Accueil |

Paganisme

    

Le paganisme est la religion des paà¯ens.

Sommaire
1 Le mot
2 Le concept

Le mot

Les chrétiens de la partie occidentale de l'Empire romain ont appelé « paà¯ens Â», en latin pagani ceux qui, en dehors des juifs, pratiquaient un autre culte que le leur. Paganus signifie « qui est du pagus Â», c'est-à -dire du canton, du « pays Â» (ce dernier mot vient de pagus). Comme paganus peut signifier plus particulièrement, par synecdoque, « paysan Â», on a longtemps cru que « paà¯en Â» voulait dire « paysan Â», « campagnard Â» et que son emploi se référait au fait que les gens des campagnes, à  cause de leur isolement et de leur rusticité, étaient restés tardivement attachés aux anciens cultes.

En réalité, le mot « paà¯en Â» est employé assez tà´t en ce sens (dès Tertullien, au IIe siècle), alors que la majorité des citadins étaient encore paà¯ens, eux aussi. De plus, le paganisme est resté longtemps encore bien ancré dans les villes et répandu dans les élites intellectuelles, c'est le cas en particulier de Rome, dont le Sénat était encore à  majorité paà¯enne sous Théodose. Ce n'est donc pas au sens de « paysan Â» que paganus a été utilisé dans le domaine religieux.

Aujourd'hui, on considère plutà´t que le « paà¯en Â» était « l'homme du pays Â», l'indigène, qui conservait les usages locaux, par contraste avec les habitants venus d'autres parties de l'empire. D'ailleurs, jusqu'à  une époque assez tardive, une bonne partie du clergé dans les régions occidentales est d'origine orientale, Grecs, Syriens, Égyptiens, etc.

Le concept

  1. « Paà¯en Â» est donc à  l'origine un concept spécifiquement chrétien qui désigne tous ceux qui, mis à  part les juifs (pour des raisons évidentes), ne sont pas chrétiens. Au Moyen-à‚ge encore, la Chanson de Roland appelle « paà¯ens Â» ceux qui sont en réalité des musulmans. Ce concept a donc le défaut de faire un amalgame entre des réalités très diverses et qui, jusqu'à  l'époque o๠le christianisme devint religion officielle (ou quasi officielle), n'étaient nullement perçues par les intéressés comme formant un tout.
  2. Néanmoins, du temps a passé depuis cette époque et, vu d'aujourd'hui, le concept n'est pas dépourvu de pertinence (et le mot semble plus commode que les substituts qu'on pourrait lui trouver, « religion traditionnelle Â», « polythéisme Â», qui ont eux aussi leurs imperfections), à  condition que l'on garde à  l'esprit qu'il cerne une réalité multiple. Le paganisme est alors l'ensemble des pratiques religieuses de l'Antiquité en dehors du christianisme et du judaà¯sme.
  3. à€ partir de la Renaissance sont apparus des mouvements religieux ou philosophiques se réclamant à  nouveau du paganisme :

Voir aussi