Accueil |

Interruption volontaire de grossesse

        

L'interruption volontaire de grossesse ou IVG, désigne un avortement provoqué. On emploie généralement cette expression pour désigner un acte effectué à  la demande d'une femme non désireuse de sa grossesse. Lorsque l'intervention est motivée par des raisons médicales, que la poursuite de la grossesse soit dangereuse pour la mère ou que le fÅ“tus soit atteint de malformations graves et incurables, on parle d'interruption médicale de grossesse ou IMG.

Dans la majorité des pays européens, l'interruption volontaire de grossesse peut être légalement pratiquée dans les douze à  quatorze premières semaines d'aménorrhée(21 aux pays-bas) alors qu'il n'y a pas de limite légale à  l'interruption médicale de grossesse. D'un point de vue médical, il n'est pas possible de définir une "bonne" durée, le choix est fondamentalement politique.

En Europe, certains pays comme l'Irlande ou Malte n'autorisent pas l'IVG en raison de la forte population catholique dans ces pays, les femmes ayant besoin de recourir a cet acte médical et pouvant se l'offrir vont le faire effectuer a l'étranger . Toute position commune Européenne sur la question est pour l'instant impossible.

En France, l'autorisation de l'IVG a résulté de deux phénomènes, d'une part du constat que l'IVG étant elle s'effectuait dans des conditions sanitaires préoccupantes et d'autre part, on etait en plein courant pour les femmes, ce courant fut impulsé par les féministes.

Sommaire
1 Polémiques
2 Liens externes
3 techniques : voir aussi

Polémiques

Dans les sociétés humaines, l'avortement volontaire est un sujet de violentes polémiques.

Il était traditionnellement interdit, pour différents motifs :

Les modifications sociales : l'affaiblissement de l'influence religieuse, l'importance décroissante du nombre par rapport à  la richesse pour les États, les progrès médicaux, et surtout les progrès de l'égalité des droits entre l'homme et la femme, ont progressivement atténué l'interdit, puis permis une légalisation de plus en plus large (extension des cas concernés, allongement de la période légale, etc.).

Conformément au mouvement général du droit vers la protection du plus faible, les opposants à  l'IVG ont alors basculé leur argumentation, en mettant en avant les droits de l'enfant à  naître (mouvement "pro-vie").

En France, l'interruption volontaire de grossesse est légale depuis le vote de la loi Veil le 17 janvier 1975.

L'IVG peut être mécanique ou médicamenteuse, on opte de plus en plus pour la méthode médicamenteuse, moins traumatisante et moins invasive.

Liens externes

techniques : voir aussi