Accueil |

Judaà¯sme

                    


Cet article fait partie de la série
Judaà¯sme
Commémorations
Rosh Hashana
Yom Kippour
Souccot
Chemini Atseret
Sim'hat Torah
Hanoucca
Tou Bichvat
Pourim
Pessa'h
Chavouot
Evénements
Circoncision
Rachat du Premier né
Bar Mitzwah
Prières
Modé Ani
Chéma Israel
Amida
Birkat Hamazone
Textes Fondateurs
Choulhan Aroukh
Talmud
Torah
Zohar
Vie quotidienne
Cacherout
Shabbat
Le judaà¯sme est une religion monothéiste dont le livre est la Bible, nommée Tanakh, c'est à  dire Torah, Nebim, Ketoubim ou Bible hébraà¯que.

Le judaà¯sme est la plus ancienne religion monothéiste encore en pratique de nos jours.

Un juif ou une juive est une personne née de mère juive ou ayant suivi un processus de conversion au judaà¯sme ; ce processus est découragé, notamment s'il est engagé en vue de mariage.

Le terme Juif vient de Juda, une des douze tribus d'Israà«l. Bien que ce ne soit pas la seule tribu revenue en Palestine, elle désigne un descendant d'Israà«l depuis le retour de l'Exil à  Babylone, o๠furent déportées la tribu de Juda et celle de Benjamin. Auparavant, c'étaient des Hébreux (d'Eber, un personnage mentionné dans la généalogie biblique) qui se désignaient eux-mêmes comme B'nei Israà«l (Fils d'Israà«l), du nom de l'ancêtre éponyme : Jacob, le personnage biblique qui lutte avec l'Ange et à  l'issue de cette lutte reçoit le nom d'Israà«l (il lutte avec Dieu)

Improprement utilisé pour désigner le peuple israélien bien qu'à  leur grande majorité les Israéliens soient Juifs, il n'existe pas de corrélation stricte entre l'appartenance citoyenne à  ce pays et l'appartenance à  une religion en particulier malgré la loi du retour. En particulier, les arabes israéliens sont fréquemment musulmans ou chrétienss.

Sommaire
1 La vie juive
2 L'année juive
3 Structure
4 Foi
5 Les langues du judaà¯sme
6 Relations avec les autres religions
7 Art
8 ébauche d'histoire
9 Voir aussi
10 Articles connexes
11 Lien externe

La vie juive

L'observation du Chabbath ; Shabbat; : journée de repos hebdomadaire réservée à  l'étude et à  la prière est la première forme d'observance liturgique

Au long de la vie :

L'année juive

Au cours de l'année, il y a toujours une occasion de pratiquer le jeà»ne (Ticha be-Av).

Structure

Rabbinat

Le judaà¯sme se distingue par l'absence d'un clergé hiérarchique. Les rabbins ne sont pas des intermédiaires entre Dieu et les hommes, mais des enseignants ; rabbi signifie Maître au sens de professeur ; ils ont notamment pour rà´le d'enseigner le judaà¯sme aux fidèles.

Discipline

Il reste cependant exceptionnel, en Europe que les femmes tiennent un rà´le majeur dans l'organisation des offices ou deviennent rabbin. En France, il n'y a qu'une communauté dont le rabbin soit une femme. Il s'agit d'une rabbine Massorti, Pauline Bebe. En revanche, aux États-Unis d'Amérique o๠le judaà¯sme Conservative et le judaà¯sme Libéral sont majoritaires, les femmes rabbins sont nombreuses.

Hommes ou Femmes, il est obligatoire d'être marié(e) pour être rabbin

Diversité théologique

Le judaà¯sme n'est pas monolythique ; on y rencontre des courants orthodoxes voire ultra-orthodoxes comme le mouvement Beth Loubavitch, des courants médians, tel le mouvement Conservative ou Massorti, qui n'a rien de conservateur contrairement à  ce que son nom suggère et toutes sortes de courants libéraux tel le judaà¯sme libéral et le judaà¯sme reconstructionniste. Voir Libéralisme théologique

Les courants orthodoxes sont bien représentés en Europe mais on y connaît aussi un mouvement libéral. Les Massortis et les reconstructionnistes sont surtout présents aux États-Unis d'Amérique et les Massortis ont une forte présence en Israà«l

Enfin, aux États-Unis d'Amérique se sont réfugiés les karaà¯tes, chassés d'Egypte vers les années 1952-1956 dont quelques petits groupes demeurent en Lithuanie.

