Accueil |

Océanographie

         

L'océanographie est la branche de la science qui étudie les océans de la Terre.

Les océans jouent un rà´le fondamental dans l'équilibre thermique de la Terre et son interaction avec l'atmosphère est la clef de l'évolution du système climatique. Ce système ressemble à  une immense machine thermique dont les mécanismes sont basés sur les échanges entre les circulations atmosphériques (les vents) et océaniques (les courants), qui contribuent pour des parts comparables au transport et à  la redistribution d'énergie des régions tropicales vers les régions polaires. Les océans sont donc en quelque sorte un thermostat régulateur du climat. De plus, ils possèdent d'immenses capacités d'absorption de composants chimiques, comme le dioxyde de carbone à  l'origine de l'effet de serre, qui obligent enfin à  considérer l'ensemble « océan-atmosphère Â».

Par nature, l'exploration des océans a été longue et difficile et n'a débuté qu'il y a seulement quelques siècles avec le développement de la navigation et des premières grandes explorations lointaines. Jusqu'à  une période récente, seuls les navires apportaient l'essentiel des connaissances de ce milieu, mais les données étaient dispersées dans le temps et l'espace. Depuis une trentaine d'années, les techniques d'observations spatiales ont permis des progrès considérables en apportant une nouvelle capacité de surveiller globalement les océans, de manière permanente et instantanée : par mesure de la topographie des mers et de son évolution temporelle, par celle de la température de surface et des indicateurs biologiques, par collecte de données océanographiques mesurées in situ à  bord de bouées et de bateaux, etc.

L'altimétrie satellitale, aujourd'hui au centre de l'activité d'océanographie spatiale, est une technique spatiale permettant de mesurer le relief des océans, mise au point dans les années 1970 puis 1980, et qui a vu ses capacités décuplées en termes de précision et de couverture spatio-temporelle. Ces progrès ont été notamment obtenus grà¢ce aux données du satellite franco-américain Topex/Poseidon lancé par la fusée Ariane en aoà»t 1992. Aujourd'hui, le successeur de ce dernier satellite, en fin de vie, est Jason-1, premier satellite de ce qui devrait devenir une véritable filière spatiale en matière de suivi océanographique à  long terme.