaça lui-même les serpents dans les berceaux afin de mettre à  l'épreuve les bambins. Le résultat ne se fit pas attendre en comparant la réaction d'Iphiclès à  celle à  d'Héraclès.

L'adolescence d'Héraclès

Les meilleurs formateurs

Héraclès et Iphiclès, comme tout les jeunes nobles, reçurent une éducation avec les meilleurs formateurs.

Héraclès chez Thespios

Héraclès fut invité chez le roi Thespios ( régent de Thespis, ville voisine de Thèbes) dans deux buts précis :

Pour la suite des événements, il existe trois versions :
  1. Thespios laissa Héraclès courtiser Procris, sa fille aînée.
  2. Thespios est le père de cinquante filles capricieuses. Aussi, il compta sur Héraclès pour les engrosser et ainsi les assagir. Pendant cinquante nuits les filles se succédèrent et se trouvèrent enceintes. De ces unions naquirent cinquante et un fils : les Thespiades. Procris, l'aînée des filles, eu des jumeaux : Antiléon et Hippée.
  3. Thespios enivra Héraclès et envoya ses filles l'une après l'autre, la même nuit. Héraclès ayant l'esprit tellement brouillé qu'il crut s'unir à  la même fille mais cinquante fois.

Dans certains récits, ces événements surviennent après qu'Héraclès ait tué le lion et fut, en récompense, hébergé par Thespios.

Le Lion du mont Cithéron.

Le lion du mont Cithéron, près de Thèbes, terrorisait le royaume de Créon et de Thespios. Aucun chasseur n'osait affronter l'animal.

A dix-huit ans, Héraclès réalisa le second de ses exploits en tuant le fauve à  l'aide de sa massue taillée d'une seule pièce dans un olivier sauvage déraciné sur l'Hélicon. Héraclès dépeça la bête et se couvrit de sa peau avec la tête en guise de casque. Selon certains, il s'agirait de la peau du lion de Némée.

La guerre contre les Minyens

Périèrès, le conducteur du char de Ménœcée (roi de Thèbes et père de Créon), blessa mortellement Clyménos le roi d'Orchomène en lui lançant une pierre alors qu'il se trouvait dans le sanctuaire d'Onchestos lors d'une des fêtes de Poséidon.

Ramené à  demi-mort à  Orchomène, avant d'expirer, il fit promettre à  son fils, Erginos, de le venger. Erginos accepta et engagea son armée contre le roi Créon qui fut défait. Dans le but d'humilier les vaincus, Erginos les dépouilla de leurs armes et obligea Créon à  lui fournir annuellement et durant 20 ans, un cheptel de 100 bêtes. Afin de percevoir cette redevance, Erginos envoyait annuellement une délégation.

Après son exploit sur le mont Cithéron, Héraclès redescendit vers Thèbes et croisa la route de ces émissaires. Ne supportant pas l'humiliation imposée à  Créon, Héraclès trancha le nez et les oreilles à  chacun d'eux et en fit un pendentif. Les percepteurs furent ainsi réexpédiés au palais d'Erginos.

Héraclès ne s'en tint pas à  cette démonstration. A son tour, il mena les Thébains au combat face au roi des Minyens. Dans cette lutte, Amphitryon perdra la vie. Campée devant les murailles, l'armée de Créon entama le siège d'Orchomène. Une nuit, Héraclès se glissa dans l'enceinte de la ville et incendia le palais d'Erginos. La région fut dévastée et les Minyens se virent à  leur tour imposés d'une taxe annuelle de 200 têtes de bétail.

Plus tard Héraclès épousa la fille du roi de Thèbes, avec qui il eut plusieurs enfants : les Alcaà¯des. Leur nombre varie de deux, trois ou huit. Les trois principaux sont Thersimaclos, Créontidas et Deicoon.

Lycos l'usurpateur et la folie d'Héraclès

Version la plus répandue

Héraclès quitta Thèbes pour un moment. A son retour, le roi Créon était décédé et il trouva sur le trà´ne un certain Lycos qui passait pour être le meutrier de Créon. Lycos venait d'Eubée o๠il s'était réfugié entre la défaite des sept chefs et l'éxpédition des Épigones contre Thèbes.

Craignant l'influence des Alcaà¯des sur Thèbes, Lycos décida d'exécuter la descendance de Créon lorsque de justesse, Héraclès se présenta au palais et tua l'usurpateur.

Lors des réjouissances qui suivirent la libération, Héraclès fut halluciné par Héra et prit ses fils pour des bêtes sauvages. Il empoigna son arc et les transperça. Mégara s'interposa et ne fut pas épargnée. D'après le pseudo-Apollodore, Mégara ne fut pas tuée et épousa Iolas dont les frères avient été immolés par Héraclès.

