Accueil |

Kiribati

             

La république des Kiribati (prononcer [kiribà¦s], c'est-à -dire proche de kiribès) anciennement connue sous le nom d'îles Gilbert, est un État insulaire du Pacifique. Les Kiribati sont situées à  cheval de l'équateur et de la ligne de changement de date, en Polynésie et en Micronésie, au sud des îles Marshall et de Hawaii et au nord de Tuvalu, des Samoa, des îles Cook et de la Polynésie française. Un traité international délimite les frontières maritimes entre la France (Polynésie française) et les Kiribati (îles de la Ligne). Les Kiribati sont constituées par trois archipels comprenant 33 îles, dispersées sur une zone maritime (ZEE) de 3 550 000 km2.

Republic of Kiribati
(République des Kiribati)
(Détails)
Devise nationale : "te mauri, te raoi ao te tabomoa" (gilbertin ou kiribati: Santé, Paix et Prospérité)
Langues officielles Anglais et gilbertin
Capitale Tarawa-Sud
Président Anote Tong
Superficie
 - Totale
 - % eau
Classé 172e
811 km², sans les lagons
1% (un lagon d'eau douce à  Teraina, sinon pas d'eau douce en surface)
Population
 - Totale (2003)
 - Densité
Classé 195e
98 549 habitants (estimation)
123 hab/km²
Indépendance 12 juillet 1979
Monnaie Dollar australien, pièces gilbertines
Fuseau horaire UTC +12, +13 (PhÅ“nix), +14 (îles de la Ligne)
Hymne national Teirake kaini Kiribati
Domaine Internet .ki
Indicatif téléphonique + 686 (puis 21 pour Tarawa et 81 pour Christmas)

Sommaire
1 Histoire
2 Politique
3 (Subdivisions)
4 Géographie
5 Économie
6 Démographie
7 Culture
8 Petite histoire de fuseau horaire et de drapeau
9 Langue
10 Liens externes

Histoire

Habitées depuis environ deux mille ans par un peuple micronésienn, en contact épisodique avec les Samoans, elles ont été "découvertes" assez tardivement par les explorateurs européens et de façon exhaustive seulement au tout début du XIXe siècle (Magellan semble pourtant avoir aperçu l'île Caroline, baptisée la isla de los tiburones par Pigafetta, dès la toute première circumnavigation en 1520). Ces îles étaient occupées depuis au moins deux mille ans, sans doute davantage, par une population océanienne, en provenance de la civilisation Lapita tardive et qui provenait sans doute du sud-est des îles Salomon ou du nord de Vanuatu. Dès le début de leur occupation, les Gilbertins doivent faire face aux conditions géographiques difficiles et développent comme les habitants des Caroline et des Marshall, des techniques de navigation hors pair. Ils restent en contact, au moins épisodique avec leurs voisins immédiats. Elles doivent leur nom d'îles Gilbert (en français) à  l'amiral Johann Adam de Krusenstern (un Estonien germano-balte, au service du tsar) qui les baptisa vers 1820 du nom du capitaine Thomas Gilbert, un britannique qui les avait traversées en 1788, de conserve avec le capitaine Marshall, pendant leur retour entre Botany Bay (future Sydney) et Canton. Mais c'est le capitaine Louis Isidore Duperrey qui, le premier, représenta les seize atolls des Gilbert comme un archipel unique — sur une carte de 1820, précédant de peu la publication de Krusenstern. Elles sont visitées irrégulièrement par des baleiniers, des explorateurs, des Blackbirders et des Beachcombers\ et, à  l'occasion, soumises au travail plus ou moins forcé dans les plantations ou les mines sud-américaines. Robert Louis Stevenson les visite quelques mois en 1889 (lire Dans les mers du Sud). Les missionnaires, d'abort protestants venus de Hawaii en 1857 (American Board of Commissioners for Foreign Missions) ou de Samoa London Missionary Society, puis catholiques en 1888 (Missionnaires du Sacré-CÅ“ur), évangélisent les archipels et mettent par écrit les deux langues vernaculaires pour traduire la Bible.

