Accueil |

Prosélytisme

Le prosélytisme est l'activisme en vue de rallier des personnes à  une cause. On peut, par exemple, chercher à  susciter des émotions qui agiront alors sur l'intellect de la personne à  convertir. Le terme vient du latin ecclésiastique proselytus, qui est un emprunt au grec προσήλυτος prosêlutos, « nouveau venu (dans un pays étranger) Â» d'oà¹, par extension, « nouveau venu (dans une religion) Â». Le prosélytisme des origines est donc lié secondairement à  la conversion religieuse mais c'est dans cette dernière acception qu'il s'est répandu, grà¢ce au grec de la Septante. Le terme, en latin, n'a que le sens religieux et, partant, il en est de même en français.

Ce mot est donc mis en rapport avec la religion, quelle qu'elle soit. Il consiste en l'action de convertir quelqu'un à  une religion en en vantant les préceptes, ce qui se nomme apologie. Dans le judaà¯sme, le nouveau converti est nommé prosélyte, et c'est bien le sens étymologique.

Sommaire
1 Quelques exemples de prosélytisme
2 Généralisation
3 Techniques
4 Articles connexes

Quelques exemples de prosélytisme

Les Témoins de Jéhovah font du prosélytisme de façon systématique.

Les missions chrétiennes qui se sont mises en place à  partir du XVIIe siècle (en particulier dans les colonies) consistaient en l'enseignement de la foi à  des villages entiers par des méthodes prosélytes. Les prédicateurs appelaient à  la réforme intérieure et à  une modification des mœurs. Ils pouvaient s'aider d'illustrations représentant, par exemple, les joies du paradis ou les tourments de l'enfer.

Au XIXe siècle, l'Église catholique romaine entreprit une campagne de rechristianisation en s'aidant de peintures représentant ou les tourments de l'enfer. La Nouvelle évangélisation lancée en 2000 par la déclaration Dominus Jesus, inaugure une nouvelle campagne de prosélytisme s'adressant en priorité aux grandes traditions religieuses, dit le texte.

En 1947, l'Église baptiste, arrivée à  la suite du Débarquement, entreprit une campagne d'évangélisation en Bretagne avec un certain succès, dà» à  l'implantation des Alcooliques Anonymes.

Généralisation

On peut aussi parler de prosélytisme politique, artistique, etc., mais il s'agit d'un sens étendu. De tels prosélytes sont en effet des partisans, et non des adeptes.

Techniques

Le prosélytisme utilise le plus souvent des techniques visant à  convaincre, par des "discussions" plus ou moins individualisées, les futures adeptes. Pour pousser les autres à  adopter leurs croyances, les prosélytes utilisent un argumentaire soigneusement préparé. Il s'agit en général d'assertions suffisamment brèves pour pouvoir être, à  la manière d'un slogan, mémorisées simplement. La validité des arguments n'est pas primordiale: si les contre-arguments ne sont pas évidents, même des propositions connues pour être fausses depuis des siècles peuvent avoir un effet favorable sur une personne non préparée.

Une technique couramment utilisé face à  une réfutation est de détourner le fil du discours en présentant un autre argument. Il est donc nécessaire de pouvoir assener rapidement un grand nombre de ces arguments lors de l'exposé. Cette technique permet de former rapidement les prosélytes, en leurs épargnant l'étude des fondements de leur argumentaire.

Lorsque la cible du discours n'est pas le contradicteur (dans le cas d'un débat radiophonique par exemple), il peut également être intéressant de décrédibiliser son adversaire en le faisant paraître intolérant, inculte ou tout simplement ridicule.

Articles connexes