Accueil |

Homère

            


Cet article fait partie de
la série Littérature'''
Littérature francophone
Écrivains-Livres
Histoire littéraire
Antiquité - Moyen à‚ge
XVIe siècle - XVIIe siècle
XVIIIe siècle - XIXe siècle
XXe siècle - XXIe siècle
Formes littéraires
BD - Conte - Jeunesse
Nouvelle - Théà¢tre
Poésie - Roman
Genres littéraires
Biographie - Fantastique
Roman noir
Roman policier
Science-fiction
Voir aussi
Courants littéraires
Prix littéraires
Littérature non francophone
américaine - anglaise
arabe - en espéranto
espagnole - finlandaise
germanique - grecque
hongroise - indienne
irlandaise - italienne
japonaise - latine
russe - suédoise
Méta

Portail Littérature

Homère (en grec ancien Ὅμηρος Homêros) était un aède (poète) de la fin du VIIIe siècle av. J.-C. C'est le premier poète grec dont nous ayons des œuvres. Il était surnommé « le Poète Â» (ὁ Ποιητής ho Poiêtês) par les Anciens. Victor Hugo écrivit à  son propos dans William Shakespeare : « Le monde naît, Homère chante. C'est l'oiseau de cette aurore Â».

Sommaire
1 Biographie
2 Œuvres
3 Composition des œuvres
4 Transmission des textes homériques
5 La langue homérique
6 Homère historien ?
7 Bibliographie
8 Voir aussi

Biographie

La tradition veut qu'Homère ait été aveugle. Deux éléments dans les textes homériques appuient cette thèse. Tout d'abord, le seul aède des deux épopées, Démodocos, qui apparaît dans L'Odyssée pour chanter des épisodes de la guerre de Troie, est aveugle. Ensuite l'auteur de l'hymne à  Apollon Délien (Hymnes homériques, à  l'époque attribués à  Homère) déclare à  son propre sujet : « τυφλὸς ἀνήρ, οἰκεῖ δὲ Χίῳ ἔνι παιπαλοέσσῃ (c'est un aveugle, qui réside à  Chios la rocailleuse) ». Martin P. Nilsson remarque cependant, dans Homer and Mycenঠ(1933), que dans certaines régions slaves, les bardes sont rituellement qualifiés d'« aveugles ». La perte de la vue est supposée stimuler la mémoire.

Plusieurs villes ioniennes (Chios, Smyrne, Cymé ou encore Colophon) se disputent son origine. Lucien de Samosate (v.120–ap.180), dans son Histoire vraie (II, 20), fait d'Homère un Babylonien envoyé en otage (en grec ὅμηρος homêros) chez les Grecs, d'o๠son nom. Proclos (412–485) conclut la polémique dans sa Vie d'Homère, en disant que celui-ci fut avant tout un « citoyen du monde ».

En fait, nous ne savons rien sur la vie d'Homère. Huit biographies anciennes nous sont parvenues, faussement attribués à  Plutarque et Hérodote, mais elles datent probablement de l'ère chrétienne, et ne sont pas dignes de confiance.

Œuvres

On lui attribue la paternité de L'Iliade et de L'Odyssée. L'œuvre épique comique Batrachomyomachia (bataille des grenouilles et des souris) et les Hymnes homériques lui sont également attribués, quoiqu'il est communément admis que ce sont des œuvres dérivées ultérieures.

Composition des œuvres

Du fait des maigres informations dont nous disposons sur Homère, certains ont mis en question son existence même. Cette question remonte à  l'Antiquité :

« C’était la maladie des Grecs de chercher quel était le nombre des rameurs d’Ulysse ; si L’Iliade fut écrite avant L’Odyssée, si ces deux poèmes étaient du même auteur.
(Sénèque, De la brièveté de la vie) »

Plusieurs hypothèses ont été envisagées : il s'agirait là  d'un seul auteur, de plusieurs auteurs ou d'un auteur ayant réuni et complété le travail de plusieurs auteurs.

Au XVIIIe siècle, l'abbé d'Aubignac (Conjectures académiques, 1715), puis F.A. Wolf (Prolegomena ad Homerum, 1795) posent la question de l'unité artistique des poèmes et affirment que les textes que nous avons sont l'œuvre d'un éditeur tardif. à€ partir d'eux se distinguent deux écoles : les unitaristes et les analystes.

Les analystes cherchent à  isoler un poème originel, œuvre d'Homère lui-même, d'additions postérieures ou d'interpolations, et soulignent les incohérences du texte, les erreurs de composition : par exemple, Pylémène, héros troyen, est tué au chant V avant de reparaître quelques chants plus loin ou encore Achille espère au chant XI une ambassade qu'il vient juste de renvoyer. Il est vrai aussi que la langue homérique (voir infra), pour ne parler que d'elle, est un ensemble composite mêlant des dialectes divers (ionien et éolien principalement) et des tournures d'époques diverses. Cette démarche était déjà  celle des Alexandrins qui ont établi le texte (voir infra).

