Accueil |

Hérodote

          

Note : cette page contient des caractères qui ne sont pas nécessairement présents dans les polices de caractères courantes. Si vous constatez que certains sont remplacés par des carrés, des points d'interrogation ou autres, consultez la page Unicode pour régler facilement ce problème ().

Histoire > Historiens célèbres


Hérodote (en grec Ἡρόδοτος), né vers -482 à  Halicarnasse, actuellement Bodrum (Turquie), mort en -425 à  Thourioi, était un historien grec ; il a été surnommé « le père de l'Histoire Â» (Cicéron, Les lois, I, 1), mais aussi du reportage : il est considéré comme l'un des premiers explorateurss. C'est également le premier prosateur dont l'œuvre nous soit restée.

Biographie

Peu de choses nous sont connues sur la vie d'Hérodote, hormis ce qu'on peut tirer de ses propres œuvres.

Fils de Lyxès, il est membre d'une famille aristocratique qui revendique une ascendance dorienne. Il est le neveu de Panyasis, éminent poète épique, qu'à  l'époque à  comparait à  Homère. Il suit sa famille, adversaire du tyran Lygdamis, en exil à  Samos. De retour à  Halicarnasse, en Carie, vers -454, il participe à  l'insurrection qui renverse la tyrannie. Peu après, il est de nouveau inquiété, et s'établit à  Athènes o๠il se lie avec Sophocle, qui écrit un poème en son honneur en -450 (on en a conservé des fragments par Plutarque). Il suit ensuite les colons qui partent fonder Thourioi, en Grande Grèce. C'est sans doute là  qu'il meurt.

(Source : Harry Thurston Peck, Harpers Dictionary of Classical Antiquities, 1898)

Œuvres

On connaît sa principale œuvre sous le nom d'Enquêtes (Ἱστορίαι [Historiai]). C'est l'une des plus longues œuvres de l'Antiquité, elle se compose de neuf livres, chacun ayant le nom d'une muse. Elle est découpée en chapitres, mais ce découpage ne semble pas être le fait de l'auteur. La première mention de ce découpage est due à  Diodore de Sicile au Ier siècle av. J.-C, et c'est probablement au IIe siècle av. J.-C, du fait de grammairiens alexandrins, que l'ouvrage fut ainsi découpé.

C'est pour expliquer les guerres médiques qu'il commence son enquête sur les relations entre les Grecs et les Perses. Ainsi, le premier paragraphe annonce :

Ἡροδότου Ἁλικαρνησσέος ἱστορίης ἀπόδεξις ἥδε, ὡς μήτε τὰ γενόμενα ἐξ ἀνθρώπων τῷ χρόνῳ ἐξίτηλα γένηται, μήτε ἔργα μεγάλα τε καὶ θωμαστά, τὰ μὲν Ἕλλησι τὰ δὲ βαρϐάροισι ἀποδεχθέντα, ἀκλεᾶ γένηται, τά τε ἄλλα καὶ δι' ἣν αἰτίην ἐπολέμησαν ἀλλήλοισι.
(« Voici le résultat de l'enquête d'Hérodote d'Halicarnasse, afin que les œuvres des hommes ne soient pas obscurcies par le temps, et que les exploits et les merveilles accomplies aussi bien par les Grecs que par les Barbares ne perdent pas leur éclat — entre autres, la raison du conflit qui les opposa tous deux. )

Le style d'Hérodote est simple, plaisant et pittoresque, parfois naà¯f, parfois poétique. C'est un admirateur d'Homère — Denys d'Halicarnasse le qualifie de « zélote d'Homère Â» (Ὁμήρου ζηλωτής).

Plutarque le trouve d'une grande impartialité et a consacré un traité entier, De la mauvaise foi d'Hérodote (Περὶ τῆς Ἡροδότου Κακοηθείας), pour montrer qu'il est injuste avec les Grecs. Ces accusations sont exagérées, et la naà¯veté et la crédulité d'Hérodote, bien que réelles, le sont souvent également.


Hérodote est aussi le titre d'une revue de géopolitique fondée en 1970 par Yves Lacoste.