Accueil |

Héraldique

        

L'héraldique est la science du blason, c'est-à -dire l'étude des armoiries (ou armes).

L'héraldique s'est développée au Moyen à‚ge dans toute l'Europe comme un système cohérent d'identification non seulement des personnes, mais aussi en partie des lignées (le blason pouvant être transmis par héritage en traduisant le dégré de parenté), ce qui en fait malgré tout un système unique en son temps.
Apparue au XIIe siècle et utilisée par les membres de l'aristocratie, elle s'est peu à  peu diffusée dans l'ensemble de la société occidentale.

Sommaire
1 Création et évolution des blasons
2 Le blasonnement
3 L'écu
4 Voir aussi
5
6 Bibliographie

Création et évolution des blasons

La création des blasons bien que laissée à  l'initiative de leurs futurs possesseurs, s'est vu dès le début, se doter de règles plus ou moins strictes, visant à  rendre l'identification efficace: lecture facile par l'emploi de couleurs franches tranchant les unes sur les autres, motifs de grande taille aux contours simplifiés facilement lisibles, et surtout unicité des armoiries (souvent non respectée — plus par ignorance que par volonté de plagiat).

Cette volontée identitaire se traduit aussi par l'utilisation de symboles, rappels de faits marquants ou traductions de traits caractéristiques liés au possesseur (
armes par allusion), ou même figuration du patronyme, n'hésitant pas devant l'à -peu-près, voire le jeu de mots (armes parlantes) (cf. ci-contre le « rébut » que constituent les armes de La Tour du Pin, commune de l'Isère).

Mais le blason n'est pas figé et il peut évoluer en fonction :

Le blasonnement

Si l'écu accompagné de ses
ornements, est la représentation graphique des armoiries, le blasonnement en est sa représentation verbale.

Né de la pratique des tournois, des hérauts (qui donneront leur nom à  l'héraldique) et de la nécessité de constituer de véritables annuaires (les armoriaux) à  double fonction de recueil d'identités et de dépot d'exclusivité, à  une époque o๠l'illustration, surtout en couleur est une entreprise de longue haleine, le blasonnement se developpe en véritable langue, avec vocabulaire et syntaxe, étonnant de rigueur et de précision, permettant de décrire rapidement et sans ambiguité les blasons les plus complexes.

L'identité héraldique, s'étant longtemps limitée aux éléments portés par l'écu, le blasonnement se contente souvent de ne décrire que celui ci. Les ornements n'ont pris de l'importance que tardivement, et le blasonnement complet se doit de les intégrer.

L'écu

Forme de l'écu

L'écu, support matériel du blason, n'a pas le même dessin selon le lieu ou l'époque, et peut revêtir des formes plus ou moins fantaisistes (voir ci-contre). Quelques remarques sur ces formes :

Notes :

Organisation de l'écu

Pour se situer sur l'écu, celui-ci est divisé en 9 zones appelées points de l'écu. Ces points sont identifiés par des noms, qui varient quelque peu selon les auteurs, exception pour le « point du centre » (5) nommé aussi « cÅ“ur » ou « abîme ».

Deux autres points, cités par tous, sont le « point d'honneur » (H) et le « nombril » (N). Mais si pour certains, il s'agit d'une surface équivalente aux premiers, placée à  cheval sur 2 zones (cf. dessin), pour d'autres, il s'agit de points au sens géométrique, situés au milieu des frontières 2-5 et 5-8.

Quels que soient les auteurs, il y a symétrie d'appellation entre 1 et 3, 4 et 6, 7 et 9 o๠dextre pour 1,4 et 7 correspond à  sénestre pour 3,6 et 9. — En héraldique, gauche (sénestre) et droite (dextre) sont celles du porteur de l'écu.

Ces écarts de vocabulaire ou de définition sont en pratique sans conséquences pour le blasonnement — ce qui explique probablement pourquoi ces différences subsistent.

Couleurs

Tous les composants du blason ont un attribut de couleur. Il s'agit de couleurs symboliques : ainsi le gueules se représente par un rouge, qu'il soit vermillon, écarlate, carmin ou autre, et les fourrures sont en fait des compositions bicolores.

Ces couleurs sont réparties en trois groupes : les métaux, les émaux et les fourrures ( ou pannes). Il faut noter que certains auteurs utilisent d'une façon inverse les termes couleur et émail.

Ces couleurs font l'objet d'une règle d'héraldique importante dite '''« règle de contrariété des couleurs ». '''
émaux
Gueules Rouge
Azur Bleu
Sable Noir
Sinople Vert
Pourpre Pourpre
métaux
Or jaune
Argent blanc
Fourrures
Hermine mouchetures noires sur fond blanc
Contre-hermine
ou poudré d'argent
Inverse de l'hermine (mouchetures blanches fond noir). ''
Vair alternance de clochettes bleues et blanches
contre-vair
vair inversé
vairé
quelques unes des nombreuses variantes du vair

Partitions

L'écu peut être divisé en plusieurs parties égales, selon des lignes simples.
On appelle partition les différentes façons de diviser ainsi l'écu.

