Accueil |

Mycologie

La mycologie est la science consacrée à  l'étude des champignons (grec µύκης; « champignon Â»). Cette science, assez proche de la botanique qui étudie les plantes, englobe aussi parfois l'étude des myxomycètes, bien qu'il s'agisse d'organismes n'ayant pas la même structure que les champignons.

Histoire de la mycologie

En tant que science, la mycologie remonte sans doute au Suédois Carl von Linné et à  son ouvrage Species Plantarum (1753), même si les champignons n'y occupent pas une place vraiment séparée du reste des plantes. Le premier ouvrage entièrement consacré aux champignons a été publié en 1801 par le Sud-africain Christiaan Hendrick Persoon (Synopsis methodica fungorum), mais on retiendra surtout le travail d'un autre Suédois, Elias Magnus Fries, qui publie les trois volumes de son Systema mycologicum entre 1821 et 1832. Le travail important des mycologues et des botanistes du XIXe siècle aboutit au Code international de nomenclature botanique (CINB), créé à  Vienne en 1905 et qui fait toujours jurisprudence. On remarquera que, même si les champignons constituent aujourd'hui un règne du vivant séparé de celui des plantes, on a continué de leur appliquer la nomenclature botanique.

Classification des champignons

La taxonomie des champignons est soumise à  une hiérarchie identique à  celle des plantes, les divers suffixes utilisés permettant de différencier les éléments de cette hiérarchie. Sachant que le sommet de la hiérarchie est le domaine (en l'occurrence, celui des Eucaryotes ou Eukaryota), suivi du règne (ici les Fungi ou champignons), le reste de la nomenclature se fait selon les suffixes suivants :

Suivent le genre (éventuellement divisé en sous-genres, sections, sous-sections, séries et sous-séries) et l'espèce (divisions possibles : sous-espèce, variété, sous-variété, forme, subforme, forme spéciale, race), le tout permettant de définir un individu.

Si l'ensemble des taxons est clairement défini, ce que l'on met dedans l'est beaucoup moins, d'autant que les études sur l'ADN entraînent de profonds bouleversements. à€ titre d'exemple, on précisera que, jusque dans les années 1990, on classait les champignons en quatre divisions, Gymnomycètes, Deutéromycètes, Mastigomycètes, Amastigomycètes. Aujourd'hui, il y a toujours quatre divisions, mais ce ne sont plus les mêmes : Chytridiomycètes, Zygomycètes, Ascomycètes, Basidiomycètes.