Version d'Euripide

Dans la tragédie d'Euripide, La folie d'Héraclès, la raison de l'accomplissement des travaux n'est pas détermineé.

Après la dernière épreuve à  Argos (la descente aux Enfers), Héraclès se rendit à  Thèbes et constata l'usurpation de Lycos qu'il tua.

Héraclès amusait tendrement ses enfants lorsque, du haut de l'Olympe Héra le frappa de folie. Il confondit ses fils à  ceux d'Euristhée et exécuta sa famille. Reprenant peu à  peu ses esprits et horrifié par ses actes, il s'exila vers Athènes accompagné de Thésée qu'il avait libéré des Enfers lors de sa dernière quête.

L'oracle

Après sa folie passagère, Héraclès reprit ses esprits et sombra dans le désespoir. Il s'exila de Thèbes et se rendit chez Thespios qui le purifia. Tourmenté par le drame, Héraclès consulta l'oracle de Delphes, suivant la proposition de son frère Iphiclès. La Pythie lui expliqua qu'il devait, pour expier sa faute, se mette au service de son cousin, Eurysthée, avec qui il entretenait une vieille inimitié.

Auparavant Héraclès portait le nom d'Alcide en relation avec le nom de son grand-père Alcée, nom qu'il abandonnera sur les conseils de la Pythie pour adopter celui d'Héraclès (« gloire d'Héra ») dans le but éventuel de calmer la déesse. Héraclès se rendit à  Tirynthe o๠Eurysthée lui infligea une terrible punition, inspirée par Héra, ce sont les douze travaux considérés irréalisables .

Les douze travaux

  1. Vaincre le lion de Némée, à  la peau impénétrable, et rapporter sa dépouille ;
  2. Tuer l'hydre de Lerne aux têtes repoussant sans cesse ;
  3. Vaincre à  la course la biche de Cérynie, créature sacrée d'Artémis ;
  4. Rapporter vivant l'énorme sanglier d'Érymanthe ;
  5. Nettoyer les écuries d'Augias, qui ne l'avaient jamais été ;
  6. Tuer les oiseaux du lac Stymphale aux plumes d'acier ;
  7. Rapporter le taureau crétois de Minos, que celui-ci n'avait pas voulu rendre à  Poséidon ;
  8. Capturer les cavales de Diomède, juments carnivores et sauvages ;
  9. Rapporter la ceinture d'Hippolyte, la reine des Amazones ;
  10. Enlever le troupeau de bœufs de Géryon ;
  11. Rapporter les pommes d'or du jardin des Hespérides gardées par Ladon ;
  12. Descente aux Enfers : enchaîner Cerbère, le gardien des Enfers.

Une fois ces douze travaux accomplis, ce qui lui prit une dizaine d'années, il redevint libre, son crime de sang étant enfin lavé.

Héraclès épousa ensuite Déjanire, fille d'Œnoè. Face au grand fleuve Euénos en proie à  une crue exceptionnelle, Héraclès vit que, s'il pouvait facilement le franchir, il ne pouvait le faire en portant Déjanire. Se présenta alors à  eux un centaure nommé Nessos qui proposa d'aider Déjanire à  franchir la fleuve, tandis qu'Héraclès nagerait de son cà´té. Lorsque Héraclès arriva, il vit que Nessos tentait d'abuser de Déjanire. Il prit alors une flêche enduite du poison de l'Hydre de Lerne et la décocha entre les omoplates de Nessos. à€ l'agonie, il tendit sa tunique à  Déjanire et lui dit de la tremper dans son sang afin de l'offrir à  Hercule et s'assurer ainsi pour l'éternité de sa fidélité.

Bien plus tard Déjanire, craignant de perdre son époux, qui s'était épris de la fille du roi Eurytos, elle insista pour qu'il revêtît la tunique. Héraclès sentit cependant que le vêtement le brà»lait ; tentant de s'en défaire, il constata que sa peau partait avec, en lambeaux. Il comprit alors le piège dans lequel Déjanire s'était laissé prendre : le sang du centaure était souillé par le poison de l'Hydre de Lerne, qui avait tué Nessos et qui maintenant tuait le fils de Zeus. Faisant ériger un bà»cher, il s'y jeta tandis que Déjanire se pendait. Zeus ne put intervenir mais lui offrit une place sur le mont Olympe, parmi les dieux. Hercule devint alors immortel.

Voir aussi

Lien externe