L'origine en serait la marque des coups reçus sur le bouclier lors des combats (Les 4 partitions de bases -1: parti, 2: coupé, 3: tranché et 4: taillé,- étant parfois appellés : « les 4 coups guerriers » - bien que ces noms ne correspondent pas au vocabulaire de l'escrime médiévale).
Ces partitions de bases se combinent à  l'infini, voir la page partition héraldique

En fait chaque élément se comporte comme un écu à  part entière (et donc peut être partitionné à  son tour), ce qui fait que les partitions se comprennent souvent mieux comme une réunion de plusieurs écus en un seul, plutà´t que comme l'éclatement d'un en plusieurs.
Les éléments créés par une partition sont de tailles égales, mais n'ont pas le même « prestige » : ils sont hiérarchisés selon leur place : le prestige décroit de haut vers bas, et de dextre vers sénestre, et le blasonnement se fait selon cette hiérarchie.

  
Un usage très fréquent des partitions concerne la traduction héraldique des unions de toutes natures: mariages, fiefs annexés, etc. (voir « pannon »)
Ainsi l'union à  deux se fera souvent par un parti (qui a pour effet d'écraser en largeur les figures et à  souligner la préséance du dextre — ce qui peut être recherché) ou encore très souvent par un écartelé (qui ne deforme pas l'écu initial, et qui donne une union plus égalitaire : le plus et le moins prestigieux pour l'un, les deux intermédiaires pour l'autre)
l'union de avec donnera, en parti : en écartelé :

Blasonnement : l'un : d'azur à  la croix ansée d'or, l'autre : d'or à  la chimère de sinople chevelée de gueules ;
donne : parti d'azur à  la croix... et d'or à  la chimère... ; et : écartelé au 1 et au 4 d'azur à  la croix... et au 2 et 3, d'or à  la chimère...
(la notion "plus égalitaire" est faible : le blasonnement est presque identique....)

La partition bien sà»r peut n'être qu'un élément de « rédaction » du blason, comme dans celui de La tour du Pin, ou le parti ne sert qu'à  délimiter les deux cases du « rébut » (Voir illustration plus haut).

Les partitions en éléments nombreux, comme l'échiqueté ou le losangé ou autre rebattements, relève plus d'un soucis de décoration, et fonctionne plus comme une fourrure couvrant le champ entier.

Charges

Peu d'écus sont de couleurs pleines (anciennement « plain »), la plupart sont agrémentés (« chargés ») par des motifs (« charges »)dont le but technique principal est de singulariser les armes.

Aux motifs géometriques élémentaires de départ (qui a constitué le groupe des « pièces honorables », à  position sur le champ et à  taille conventionnelles,) sont venu s'ajouter une infinité de figures de toutes sortes : forme géométrique pure, être vivant animal ou végétal, réél ou fantastique, objet technique ou naturel.

Le dessin des charges est toujours très stylisé, parfois à  l'extrème, sans effet de modelé ni d'éclairage (couleur en aplat, parfois cernée d'un trait).

Les charges sont d'une seule couleur. Mais il arrive que des éléments d'une charge complexe soit d'une couleur différente (exemple : un lion rouge avec des griffes noires), il faut alors le préciser avec un vocabulaire approprié (lion de gueules armé de sable)

à€ la différence des partitions (qui délimitent des zones de même niveau) les charges se posent sur le champs ou sur une autre charge (elles chargent) constituant une épaisseur (dans les représentations soignées, cette épaisseur apparait par une ombre portée sur le champ qu'elle charge, la lumière conventionnelle venant du devant en haut et à  dextre - convention de lumière qu'on retrouve dans le dessin d'architecture- voir ci-contre l'ombre de la croix sur le champ).

Les charges peuvent être partitionnées si elles sont de grandeur suffisante et peuvent être agrémentées par d'autres charges. (Ci-contre une croix partitionnée : gironnée d'or et de sable.)

Parmi les charges les plus répendues, outre les pièces honorables, on trouve la croix, le lion, l'aigle, la fleur de lys.

Le nombre pratiquement infini de charges a poussé un grand nombre d'héraldistes à  proposer des classifications. à€ ce jour, aucune ne fait l'unanimité. Ces classifications n'intervenant pas dans le blasonnement, elles sont surtout d'un intérêt théorique.

Voir aussi

  L'héraldique : http://www.paradoxe.net/heraldique/herald1.html
  Traducteur héraldique : http://www.heraldica.org/shell/translatf.pl
  Les partitions : http://www.geneaguide.com/heraldique/dico/partitio.htm
  Conseil français d'héraldique : http://www.geneaguide.com/membres/cfh/
  Logiciels héraldiques : http://www.chez.com/grandarmorial/logicielsHeraldique.htm

Bibliographie

Une bibliographie raisonnée de l'héraldique mériterait un chapitre à  elle seule, tant les références sont nombreuses...