Accueil |

IBM 1130 et 1800

Le modèle 1130 et sa variante 1800 d'IBM sont des ordinateurs de la période fin des années 60, début des 70. Ils étaient tous deux équipés de mémoires à  tores de ferrite.

Sommaire
1 L'IBM 1130
2 L'IBM 1800
3 Abandon de cette ligne par IBM
4 Liens externes utiles

L'IBM 1130

L'IBM 1130 était un ordinateur scientifique de 16 bits occupant la place d'un simple bureau. Il se présentait comme le successeur naturel (troisième génération à  circuits intégrés) du 1620 de deuxième génération à  circuits imprimés.

Il disposait d'une mémoire de 4K à  32K mots de 16 bits, ayant un cycle mémoire de 2,2 µs ou 3,6 µs selon les modèles, et était muni d'un disque en cartouche interchangeable (2315) de 512 K mots. Son moniteur résident occupait 1/2 K mot ! Le système comportait une console à  boule Selectric, un lecteur de cartes (1442) et une imprimante (lente 1132 ou rapide 1403). On pouvait leur adjoindre un traceur de courbes et même un écran graphique 2250.

Les logiciels étaient à  l'époque fournis gratuitement par IBM (avec source sur demande) : système d'exploitation, compilateurs RPG (GAP), FORTRAN et même COBOL. Un peu plus tard (1971) vint un interpréteur du révolutionnaire langage APL.

Son originalité résidait pourtant ailleurs :

Cette politique fit rapidement du 1130 l'ordinateur ayant la bibliothèque d'applications scientifiques la plus riche de son époque, et un succès dans les écoles d'ingénieurs et universités de toute la planète. Dans les années 1970, le DEC PDP/11, qui était son concurrent direct moins cher et plus rapide, se heurta à  cette avance logicielle.

Parmi les logiciels contributifs, on comptait notamment un compilateur ALGOL, un compilateur SL/1 (sous-ensemble de PL/I) et un simulateur graphique de processus continus, le CSMP (Continuous System Modelling Program).

Lorsque la fourniture gratuite de logiciels fut considérée par la justice américaine comme une concurrence anormale aux sociétés de service, IBM dut se désengager de cette politique, et la gestion de cette bibliothèque fut confiée à  un groupe d'utilisateurs, nommé COMMON. On peut y voir un lointain ancètre du logiciel libre.

Le code d'instructions du 1130 avait été pensé dès le départ pour faciliter la multiprogrammation, mais celle-ci ne devint effective que vers la fin de vie du matériel, avec l'attachement MTCA (Multiple Terminal Control Attachment) qui permettait d'y connecter 4 ou 8 terminaux à  boule APL simultanés (en plus de la console du système).

L'IBM 1800

Le 1800 était la version "temps réel" du 1130, et destiné à  contrà´ler des processus industriels. Il pouvait exécuter les programmes du 1130, mais ses programmes n'étaient utilisables sur le 1130 qu'à  condition de ne pas utiliser les quelques instructions supplémentaires propres au 1800. Il fut beaucoup utilisé en sidérurgie et en pétrochimie.

Des simulateurs du 1130 sont aujourd'hui disponibles sur PC et des groupes d'amateurs passionnés reconstituent au fil de leurs recherches une partie de sa collection de logiciels (l'APL entre autres est intégralement disponible).

Abandon de cette ligne par IBM

Le marché potentiel des ordinateurs scientifiques se chiffrait en millions (de dollars), celui des ordinateurs de gestion en milliards. Comme par ailleurs la vente d'ordinateurs scientifiques exigeait une technicité élevée et coà»teuse (en mathématiques, statistiques, analyse numérique et autres) et que l'IBM 360 était censé être universel (le modèle 360/44 étant d'ailleurs officiellement "orienté scientifique", IBM abandonna presque sans contrepartie son avance dans ce créneau, laissant profiter deux de ses concurrents de cet abandon : DEC et HP.

Liens externes utiles

  http://www.aconit.org/spip/article.php3?id_article=6 (Site francophone de fans du 1130)
  http://ibm1130.org/sim/downloads (Spécial steampunk : Téléchargez le simulateur)