Accueil |

Médecine générale

  1. REDIRECT

La médecine générale est la branche de la médecine prenant en charge le suivi durable et les soins médicaux généraux d'une communauté, sans se limiter à  des groupes de maladies relevant d'un organe, d'un à¢ge, ou d'un sexe particulier. Le médecin généraliste est donc le spécialiste de la santé assurant le suivi, la prévention, les soins et le traitement des malades de sa collectivité, dans une vision à  long terme de la santé et du bien être de ceux qui le consultent.

Sommaire
1 Rà´les du médecin généraliste
2 Modes d'exercice
3 Secret médical
4 Devoir d'information
5 Formation
6 Liens externes

Rà´les du médecin généraliste

La médecine générale s'occupe essentiellement de la prévention (hygiène, vaccination), du diagnostic de première intention, de l'orientation du patient vers un spécialiste (si il y a lieu), et des soins aigus de certaines affections ne justifiant par le recours à  un spécialiste comme les maladies infectieuses infantiles, maladies de la peau (acné, verrues, eczéma, gà¢le,....), migraines, demande de contraception, suivi de grosesse, traumatismes bénins (entorse, plaies suturables, brà»lures peu étendues), mais aussi et surtout du suivi régulier et de la surveillance de maladies longues ou chroniques (en dehors des consultations du spécialiste lors d'épisodes aigus, de décompensations...) : diabète, anfine de poitrine, cancers traités, insuffisance rénale, épilepsie...

Dans le cas d'affections graves recouvrant plusieurs spécialités (comme certains cancers), le médecin généraliste peut servir de lien entre le patient et les différentes équipes médicales, de coordinateur, permettant de gérer des contre-indications entre les traitements ; on peut parler alors (en France) de médecin référent, dans le cas o๠le patient demande à  son médecin généraliste de devenir le pivot de son parcours dans le système de santé.

Le médecin libéral étant proche de la population, il a un rà´le privilégié d'écoute, de conseil et de prévention. Il est au cÅ“ur des systèmes de surveillance et d'alerte sanitaire (maladies à  déclaration anonyme obligatoire, détection et suivi des épidémies, réseau Sentinelle).

Modes d'exercice

Le médecin généraliste peut exercer au sein de l'hà´pital (consultation de médecine générale) ou en libéral (médecin traitant, médecin de ville, médecin de campagne, médecin de famille). En France, la plupart des médecins généralistes libéraux éxercent aussi une ou plusieurs journées par semaine dans une structure autre que leur cabinet : hà´pital, centre de planning familial, centre de protection maternelle et infantile...

La première étape d'une consultation est le diagnostic, qui va permettre de déterminer la nature de l'affection et d'orienter le traitement :

Le cas échéant, il peut pratiquer un certain nombres d'examen complémentaires au cabinet même (par exemple un électrocardiogramme) ou bien prescrire un examen dans un laboratoire (prélèvement de tissus, prise de sang) ou un cabinet de radiologie. à€ partir de ce diagnostique, le médecin fait une prescription, qui peut être médicamenteuse, l'orientation vers un spécialiste, séances de kinésithérapie... Il peut également effectuer lui-même des soins (injection, suture, pansement).

Lorsque l'accès à  un centre hospitalier est malaisé, le médecin généraliste libéral prend en charge des traumatismes plus importants (par exemple les luxations dans les stations de sports d'hiver). Il peut également collaborer aux secours publics soit spontanément (obligation d'intervention s'il est témoin d'un accident ou d'un malaise, article 9 du Code de déontologie médicale), soit sur requête du samu ou en tant que médecin sapeur-pompier. Il doit participer à  la permanence des soins avec un système de garde alternée les soirs et week-ends, bien que cela ait été remis en cause en France en 2002 lors d'une grève ; on s'oriente vers la création de « maisons médicales » o๠seront assurés les soins en dehors des heures d'ouverture des cabinets.

Le médecin a également un rà´le légal : il peut délivrer des certificats permettant des activités sportives (certificat de non contre-indication à  la pratique d'un sport), pouvant servir de base à  une action en justice (constatation de préjudice physique ouvrant droit indemnisation), pouvant déboucher sur une hospitalisation sans consentement (hospitalisation à  la demande d'un tiers, hospitalisation d'office) ; il délivre également des certificats de décès.

Secret médical

Le médecin ne doit révéler aucun élément concernant la santé d'une personne, que ce soit une personne qu'il aurait eue en consultation ou déduction qu'il aurait faite en dehors de son activité professionnelle (article 226-13 code pénal, article 4 du code de déontologie médicale). Toutefois, il peut, et doit, lever ce secret médical dans certains cas notamment :

Devoir d'information

Le médecin a un devoir d'information envers ses patients (article 35 du code de déontologie médicale). Il doit rechercher leur consentement avant de prodiguer les soins (art. 36 du même code).

Formation

La formation d'un médecin généraliste repose sur six années de tronc commun en faculté de médecine, suivies de deux années et demi d'internat en médecine générale.

Les 6 premières années sont communes à  tous les futurs médecins.

L'externat se termine par l'examen national classant (successeur du concours de l'internat depuis juin 2004) dont le résultat (rang d'affectation) détermine la spécialisation suivie ; la médecine générale étant devenue une spécialité médicale à  part entière, à  l'instar du family practice anglo-saxon.

Au terme de deux années et demi de formation pratique de 3e cycle (l'internat), une thèse de doctorat est requise pour obtenir le droit d'exercer en tant que docteur en médecine et s'installer en ville (sans doctorat, l'étudiant peut exercer en tant que remplaçant). La thèse de doctorat en médecine porte sur des travaux de recherche, le plus souvent à  partir de séries de patients étudiées statistiquement afin de proposer un avis de prise en charge (d'un point de vue épidémiologique, diagnostique, ou thérapeutique).

Liens externes