Les unitaristes, au contraire, soulignent l'unité de composition et de style des poèmes, pourtant très longs (15 337 vers pour L'Iliade et 12 109 pour L'Odyssée) et défendent la thèse d'un auteur, Homère, qui a composé les poèmes que nous avons à  partir de sources diverses existant à  son époque. Les différences entre les deux poèmes peuvent s'expliquer par le changement entre un auteur jeune et le même, plus vieux, ou encore entre Homère lui-même et un continuateur de son école.

Aujourd'hui, la plupart des critiques pense que les poèmes homériques ont été composés lors d'une période de transition, au moment du passage d'une culture de composition et de transmission orale à  une culture de l'écrit. L'Iliade aurait été composé en premier, vers la moitié du VIIIe siècle av. J.-C, et L'Odyssée serait postérieur, de la fin du VIIe siècle.

Transmission des textes homériques

Transmission orale

Les textes homériques se transmirent longtemps par voie orale. Dans sa célèbre thèse, L'épithète traditionnelle chez Homère, Milman Parry montre que les nombreuses formules « nom propre + épithète », telles que « Achille aux pieds légers » ou « Héra, la déesse aux bras blancs » obéissent à  des schémas rythmiques précis qui facilitent le travail de l'aède : un hémistiche peut être aisément complété par un hémistiche tout fait. Ce système, qu'on ne retrouve que dans la poésie homérique, est caractéristique de la poésie orale.

Parry et son disciple, Albert Lord, donnent ainsi l'exemple de bardes serbes de la région de Novi Pazar, analphabètes, capables de réciter de longs poèmes parfaitement versifiés, en utilisant ce type de formules rythmiques. Après avoir enregistré plusieurs de ces épopées, Lord s'aperçoit en revenant quelques années plus tard que les modifications apportées par ces bardes sont minimes.

De Pisistrate aux Alexandrins

Pisistrate, au VIe siècle av. J.-C, inaugure la première bibliothèque publique. Cicéron (De oratore, III, 40) rapporte que les deux récits épiques sont alors pour la première fois retranscrits, sur l'ordre du tyran athénien. Il promulgua une loi enjoignant à  tout chanteur ou barde passant par Athènes de réciter tout ce qu'il connaissant d'Homère pour les scribes athéniens, qui enregistrèrent chaque version et les réunirent en ce qui est à  présent appelé L'Iliade et L'Odyssée. Des savants tels que Solon participèrent à  ce travail. Le fils du tyran, Hipparque, ordonna que le manuscrit fà»t récité tous les ans à  l'occasion de la fête des Panathénées, selon le dialogue Hipparque attribué à  Platon. Les textes homériques sont alors écrits et lus sur des rouleaux de parchemin ou de papyrus, les volumina (d'o๠vient le français « volume Â»). Aucun rouleau ne nous est parvenu intact. Nous n'en avons que des fragments, retrouvés en Égypte, dont certains remontent au IIIe siècle av. J.-C.

Ensuite, les premiers à  travailler à  une édition critique des textes homériques sont les grammairiens alexandrins. Zénodote, premier bibliothécaire de la Bibliothèque d'Alexandrie, comme le travail de défrichage, tandis que son successeur Aristophane de Byzance établit la ponctuation du texte. Aristarque de Samothrace, successeur d'Aristophane, écrit des commentaires de L'Iliade et de L'Odyssée, et tente de différencier le texte attique, établi sur les ordres de Pisistrate, et les additions hellénistiques. Enfin, ce sont les Alexandrins qui découpent les textes en 24 chants.

Des Byzantins à  l'imprimerie

Au IIIe siècle, les Romains répandent dans le bassin méditerranéen l'usage du codex, c'est-à -dire le livre broché que nous connaissons aujourd'hui. Les plus anciens manuscrits qui nous soient parvenus sous cette forme remontent au Xe siècle. Ils sont l'œuvre d'ateliers byzantins. C'est le cas par exemple du Venetus 454A, l'un des meilleurs manuscrits existant, qui permit en 1788 au Français d'Annse de Villoison d'établir l'une des meilleures éditions de L'Iliade. Au XIIe siècle, l'érudit Eustathe compile les commentaires alexandrins. Il ne retient que 80 corrections sur les 874 établies par Aristarque de Samothrace. En 1488 est imprimée la version princeps des œuvres à  Florence.

La langue homérique

La langue homérique est d'abord une langue de l'épopée, déjà  archaà¯que au VIIIe siècle, et encore davantage au moment de la fixation du texte, au VIe siècle. Avant ce moment, d'ailleurs, certains de ces archaà¯smes ont été remplacés, introduisant ainsi dans le texte des atticismes.

