Accueil |

Philosophie analytique

   

Le terme de "philosophie analytique" désigne la philosophie qui prit comme hypothèse que la nouvelle logique contemporaine créée par Gottlob Frege et Bertrand Russell à  la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle pouvait avoir des conséquences philosophiques générales et aider à  l'analyse des concepts et la clarification des idées. Ce courant s'opposait notamment à  l'époque aux courants issus de l'Idéalisme allemand, à  l'Hégélianisme et à  la dialectique.

La philosophie analytique est la philosophie dominante dans les Départements de philosophie universitaires dans les pays anglophones mais aussi en Israà«l, dans les pays scandinaves et certains pays d'Europe de l'Est comme la Pologne. On oppose traditionnellement cet ensemble d'"écoles" à  la "philosophie continentale", même si de nombreux Européens pratiquent la philosophie analytique et de nombreux non-Européens pratiquent la philosophie dite "continentale".

Hormis cette référence originelle à  la logique contemporaine, il n'y a pas d'idée unificatrice ou de dogme caractéristique de la philosophie analytique.

La philosophie de la connaissance et de la logique de Gottlob Frege s'opposait surtout à  l'empirisme, au naturalisme et au psychologisme d'auteurs comme John Stuart Mill. Pour Bertrand Russell et surtout pour le positivisme logique, l'analyse logique devait s'accompagner d'une méthode empiriste (même si Russell a continué à  défendre une métaphysique réaliste).

Le Cercle de Vienne et la philosophie du langage ordinaire issue de Ludwig Wittgenstein et de la "remontée sémantique" étaient des critiques de toute métaphysique.

Au contraire, depuis le déclin du positivisme logique, la philosophie analytique s'est développée dans des directions diverses.

L'essor des sciences cognitives, de la philosophie de l'esprit ont mis fin à  la prédominance de la philosophie du langage et de la logique. Il existe une métaphysique analytique et même une théologie analytique mais aussi une tradition en philosophie politique (par exemple John Rawls) et en morale.

Certains philosophes remettent en cause l'existence de la philosophie analytique. Certains estiment que la philosophie ne peut se limiter à  "l'analyse des concepts" et que la critique de la distinction entre analytique et synthétique par Willard Van Orman Quine a ruiné aussi l'analyse conceptuelle. Certains pensent que ce n'est qu'une injonction normative à  la clarté et la rigueur. Certains pensent que cela ne décrit plus qu'une tradition, des périodiques, des lectures et références communes, des exemples et problèmes récurrents plus qu'une véritable "méthode" scientifique. Certains pensent aussi que les deux traditions peuvent se réconcilier. D'autres insistent au contraire que les deux traditions vont continuer à  évoluer sans se lire et en s'écartant de plus en plus au point qu'il n'y aura plus qu'une homonymie entre la "philosophie" selon ces tendances.

Voir aussi

Bertrand Russell | Frege | Logique | Positivisme logique | Atomisme logique | Wittgenstein | Philosophie du langage ordinaire | Philosophie de l'esprit