Accueil |

Maladie sexuellement transmissible

   

Une maladie sexuellement transmissible (MST) ou infection sexuellement transmissible (IST), en Europe, ou maladie transmissible sexuellement (MTS), au Canada; anciennement maladie vénérienne; est une pathologie qui comme son nom l'indique se transmet entre partenaires, au cours de différentes formes de rapport sexuel, contacts vaginaux, rapports oraux, génitaux ou anaux.

Autrefois, on appelait ces maladies, des maladies vénériennes, le nom provenant de Vénus, déesse de l'amour, jusque dans les années 1990 o๠l'appellation MST ou MTS a été communément employée.

Notez que toutes les pratiques sexuelles qui comportent un contact avec une autre personne, ou les fluides génitaux d'une autre personne doit être considérée comme comportant un risque de transmission de MST. La plus grande attention étant mise sur la prévention du virus VIH du sida ; chaque MST présente un risque et un degré de gravité différent, allant jusque la mort.

Une maladie sexuellement transmissible, comme son nom l'indique, peut être transmise d'une personne à  l'autre par le biais de certaines activités sexuelles plutà´t que par d'autres, mais également par d'autres biais (en fonction des maladies). Les bactéries, champignons ou virus sont toujours les agents « causatifs Â». Il n'est pas possible d'attraper une MST d'une personne n'étant pas porteuse de cette maladie; à  l'identique, une personne porteuse d'une MST l'a obtenue (sauf quelques exceptions) par contact sexuel, ou par contact avec des fluides corporels (dont génitaux) avec quelqu'un ayant cette maladie.

Elles sont prévenues par l'utilisation de protections appropriées, préservatif en latex ou feuille de latex (pour les cunnilingus, par exemple).

Mesures de prévention de la diffusion des MST

Bien que la probabilité de transmission des maladies par l'activité sexuelle varie grandement d'une pathologie à  l'autre, en général tout rapport sexuel doit être considéré comme risqué dans les deux sens : celui de transmettre au partenaire, comme celui de recevoir.

Les professionnels de la santé conseillent des rapports protégés par préservatifs, qui sont la seule méthode efficace de prévention (bien que jamais à  100%, ce que seule l'abstinence permette). Pragmatiquement, cependant, l'utilisation massive de préservatifs permettrait une diminution drastique des contaminations, notamment par le sida.

La diffusion des MST est très majoritairement liée à  l'activité hétérosexuelle (de part le poids de la « communauté Â») même si historiquement, la prostitution et certains groupes homosexuels ont été les plus touchés et principal vecteur. C'est pourquoi tout le monde doit se sentir concerné par ces pathologies, en particulier les hétérosexuels, qui ont parfois à  tort l'impression de ne pas être une population à  risque. Un risque majeur expliquant la transmission des MST est l'existence de porteurs sains, qui sont des individus ne ressentant pas le moindre effet de la maladie, ne consultant donc pas de [[médecine|médecin], et mettant ainsi en danger leur(s) partenaire(s) en l'absence de prise en charge appropriée (traitement et rapports protégés). En particulier chez l'homme plus que chez la femme, les urétrites (dont la gonococcie) entraînent très peu de symptà´mes et sont particulièrement à  risque de transmission.

Pathologies MST