Parfois, la métrique permet de retrouver la forme initiale, ainsi que d'expliquer certaines tournures. C'est par exemple le cas pour le digamma (ϝ), disparu dès le premier millénaire avant notre ère, encore utilisé chez Homère pour des questions de scansion, même s'il n'est ni écrit ni prononcé. L'emploi concurrent de deux génitifs, l'archaà¯que en -οιο et le moderne en -ου, ou encore deux datifs pluriel (-οισι et -οις) montrent que l'aède pouvait alterner à  son gré formes archaà¯ques et modernes : « la langue homérique est un mélange de formes d'époques diverses, qui n'ont jamais été employées ensemble et dont la combinaison relève d'une liberté purement littéraire Â» (Jacqueline de Romilly).

Mieux encore, la langue homérique combine différents dialectes. On peut écarter les atticismes, transformations rencontrées lors de la fixation du texte. Il reste deux grands dialectes, l'ionien et l'éolien, dont certaines particularités sont manifestes pour le lecteur : par exemple, l'ionien utilise un êta (η) là  o๠la koinè utilise un alpha long (á¾±), d'o๠les noms « Athéné Â» ou « Héré Â» au lieu des classiques « Athéna Â» et « Héra Â». Cette « coexistence irréductible Â» des deux dialectes, selon l'expression de Pierre Chantraine, peut s'expliquer de diverses façons :

De fait, la langue homérique est une langue composite qui n'a jamais existé que pour les poètes, qui n'a jamais été réellement parlée, ce qui accentue la rupture créée par l'épopée avec la réalité du quotidien. Plus tard, bien après Homère, les auteurs grecs vont imiter ces homérismes précisément pour « faire littéraire Â».

Homère historien ?

Les auteurs de l'Antiquité pensaient qu'Homère chantait des événements ayant réellement existé, et que la guerre de Troie avait vraiment eu lieu. Ils faisaient leur la remarque d'Ulysse à  l'aède Démodocos (Od., VII, 489–491) :

« Tu chantes avec un grand art le sort des Grecs,
Tout ce qu'ont fait, subi et souffert les Argiens,
comme un qui l'eà»t vécu, ou tout au moins appris d'un autre ! »

Au XIXe siècle encore, c'est pour retrouver les sites décrits par l'épopée qu'Heinrich Schliemann lance ses fouilles en Asie mineure. Quand il met au jour les ruines d'une ville appelée Troie, puis celles de Mycènes, on pense que ce que raconte Homère est prouvé : on aurait retrouvé le masque d'or d'Agamemnon, le bouclier d'Ajax, la coupe de Nestor, etc. On identifie la société décrite par l'aède à  la civilisation mycénienne.

Rapidement, les découvertes sur cette civilisation (au premier chef, le déchiffrement du linéaire B) remettent en cause cette thèse : la société achéenne ressemblait plus aux civilisations mésopotamiennes, administratives et bureaucratiques, qu'à  une aristocratie de guerriers, sans État. Jacqueline de Romilly explique ainsi : « entre les documents soudain révélés et le contenu des poèmes, il n'y a pas un lien beaucoup plus étroit qu'entre la Chanson de Roland et des actes notariés de l'époque de Roland (Homère'', 1999).

Moses Finley, dans Le monde d'Ulysse (1969), affirme que la société décrite, hors quelques anachronismes, a vraiment existé : ce sont les « siècles obscurs », ceux du Xe et du IXe siècle av. J.-C, situés entre la civilisation de Mycènes et le début de l'à¢ge des cités (VIIIe siècle av. J.-C). Ainsi, il écrit dans « Les siècles obscurs et les poèmes homériques Â» (Les anciens Grecs, 1971) :

« Tout ce passe donc comme si la volonté archaà¯sante des bardes avait été en partie couronnée de succès : bien qu'ils aient perdu presque tout souvenir de la société mycénienne, ils demeuraient assez en retard sur leur temps pour peindre avec quelque exactitude les siècles obscurs, dans leurs débuts plus qu'en leur fin — tout en laissant toujours subsister des fragments anachroniques, survivances mycéniennes d'une part, notations contemporaines de l'autre. »

La position de Finley est aujourd'hui également remise en question, en grande partie à  cause des fameux anachronismes, montrant des traits datant du VIIIe siècle :

« Ainsi ajustaient-ils casques et boucliers bombés.
Écus, casques et hommes se pressaient l'un contre l'autre,
Et quand ils se penchaient, les casques chevelus heurtaient
Leurs splendides cimiers, tant ils se tenaient serrés. »

D'autres usages issus d'époques différentes montrent qu'à  l'instar de la langue d'Homère, le monde homérique n'a jamais existé en tant que tel. C'est un monde composite et poétique, tout comme la géographie du périple d'Ulysse.

Bibliographie

Voir aussi


L'extrait de L'Odyssée est issu de la traduction de Philippe Jaccottet, Club français du livre, 1955. Celui de L'Iliade est issu de celle de Frédéric Mugler, Actes Sud, 1995.