Accueil |

Musique au cinéma

Du simple pianiste dans la salle obscure aux bandes originales spécialement composées, l'histoire du cinéma est aussi une histoire de musique. Aujourd'hui, un film ne peut vivre sans musique, car celle-ci nourrit l'imaginaire et participe à  la création de l'univers fictionnel.

=L'origine de la musique au cinéma=

Sommaire
1 Besoin ?
2 Le problème de la synchronisation
3 L'arrivée du son optique

Besoin ?

à€ l'aube du cinéma, le son n'existait pas. Cependant, la projection de film était souvent accompagnée par un pianiste ou un orchestre, pour des raisons multiples : couvrir le bruit du projecteur, rassurer les spectateurs dans le noir, distraire l'oreille. Mais cet accompagnement renforcait aussi le rythme et l'émotion, ce que très vite les producteurs de films et les cinéastes ont compris. C'est ainsi qu'en 1909, les films Edison éditent Suggestion for Music, un catalogue dans lequel chaque action ou émotion est associée à  une ou plusieurs mélodies extraites du répertoire classique. De même, Playing to Picture (W.T. George, 1912), Sam Fox Moving Picture Music Volumes (J.S. Zamacki, 1913), Motion Pictures Moods for Pianists and Organists : A Rapid-Reference Collection of Selected Pieces (ErnචRapee, 1924) sont des ouvrages musicaux qui classent minutieusement les pièces classiques et les compositions originales.

Le problème de la synchronisation

Les musiciens jouant pendant la projection d'un film sont exposés à  de nombreux problèmes : fluctuations dans la vitesse de déroulement des films, état des copies qui se détériorent très vite, etc. Ceci obligent les musiciens à  achever, changer voir même sauter précipitamment un morceaux. La synchronisation entre le son et les images est un problème majeur au début du siècle.

L'arrivée du son optique

Dès 1903, le Français Lauste puis l'américain Lee de Forest cherchent une tentative pour rassembler musique et images sur un même support. C'est en 1923 que les premières démonstrations des Phonofilms de Lee de Forest émergent : l'industrie du cinéma ne réagit pas. En 1926, le procédé Vitaphone, qui enregistre le son sur film et le synchronise avec le projecteur est un triomphe, tout comme le célèbre film sonore Le chanteur de Jazz (1927) d'Alan Crosland qui impose de part son succès le cinéma parlant. Cinéastes, producteurs et musiciens prennent conscience du rà´le de la voix, des bruits et de la musique dans un film.

=Les pouvoirs de la musique= La musique permet de modifier à  volonté l'espace et le temps.