En 1892, le Royaume-Uni place sous protectorat les seize îles Gilbert et les huit îles Ellice. Les îles Union (devenues Tokelau) en font également partie de 1916 à  1925 (et formellement, jusqu'en 1948). Elles deviennent une colonie britannique le 12 janvier 1916, comprenant également les îles Ocean (Banaba), Fanning et Washington (depuis 1901) — ainsi que l'atoll de Christmas (à  partir de 1919). En 1971, la colonie des îles Gilbert et Ellice obtient son autonomie interne complète, qui avait débuté en 1963. Les îles Gilbert subissent (en partie) l'occupation japonaise (fin 1941, la bataille de Tarawa y met fin en novembre 1943 tandis que Banaba o๠était le chef-lieu de la colonie, reste occupée jusqu'en aoà»t 1945) et sont l'objet d'expériences nucléaires américano-britanniques (32 explosions sur Christmas entre 1957 et 1962). L'épuisement prévu des gisements de phosphate sur Banaba, principale richesse de la colonie, précipite la marche vers l'indépendance. La British Phosphate Commissionners, un consortium essentiellement britannique, a exploité les richesses en phosphate en les revendant, à  bas prix, aux agriculteurs australiens et néo-zélandais. Le plus long procès civil de l'histoire légale britannique a opposé les habitants de Banaba au gouvernement britannique et à  la BPC : les habitants évacués sur Rabi (Fidji) obtinrent in fine 25 millions de dollars australiens en 1981.

En 1978, l'indépendance est accordée aux îles Ellice, séparées des Gilbert depuis 1975 et qui prennent alors le nom de Tuvalu ("huit [îles] ensemble"), suivies des Kiribati, le 12 juillet 1979, 90 ans, jour pour jour, après l'arrivée de Stevenson. Kiribati est seulement la graphie, en gilbertin, de l'anglais Gilberts — o๠les lettres g, l, et s ne font pas partie de l'alphabet et o๠les syllabes sont ouvertes : ce n'est donc pas pas un nom nouveau, juste une translittération de l'ancien. Le 20 septembre 1979, les États-Unis abandonnèrent toutes prétentions sur les terres peu peuplées qu'ils revendiquaient des îles PhÅ“nix et des îles de la Ligne qui restèrent donc rattachées aux Kiribati, en signant un traité (ratifié le 23 septembre 1983) avec la nouvelle république.

