Accueil |

Histoire de la Colombie

Sommaire
1 Avant la République
2 La République
3 Le front national
4 Après le front national
5 Voir aussi

Avant la République

Avant l'arrivée de Christophe Colomb en Amérique, l'actuelle Colombie était occupée principalement par des chasseurs et agriculteurs nomades. Les Chibchas qui vivaient dans la région de Bogota, dominaient les différents groupes indigènes.

Les espagnols s'approchèrent des cà´tes colombiennes en 1500, mais les premieres colonies permanentes, qui s'établirent à  Santa Marta, datent de 1525. En 1549, la zone fut considéré par les espagnols comme une colonie et la capitale fut installé à  Santa Fe de Bogota. En 1717, Bogota devint la capitale de la vice-royauté de la Nouvelle Grenade, qui comprenait aussi les actuels Venezuela, Équateur et Panama. Bogota, tout comme Lima et Mexico, devint l'une de principales villes sur le continent américain pour l'administration espagnole. En aoà»t 2000, on changea le nom officiel de Santa Fe de Bogota en simplement Bogota.

Le 10 juillet 1810, les habitants de Bogota instaurèrent la première assemblée représentative à  défier l'autorité espagnole. L'indépendance ne fut proclameé qu'en 1813 et le 17 janvier 1819, la République de la Grande Colombie fut créee.

La République

La République de la Grande Colombie regroupait les territoires de la vice-royauté. Simà³n Bolà­var fut élu président et Francisco de Paula Santander, vice-président. Chacun de ces deux hommes sera à  l'origine d'un parti politique. Ainsi les partisans de Bolà­var formeront le parti conservateur tandis que ceux de Santander constitueront les libéraux. Ces deux parties domineront l'histoire de la Colombie. Les conservateurs désiraient un État très centralisé, et l'appui de l'Église catholique tandis que les libéraux voulaient un État décentralisé et la préeminence de l´État dans le domaine de l'enseignement et des affaires civiles, et désiraient aussi un suffrage plus élargi.

Les deux parties altèrnèrent au pouvoir tout au long des XIXe et XXe siècles. Ils occupèrent le pouvoir durant à  peu près la même durée. Contrairement, à  la plupart des pays d'Amérique latine, en Colombie, il y eut relativement peu de dictatures et les élections étaient organisées régulièrement et étaient libres. Les militaires s'emparèrent du pouboir en 1830 -lorsque l´Équateur et le Venezuela quitèrent la République-, en 1854 et 1953. La dictature militaire dura moins d'un an en 1830 et 1854, dans le dernier cas, elle se maintint durant 4 ans entre 1953 et 1957.

Malgré le faible nombre de coups militaires, par rapport aux autres pays d'Amérique latine, la Colombie reste un pays dont l'histoire est jalonné d'épisodes violents. En effet, deux guerres civiles opposèrent les libéraux et conservateurs. La première, surnommée les "Mille Jours" (1899-1902), coà»ta la vie à  environ 100 000 personnes, la seconde, connue sous le nom de "La Violencia" (fin des années 1940 et années 50) aurait causé la mort de 300 000 personnes.

Le 1er janvier 1880, le Français Ferdinand de Lesseps, commance les travaux du Canal de Panama, encore partie integrante de la Colombie.

Panama est séparé de la Colombie en 1903, cédant à  perpétuité cette région aux États-Unis, suite à  une rebellion par le groupe indépendantiste Amador Guerrero appuyé par des navires de guerres des États-Unis.

En 1953, le général Gustavo Rojas Pinilla organisa un coup d'État. Il bénéficia au début d'un important soutien populaire, en raison de son succés à  apaiser dans une certaine mesure "La Violencia". En 1957, les militaires soutenus par les deux partis le renversèrent car il n'avait pas restoré la démocratie. Un gouvernement provisoire fut mis en place

Le front national

En juillet 1957, Laureano Gomez, ancien président conservateur (1950-1953) et Alberto Lleras Camrgo, ancien président libéral (1945-1946, 1958-1962) signèrent la "Déclation de Sitges" dans laquelle ils proposèrent la création d'un "front national". Les deux parties gouverneraient conjointement, se partageant à  égalité aussi bien les fonctions électives que nommées. Des élections normales continueraient à  désigner le président.

Le front national mis fin à  "La Violencia" et introduisit de profondes réformes sociales et économiques, en collaboration avec l'alliance pour le progrès.

Le partage strict institué par les accords de Stiges prit fin en 1978, mais la constitution de 1886, en vigueur jusqu'en 1991, imposait de toutes façons que des postes ministériels soient attribués au parti qui perd les elections. Cette contrainte a disparu de la nouvelle consitution de 1991, mais l'opposition a continué à  se voir attribuer des postes dans tous les gouvernements.

Après le front national

Le 7 aoà»t 1998, Andres Pastrana est élu président.

En mai 2002, Alvaro Uribe est élu président de la Colombie. Il signe des alliances avec l'ELN, et arrête les nécociations avec les rebelles du FARC. Il propose notament aux paramilitaires d'integrer l'armée du pays.

Le Plan Colombie, qui a été signé avec les États-Unis, permet d'arroser au désherbant Roundup la forêt tropicale et les indigènes sous le couvert de destruction de la coca.

Le gouvernement fait pression sur les associations de défense des femmes ou des enfants, protestant contre les attaques par les paramilitaires et les rebelles.

en mai 2004, 89 paramilitaires et réservistes colombiens sont arrêtés au Venezuela, soupçonnés de s'appreter à  déstabiliser le gouvernement d'Hugo Chà¡vez.

De nombreux tanks français achetés à  l'ancien premier ministre espagnol José Maria Aznar, sont le long de la frontière vénézuélienne.

Voir aussi


Colombie | Histoire