Accueil |

Motivation

En psychologie, la motivation est la force dirigeante derrière toutes les actions d’un organisme. La motivation est basée sur les émotions, en particulier, sur la recherche d’expériences positives et l’évitement de celles négatives, o๠positif et négatif sont définis par l’état du cerveau individuel, et non par des normes sociales ; une personne peut ainsi être conduite à  s’automutiler ou à  la violence parce que son cerveau est conditionné à  créer une réponse positive à  ces actions.

Sommaire
1 Types de motivation
2 Motivation de contrà´le
3 Drogues

Types de motivation

Besoins physiques

Les genres de motivations les plus faciles à  analyser, au moins superficiellement, sont ceux basés sur des besoins physiologiques évidents. Cela inclus la faim, la soif et d’échapper à  la douleur.

L’analyse des processus qui sous tendent de telles motivations peut utiliser les recherches sur les animaux, en éthologie, en psychologie comparative et en psychologie physiologique, et celle des processus hormonaux et du cerveau dans ce qui semble commun au moins pour tous les mammifères et probablement tous les vertébrés. Cependant

Autres motivations biologiques

A un autre niveau on trouve d'autres motivations ayant une base biologique évidente sans pour autant être nécessaires à  la survie immédiate de l’organisme. Cela inclut les motivations puissantes pour le sexe, le soin parental et l’agression: là  encore les bases physiologiques sont similaires chez les humains et les autres animaux, mais les complexités sociales sont plus grandes chez les humains (ou peut être comprenons-nous mieux ceux de notre propre espèce).

Dans ces domaines, des analyses à  partir de l’écologie comportementale et de la sociobiologie ont offert de nouvelles approches dans les dernières décennies du XXe siècle, mais restent controversées. Peut-être similaire, mais à  un autre niveau, est la motivation pour rechercher une stimulation nouvelle - appelée exploration, curiosité ou recherche d’une excitation.

Un problème crucial dans l’analyse de telles motivations se pose quand elles ont un composant homéostatique, qui peut augmenter avec le temps s’il n’est pas déchargé ; cette idée fut un composant clé des analyses du début du XXe siècle comme, par exemple, chez Freud et Konrad Lorenz, et est un facteur important de la psychologie populaire de la motivation. Les décennies ultérieures, mieux informées au niveau biologique cependant, impliquent que de telles motivations sont situationelles et apparaissant quand elles sont (ou semblent être) nécessaires pour assurer la bonne forme de l’animal, et se résorbant sans conséquence quand leur occasion passe.

Buts secondaires

Les besoins biologiques secondaires importants tendent à  générer des émotions plus puissantes et donc des motivations plus importantes que d'autres besoins. L'un des plus célèbres est Abraham Maslow avec sa célèbre pyramide des besoins. Une distinction peut être faite entre motivation directe et indirecte. C’est par exemple le cas entre un cadre de travail agréable et la rémunération liée à  cette activité.

Coercition

La plus évidente forme de motivation est la coercition, quand l’évitement de la douleur ou d’autres conséquences négatives a un effet immédiat. Quand une telle coercition est permanente, elle est considérée comme esclavage. Bien que la coercition soit considérée du point de vue éthique comme répréhensible par beaucoup de philosophies, elle est largement pratiquée sur les prisonniers, et également sous la forme de la conscription. Les critiques du capitalisme moderne déclarent que sans réseaux de protection sociale, l’esclavage des salariés serait inévitable.

Autocontrà´le

L’autocontrà´le de la motivation est de plus en plus compris comme un sous-ensemble de l’intelligence émotionelle. Une personne peut être très intelligente selon une définition conservatrice (comme mesurée par de nombreux tests d’intelligence), mais non motivée pour dédier son intelligence à  l'accomplissemnt de certaines tà¢ches. La théorie de l’espérance de Victor Vroom fournit un accompte de quand les gens décideront soit exercer l’autocontrà´le de poursuivre un but particulier. L’autocontrà´le est souvent en contraste avec le processus automatique de stimulus-réponse, comme dans le paradigme du comportement de B.F. Skinner.

Motivation de contrà´le

Le contrà´le de la motivation n’est compris que d’une manière partielle. Il y a de nombreuses approches de l’entrainement à  la motivation, mais beaucoup sont considérées comme de la pseudoscience par les critiques. Pour comprendre comment contrà´ler la motivation il est d’abord nécessaire de comprendre pourquoi tant de gens manquent de motivation.