Politique

Le parlement monocaméral des Kiribati, appelé Maneaba ni Maungatabu ("la maison commune de la montagne sacrée") est élu tous les quatre ans et se compose de 42 représentants (régime parlementaire). Un député non élu y représente la communauté déportée de Banaba sur l'île Rabi (Fidji). L' Attorney general (le procureur de la République) en est membre ex officio, s'il n'est pas lui-même élu. Le président s'appelle te beretitenti ("le président" en gilbertin) et est à  la fois le chef de l'État et du gouvernement. Il est élu par suffrage universel direct, parmi les trois ou quatre candidats proposés par le parlement en son sein. Il ne peut effectuer plus de trois mandats. La vice-présidente, choisie par le président parmi les députés, est actuellement Mlle Teima Onorio (depuis juillet 2003). Anote Tong a remplacé en 2003 Teburoro Tiito (ou Tito) qui avait été renversé par une motion de défiance du parlement début 2003, alors que son 3e mandat venait juste de commencer. Teburoro ne pouvant se représenter (3 mandats effectués), son parti a été défendu par le docteur Harry Tong, le frère aîné d'Anote. Les résultats du 4 juillet 2003 ont été les suivants : Anote Tong 47,4 % - Dr. Harry Tong 43,5 % - Me Banuera Berina, un candidat indépendant, 9,1 %. Les prochaines élections se dérouleront au plus tard en juillet 2007 (sauf motion de défiance entre-temps). Les principaux partis, peu actifs, sont le Boutokaan te Koaua (BTK, les piliers de la vérité, au pouvoir) dont le leader est Taberannang Timeon, le Maneaban te Mauri (MTM, opposition) dont le leader est Teburoro ainsi que le plus récent Maurin Kiribati Party (MKB) de l'avocat privé Banuera. Le docteur Harry Tong a d'abord fait partie de l'opposition en dirigeant le National Progressive Party (NPP) avant de rallier en 2003 le parti MTM de Teburoro. Le MTM est l'héritier du Gilbertese National Party créé en 1965 et dont le principal leader était Reuben Uatioa (Chief Electer Member de 1967 à  1970 et Leader of Government Business de 1971 à  1974). Les parlementaires se répartissent entre 17 membres du BTK, 16 du MTM, 7 indépendants, 2 divers (dont l' Attorney General et le député de Rabi). Les élections législatives se déroulent sur deux tours (dernières élections, les 9 et 14 mai 2003). Gouvernement
Depuis juillet 2003, le cabinet, composé de 12 parlementaires, se répartit les portefeuilles comme suit : Président et ministre des Affaires étrangères et de l'Immigration, SE Anote Tong; vice-présidente et ministre de l'Education, de la Jeunesse et du Sport, Teima Onorio; ministre de l'Intérieur et des Affaires sociales, Amberoti Nikora; ministre de la Santé et des Services médicaux, Natanera Kirata; ministre de la Communication, du Transport et du Tourisme, Nataan Teewe; ministre du Travail et du Développement des ressources humaines, Bauro Tongaai; ministre des Travaux et des Services publics, James Taom; ministre des Finances et du Développement économique, Nabuti Mwemwenikarawa; ministre des Pêcheries et du Développement des ressources marines, Tetabo Nakara; ministre de l'Environnement, des Terres et du Développement agricole, Martin Tofinga; ministre du Commerce, de l'Industrie et des Coopératives, Ioteba Redfern; ministre du Développement des îles de la Ligne et Phoenix, Titabu Tabane.

Chacune des 21 îles habitées possède son propre conseil local qui prend soin des affaires quotidiennes. L'atoll de Tarawa o๠se trouve la capitale et l'essentiel du gouvernement, possède trois communautés urbaines distinctes: Betio (Betio Town Council), Tarawa-Sud (Teinainano Urban Council), Tarawa-Nord (Tarawa Ieta). Le ministère du groupe des îles de la Ligne et des PhÅ“nix se trouve quant à  lui à  Londres (London, sur l'île Christmas), à  plus de 3 000 km de Tarawa.

Membre des Nations Unies depuis 1999. Pays ACP (accords de Lomé et de Cotonou, avec l'Union européenne). Une seule ambassade à  l'étranger : un haut-commissariat ouvert en 2002 à  Suva (Fidji).

(Subdivisions)

Article de fond : (Subdivisions) des Kiribati La constitution du 12 juillet 1979 (tableau 2, §132) ne subdivise pas la république en archipels ou districts mais donne la liste exhaustive des îles qui la composent, avec leur orthographe officielle (et les variantes autorisées : cf. article de fond Géographie des Kiribati). Les îles de la Ligne et PhÅ“nix sont toutefois regroupées administrativement sous la juridiction d'un seul ministère déconcentré (Line and Phoenix Group Development Ministry), déconcentré à  Londres (London, Christmas).

Géographie

Les Kiribati se composent de trois archipels : les îles Gilbert (16 îles) à  1 500 kilomètres au nord des Fidji, les îles PhÅ“nix (8 îles) à  environ 1 800 kilomètres au sud-est des îles Gilbert et les îles de la Ligne (11 îles, dont 3 habitées) à  environ 3 300 kilomètres à  l'est des îles Gilbert et d'une île volcanique isolée à  l'ouest Banaba. Cette dernière est l'ancienne île à  guano, baptisée Ocean Island, annexée le 26 septembre 1901, puis rattachée à  la colonie par les Britanniques — qui en ont également fait leur capitale administrative (gisements de phosphate épuisés en 1979, l'année de l'indépendance…). Les îles de la Ligne comprennent également l'île de Jarvis, le récif de Kingman et l'atoll Palmyra mais ceux-ci sont administrés par les États-Unis.

