Accueil |

Nihilisme

    

Le Nihilisme est une notion qui a fortement évolué au cours de son Histoire. D'abord simple critique sociale né en Russie au XIXe siècle, elle évolua vers une doctrine politique n'admettant aucune contrainte de la société sur l'individu et prà´nant le terrorisme. Bien qu'éphémère, ce mouvement politique aura soulevée des questions auquel s'intéresseront les penseurs de tout horizon. De ces interrogations naîtront une doctrine philosophique en relation avec l'absurde sociologique, la négation des valeurs morales et plus généralement, la négation de l'existence d'une réalité substantielle.

Nihilisme historique

Le terme nihilisme (du latin nihil signifiant rien) fut popularisé par l'écrivain russe Ivan Tourgueniev dans sa nouvelle Pères et fils (1861) pour décrire, au travers de son héros Bazarov, les vues de l'intelligentsia radicale russe émergente.

Celle-ci était surtout composée des étudiants des classes supérieures qui étaient de plus en plus désillusionnés par le changement lent des réformes politico-sociales. Le critique Nicola௠Dobrolioubov, le théoricien Dimitri Pissarev, l'économiste Nicola௠Tchernychevski, les scientifiques Lavrov et Kropotkine prà´nent des actions directe et violente pour renverser le régime afin de reconstruire, de façon scientifique, un monde qui assurera le bonheur des masses.

Les nihilistes réussirent à  assassiner le tsar Alexandre II qui voulait rendre son régime moins autocratique ce qui fit passer le pouvoir à  son fils qui avait des idées moins libérales. Le raidissement dans une société qui s'industrialisait rapidement aboutit pendant la première guerre mondiale à  l'instauration du communisme ou centralisme bureaucratique et la lutte des classes en système. La répression qui suivi l'assassinat du tsar fut fatal au mouvement nihiliste, mais pas à  ses idées.

Un tel nihilisme est nommé le « nihilisme destructeur » pour le différencier du nihilisme philosophique, nommé lui le « nihilisme passif ».

Des écrivains comme Dostoà¯evski et Emile Zola dans Germinal montre et éventuellement dénonce le danger d'un tel extrémisme.

Voir aussi : Serge Netchaà¯ev

Nihiliste philosophique

Friedrich Nietzsche décrit l'accélération de l'Histoire avec les déséquilibres qui s'accentuent compensés par la tyrannie anonyme des institutions génératrice de stress.

Franz Kafka, Albert Camus par exemple dans le mythe de Sysiphe (1942) au théà¢tre Eugène Ionesco dans la Cantatrice Chauve (1950) illustrent cette aliénation de l'individu occidental et son vide existentiel corseté. Ces contraintes permettent chez des artistes comme les surréalistes un dépassement symbolique.