Diversité géographique

En outre, deux courants principaux traversent le judaà¯sme : les séfarades (sur le pourtour de la Méditérannée et les askhénazes en Europe Centrale, particulièrement de langue allemande. La distinction est culturelle : liturgique, linguistique et géographique.

Des courants juifs se retrouvent dans toutes les parties du monde parfois depuis des époques reculées (Afghanistan, Inde, Chine). Une fondation pour les tribus perdues s'emploie à  les retrouver, comme ce fut le cas pour les Falashas d'Éthiopie

Foi

Profession de foi

Ecoute Israà«l, le Seigneur est notre Dieu, le Seigneur est UN

Livres

Outre la Torah ou Loi, les Nabim ou Prophètes et les Ketoubim ou Livres sapientiaux, le judaà¯sme tient grand compte du Talmud, un recueil de jurisprudences inspirées.

Noms de Dieu

Un des noms couramment rencontrés dans les textes sacrés pour désigner Dieu est le tétragramme, mot imprononçable formé des quatre lettres hébraà¯ques Youd--Vav- (i.e. YHWH en translitteration approximative), et pouvant provenir de la contraction du verbe être conjugé à  l'accompli et à  l'inaccompli (il était, il est, il sera); ce nom étant utilisé pour désigner le caractère transcendant du divin. La meilleure traduction en serait l'Eternel si ce mot ne contenait un sens d'immuabilité transmis par la langue grecque. Ce tétragramme est conçu comme trop saint pour être prononcé. Dans le judaà¯sme contemporain, on entend souvent HA CHEM, c'est-à -dire Le NOM qui est donc une périphrase.

On rencontre aussi dans le texte biblique

Le pluriel ELOHIM est compris par les historiens comme une trace du polythéisme et par les grammairiens comme un augmentatif. En effet, l'hébreu biblique manifeste ce qui relève du superlatif par le pluriel et/ou la répétition.

Bible

La Tanach (Torah, Nebiim, Ketoubim, à  savoir le Pentateuque de l'Ancien Testament pour les chrétiens) est le livre saint du judaà¯sme. Il est composé de vingt-quatre livres, dont les cinq premiers forment la Torah (la Loi) aussi appelé le Pentateuque.

Le concept d'Alliance : Dieu fait alliance avec son peuple en lui remettant la Torah et en particulier les Devarim (ou Paroles, plus connues sous les 10 Paroles ou les Dix Commandements) Il en résulte La notion d'élection (peuple élu), élection à  plus de responsabilité, c'est à  dire à  suivre les règles énoncées dans la Torah, et les règles destinées à  s'assurer qu'on les suit : en tout 613 Mitsvoth (pluriel de Mitsva à  savoir commandement)

Les langues du judaà¯sme

Relations avec les autres religions

Une minorité de juifs des courants
fondamentalistes interprète le concept d'élection en considérant leur peuple comme supérieur aux autres. Pourtant, toute une théologie de l'accueil à  l'étranger a été développée par le judaà¯sme : citation à  venir

Il est éprouvé en pratique autour du concept d'année Sabbatique o๠la terre doit se reposer et o๠le peuple est tributaire des pays alentour pour l'achat de sa nourriture.

Voir Fraternité d'Abraham
Lire Emmanuel Lévinas, le philosophe présente sa vision du dialogue judéo-chrétien.

Art

littérature

Musique

Musique
Klezmer

ébauche d'histoire

Les juifs ont longtemps été victimes de persécutions (pogroms, ghettos). L'apogée de ces persécutions restant le génocide par les nazis de ce qu'ils appelaient improprement la race juive (la notion de race ne s'applique pas aux êtres humains, et de plus le judaà¯sme est une religion, non une ethnie). Les nazis utilisèrent pour arriver à  leur fin des moyens industriels d'homicides (chambres à  gaz dans les camps d'extermination). C'est ainsi que six millions de personnes périrent en quelques années. De nombreux juifs désignent ce génocide par le mot hébreu Shoah (catastrophe), de préférence au terme holocauste, à  connotation trop religieuse.

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe


Juif est une commune française de Saà´ne-et-Loire