Les îles sont:

La quasi totalité de ces îles sont des atolls qui dépassent à  peine le niveau de la mer (si on ne compte pas Banaba, seule île "haute", qui culmine à  81 mètres, le sommet de ces atolls est la colline de Joe, une dune d'une douzaine de mètres de haut, sur Christmas). à€ l'exception de celui de Christmas qui est le plus ancien et le plus grand atoll au monde, ces atolls ne devraient avoir complètement émergé, à  partir de makatea, qu'au tout début de l'ère chrétienne (ce qui correspond à  leur occupation humaine), l'holocène (6 000 avant J.-C.) correspondant à  un niveau de la mer supérieur à  l'actuel de 1 à  1,5 m environ. La minceur du sol, quasi inexistant, implique une faible végétation, d'origine humaine pour l'essentiel, en dehors des cocotiers et des pandanus, omniprésents, et entraîne de grandes difficultés pour l'agriculture, limitée, pour l'essentiel, à  la récolte du coprah, du karewe (sève fraîche du cocotier) et du taro local (Cyrtosperma chamissonis). Cultures également de l'arbre à  pain, de la banane et du pandanus (pour ses fruits, pour ses feuilles et son bois).

Économie

Kiribati a peu de ressources naturelles à  l'exception des ressources halieutiques. Les gisements de phosphates commercialement exploitables ont été épuisés à  l'heure de l'indépendance. Le coprah et les poissons représentent actuellement la majeure partie de la production et des exportations (y compris comme poissons d'aquarium). Elles s'élèvent à  un peu plus de 6 millions de dollars américains — à  comparer aux importations, 44 millions en 1999.

L'économie a fortement fluctué ces dernières années et n'a pas progressé au rythme de la croissance démographique. Le développement économique est fortement limité par le manque de ressources naturelles, d'ouvriers qualifiés (à  l'exception des marins, formés par le Marine Training Centre de Betio et très demandés en Allemagne et désormais, depuis 2001, aux États-Unis), la faiblesse de l'infrastructure et l'éloignement des marchés internationaux.
Les lignes aériennes internationales sont devenues problématiques, surtout depuis qu'Air Kiribati a définitivement renoncé (en mars 2004) au seul avion qui lui permette de relier les Fidji et les Tuvalu (un ATR72) ainsi qu'au seul charter (un Boeing 737), assuré par Aloha Airlines, qui reliait quant à  elle chaque semaine Honolulu à  Christmas (fin avril 2004). Du coup, la seule compagnie qui relie actuellement Tarawa au reste du monde reste Air Marshall Islands, à  partir de Majuro (Marshall (et, à  l'occasion, Air Nauru, quand son seul avion à  réaction n'est pas sous séquestre). Air Kiribati assure, tant bien que mal, les liaisons internes entre les îles Gilbert (sauf Banaba), mais est incapable de relier directement les PhÅ“nix ou les îles de la Ligne.

Le tourisme fournit plus d'un cinquième du PIB, mais il reste assez limité, en raison surtout du transport aérien (deux hà´tels principaux à  Tarawa dont un gouvernemental, un hà´tel gouvernemental à  Christmas).

L'aide financière étrangère, provenant en grande partie du Royaume-Uni, de l'Australie et du Japon, apporte un supplément important à  l'économie, (entre un quart et la moitié du PIB ces dernières années, 15,5 millions de dollars américains en 1995). Mais ce sont surtout les droits de pêche payés par l'Union européenne, la Corée du Sud ou désormais Taà¯wan qui représentent l'essentiel des revenus.

