Accueil |

Mambo

En 1937, Orestes Là³pez, joueur de violoncelle du conjunto de danzon "Antonio Arcaà±o y sus Maravillas" avec à  la contrebasse son petit frère Israel "Cachao", compose un morceau nommé "Mambo" à  partir du Nuevo ritmo du danzon.
Mambo est un mot d'origine bantoue qui signigie "Voix en ChÅ“ur". Au Congo, il veut dire berceuse ou chant sacré.

Influencés par le Jazz de Stan Kenton et Dizzy Gillespie, les frères Lopez vont transformer leur "conjunto" en orchestre incorporant :
4 saxophones, 4 trompettes, piano, basse, maracas, congas, timbales.

Dà¡maso Pérez Prado, pianiste de l'"Orquesta Casà­no de la Playa" fut alors emballé par ce rythme, mais ne recontrant pas le succès à  Cuba, il partira au Mexique, o๠il rencontrera Benny Moré.
On le surnommera "El Rey del Mambo" (le roi du mambo).

C'est avec Francisco "Machito" Grillo et Perez Prado que la danse Mambo (dérivée de la rumba) naîtra dans les night-clubs "Los Angeles Dance" de Mexico et "La Tropicana" de la Havane en 1943, avant de conquérir New York en 1949, au "Park Plaza Hotel Ballroom" de Harlem d'abord, puis dans les clubs Palladium, China Doll, Havana Madrid et Birdland.
Le Palladium était une immense salle de bal pouvant acceuillir mille couples, située à  l'angle de Broadway et de la 53ème rue.
Le Mambo a été programmé d'abord le dimanche matin, puis les mercredi soir et enfin tous les jours, avec les orchestres de Tito Puente, Tito Rodriguez et Jose Curbelo.
La mode du Mambo (Mambomania ou Mambo Craze en anglais) va durer jusqu'à  l'arrivée du Cha-Cha-Cha en 1954...
C'est le thème du film "Mambo Kings" avec Antonio Banderas.