Dans les années récentes, des activités non rémunérées comme le surf sur l’Internet - voire la contribution à  Wikipedia - sont devenues des préoccupations croissantes pour les employeurs, notamment des nations dites riches. Certaines entreprises ont utilisé des tactiques contraignantes pour contrer ce qui est perçu comme une menace, d’autres essayent de définir certaines limites, et la plupart appliquent des représailles dans les cas extrêmes. Même pour les utilisateurs « à  domicile », la dépendance à  l’internet, aux jeux vidéos ou à  la télévision pose un problème.

Leur utilisation peut être expliquée par une boucle de renforcement positif rapide par fourniture d’endorphine, une famille ersatz et alimenter la curiosité. On sait que les connections neuronales sont augmentées par la répétition de l’activité ce qui signifie qu’il est plus facile de recommencer (l’habitude) que de faire quelque chose de nouveau.

La question clé pour la motivation est alors : quelles activités génèrent une réponse émotionelle positive, et lesquelles ne le font pas? Les réponses à  cette question sont explorées de plus en plus par la neuropsychologie. Il est connu que, pour la plupart des gens, les activités qui comprennent de fortes impressions audiovisuelles ont un effet émotionel plus important. Des informations seulement sur du texte, à  l’inverse, sont habituellement peu motivantes. Cela semble intuitif vu que lire est une capacité entraînée à  un haut niveau cortical alors que de grandes parties du cerveau sont affectées au traitement de l’audiovisuel.

Comme les humains sont des animaux sociaux, il apparait aussi naturel que les connections sociales jouent un rà´le crucial dans la motivation. On connaît peu de choses sur la manière dont le cerveau humain traite de telles relations, mais on peut assumer qu’elles sont puissantes. Comme des raisons personnelles peuvent gêner les programmes de contrà´le des motivations, on essaye d’apprendre aux enseignants et managers à  trouver des relations pour leurs sentiments personnels ailleurs qu’avec leurs étudiants et employés.

Programmation précoce

Les images par la résonance magnétique contemporaine ont procuré un support empirique solide pour la théorie psychologique selon laquelle la programmation émotionelle est largement définie dans l’enfance, d’autant quâ€™à  l’à¢ge de neuf mois le cerveau a déjà  95% du volume qu’il aura à  l’à¢ge adulte.

Organisation

A cà´té des approches directes à  la motivation, commençant tà´t dans la vie, il est des solutions qui sont plus abstraites mais peut-être néanmoins plus pratiques pour l’automotivation. Virtuellement, chaque livre-guide de motivation inclut au moins un chapitre sur la bonne organisation des tà¢ches et buts de chacun. On indique par exemple qu’il est indispensable de maintenir la liste de ce qui est fait et de ce qui reste à  faire et d’éviter que la routine ne fasse baisser l’attention. Beaucoup d’organiseurs de poche qui gèrent ces listes ne font que supprimer ce qui est fait au lieu de le garder dans une liste séparée.

Il existe des programmes plus sophistiqués qui montrent l’évolution du réseau.

Un aspect intéressant et relativement négligé par la sociologie est la nature d’assuétude des jeux de rà´le qui utilisent un système de points d’expérience et des « niveaux » pour motiver le joueur et l'inciter à  continuer ; quand il a gagné suffisament de points, il peut progresser au niveau suivant, et obtenir ainsi de nouvelles facultés et un statut supérieur dans la communauté, s’il y en a une. Bien que de nombreux systèmes électroniques ont un concept de base des priorités, peu explorent cette possibilité de manière communautaire, sauf peut-être Everything2.

Drogues

Quelques auteurs, en particulier dans le mouvement transhumaniste, ont suggéré l’utilisation de « drogues futées », aussi connue comme nootropiques, comme des « améliorants de motivation ». Les effets de ces drogues sur le cerveau ne sont pas bien compris, et leur statut légal rend souvent leur expérimentation ouverte difficile. Même si certains des artistes les plus productifs furent usagers de drogues, il serait hasardeux d'y voir une corrélation ou une relation de cause à  effet.

Voir aussi: Préférence - Pédagogie.