Démographie

Les habitants sont les Gilbertins (en gilbertin, I-Kiribati). Ils sont en forte croissance démographique (+ 2,3 % par an ; 4,3 enfants par femme) et dépassent de peu les 100 000 habitants en 2004. Les densités non-urbaines sont parmi les plus fortes du monde, notamment à  Betio, sur l'atoll de Tarawa. Tandis que l'anglais est la langue utilisée par la constitution, pour les lois et les actes officiels, le kiribati ou gilbertin est la langue vernaculaire habituelle, largement parlée par la totalité des habitants de la république (une langue micronésienne, descendante du Proto-Océanique, reconnue à  parité à  l'anglais par la constitution de 1979). Seules des minorités négligeables parlent également tuvalu (0,3 % de la population, ce sont les descendants des habitants des îles Ellice restés sur place lors de la séparation des Tuvalu en 1976). Le gilbertin est également parlé aux Tuvalu (sur une île, Nui), aux Fidji (île Rabi) et aux Salomon, ainsi que par les quelques expatriés en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis (Hawaii). Le christianisme est la religion principale dans le pays, parfois mélangé à  quelques pratiques des croyances ancestrales (de type animiste). La majorité des chrétiens est catholique (diocèse de Tarawa et Nauru) mais la Kiribati Protestant Church (KPC, congrégationalistes) est très bien représentée, dépassant plus d'un tiers de la population (de même que les autres protestants comme les mormons, les adventistes et la Church of Christ, nettement moins nombreux). La foi baha'ie est également bien représentée, surtout à  Tarawa et à  Christmas (moins de 3 %).

Culture

Article de fond : Culture des Kiribati

Sir Arthur Grimble, après Robert Louis Stevenson, a fait connaître au reste du monde cette culture, grà¢ce à  des émissions populaires sur la BBC et à  des livres comme Pattern of Islands. Les travaux scientifiques majeurs ont d'abord été faits par Henry Evans (Harry) Maude (le premier commissaire-résident britannique à  être également anthropologue). En France, les travaux ont surtout été effectués par Jean-Paul Latouche, ancien président de la Société des Océanistes (Musée de l'Homme). La langue gilbertine a été d'abord décrite (et écrite) par le révérend Hiram Bingham Jr. à  la fin du XIXe siècle, puis codifiée tout au long du XXe par des missionnaires (français et catholiques surtout), comme le Révérend Père Ernest Sabatier et son très complet Dictionnaire Gilbertin-Français (Tabuiroa, 1952-1954), traduit en anglais par SÅ“ur Olivia (édition de la commission du Pacifique Sud). Si, faute de moyens, la littérature écrite reste peu développée, les chants et surtout les danses traditionnelles (te mwaie), très codifiées, et particulièrement chères à  Stevenson, constituent le mode d'expression artistique privilégié des Gilbertins. Avec les habitants des Marshall et des Carolines voisines, les Gilbertins sont des spécialistes reconnus des pirogues à  balancier, connues pour leur extrême rapidité et leur maniabilité. Si la maneaba (maison commune) constitue le centre incontournable de la vie communautaire et l'esprit du katei ni Kiribati (façon gilbertine), les personnes (te aomata) y sont censées respecter les anciens codes connus comme te bunna (protection), te kareka (écouter les avis), te betia (rester à  l'écart du danger), te boia (être aimé), te reita (garder de bonnes relations), te baema (rester avec son groupe). Société très traditionnelle o๠la télévision hertzienne n'est pas diffusée, l'alphabétisation est cependant très importante.

>
Fêtes et jours fériés
Date Nom français Nom local Remarques
01.01 Jour de l'An
variable Vendredi Saint
variable Lundi de Pà¢ques
18.04 Jour de la Santé
12.07 Fête nationale (dure jusqu'au 14.07 inclus)
07.08 Fête de la Jeunesse
25.12 Noà«l Kiritimati (ainsi que le 26.12)

Petite histoire de fuseau horaire et de drapeau

Les archipels chevauchent le méridien 180° qui détermine le changement de jour (la ligne de changement de date), de sorte que, en prévision du passage à  l'an 2000 les autorités décidèrent (en 1997) de changer de fuseau horaire les deux archipels orientaux (auparavant la république était coupée en deux et vivait sur deux dates simultanément, ce qui n'était pas toujours pratique pour les habitants : le titre de "Kiribati espace-temps" est d'ailleurs celui donné, en 1988, à  la monographie de Benoît Antheaume et Joà«l Bonnemaison, Atlas des îles et États du Pacifique sud). Au lieu d'être les derniers à  quitter l'an 1999, les habitants des îles Gilbert (Kiribati) devinrent les premiers à  entrer dans l'an 2000 puis, l'année suivante, dans le nouveau siècle et le nouveau millénaire. Au passage, leur drapeau si évocateur montrant le soleil à  l'horizon des vagues prend un sens symbolique qui l'assimile à  Janus dont le double visage regarde à  la fois le passé et l'avenir. Ce drapeau est basé sur les armoiries adoptées pour les Gilbert et Ellice en 1937, sur un dessin du commissaire-résident d'alors (1932), sir Arthur Francis Grimble. Il représente un soleil levant (otintaai), survolé par une frégate (te eitei), qui émerge des flots du Pacifique. Le soleil darde de 17 rayons (les 16 îles Gilbert et Banaba). Les flots du Pacifique sont coupés en trois parties, comme les trois archipels de l'État (Gilbert, PhÅ“nix et îles de la Ligne). La frégate (Fregata minor), qui représente un messager traditionnel et respecté, est l'oiseau emblématique des I-Kiribati (ethnonyme vernaculaire des Gilbertins).

Langue

Article de fond : Langues de l'Océanie
Langue de la famille océanienne (
océanien), descendante donc d'anciens locuteurs partis de Taiwan, parlant proto-austronésien (groupe austronésien), comme les autres malayo-polynésiens, elle fait partie du sous-groupe micronésien de l'océanien (en anglais : Nuclear Micronesian) mais semble avoir été influencée, plus tardivement, par les langues polynésiennes proprement dites (Samoa et Tuvalu surtout).
Parlée par un peu plus de 100 000 locuteurs (en complément de l'anglais, enseigné en fin d'école primaire et compris par les jeunes et les citadins), le gilbertin est une langue qui présente une faible variété dialectale (si ce n'est des accents différents et des particularités mineures qui séparent les îles du Nord de celles du Sud) à  l'exception toutefois de Banaba, dont la langue est également représentée à  Rabi Fidji. Un dialecte du gilbertin est également parlé à  Nui (Tuvalu), peuplée par des Gilbertins qui semblent y avoir remplacé la population polynésienne initialement installée.
C'est une langue flexionnelle (avec davantage de suffixes que de préfixes) pour quelques catégories grammaticales mais o๠les particules (préposées pour l'essentiel) jouent un rà´le non négligeable et qui pratique aussi une euphonie limitée. 13 lettres (et autant de phonèmes) : A, B, E, I, K, M, N, NG, O, R, T, U et W. Palatisation du T devant I et devant U (dans certains accents régionaux). La graphie moderne a tendance à  distinguer deux A différents, dont un précédé d'un W non prononcé après B et M (exemple : mwaneaba au lieu de maneaba). L'ordre des mots est la plupart du temps de type VOS, avec un objet qui suit immédiatement le verbe. Exemples de phrases simples :
e bati te aine (il y a beaucoup de femmes, verbe bati précédé d'un préfixe pronominal e, 'il/elle', et suivi de te, article, et de aine, 'femme', cognat de vahiné)
I kana te ika (je mange du poisson, verbe kana précédé d'un préfixe pronominal I, en lettre capitale comme en anglais, ika poisson)
e matu Nareau (Nareau dort, verbe matu précédé de e, Nareau divinité ancestrale gilbertine)
antai aram? (quel est ton nom ?, de ara nom suivi du suffixe possessif -m, 'ton').
Sur les langues de l'Océanie, lire l'article de Françoise Ozanne-Rivierre, "Langues d'Océanie et Histoire" in Le Pacifique : un monde épars, éditeurs A. Bensa et J.-C. Rivierre, L'Harmattan, 1998.

Liens externes

Les meilleurs sites (une très complète bibliographie chez Trussel) :


Pays du monde  |  Océanie