Accueil |

Ressources en eau

L'eau est indispensable à  la vie. Essentielle aux activités humaines, telles qu'activités agricoles, industrielles et domestiques (alimentation en eau potable), ainsi qu'au fonctionnement des écosystèmes terrestres, la gestion de l'eau s'annonce comme l'une des préoccupations majeures du XXIe siècle. Les décisions nécessaires pour gérer l'eau et pour en préserver la qualité doivent tenir compte de l'évolution de la demande mais aussi de l'état et de l'évolution de l'offre en eau, afin de mettre en adéquation les besoins et les ressources en eau.

Sommaire
1 Quantité totale en eau sur Terre
2 Répartition géographique de l'eau
3 Le cycle de l'eau
4 L'eau disponible n'est pas forcément utilisable
5 Prospectives
6 Voir aussi
7 Liens externes
8 Autres sources

Quantité totale en eau sur Terre

Sur la terre, il y a l'eau visible : les océans, l'eau contenue dans les calottes polaires, les lacs, les rivières, les nuages et la pluie; et l'eau invisible : les eaux souterraines.
Stocks totaux d'eau
1,4 milliard de km³
océans 1,35 milliard de km³ 97,4 %
glaces 27,5 millions de km³ 1,98 %
eaux souterraines 8,2 millions de km³ 0,59 %
mers, lacs, rivières 207 000 km³ 0,015 %
humidité du sol 70 000 km³ 0,005 %
humidité de l'air 13 km³ 0,001 %
eau des cellules vivantes 1 100 km³ 0,001 %

Si l'eau est très présente sur terre, 97 % de la ressource est de l'eau salée et 2 % est bloquée sous forme de glace. Il ne reste environ qu'un pourcent qui soit potentiellement utilisable.

Les eaux douces exploitées ont une origine continentale :

Elles représentent 0,5 % de la ressource totale en eau.

Répartition géographique de l'eau

Si l'eau est abondante, elle n'est pas répartie uniformément sur la Terre. L'eau est, en outre, irrégulièrement répartie d'une année sur l'autre ou d'une saison sur l'autre (plus de 60 % du débit annuel mondial étant généré lors d'inondations suivies de sécheresses, parfois pluriannuelles).

Outre ces variations saisonnières, les ressources mondiales se caractérisent par une importante variation géographique. Neuf pays se partagent 60 % du débit annuel mondial.
Par exemple :

Il n'y a pas un problème de l'eau relatif à  la globalité de la planète, mais plutà´t une grande diversité de scénarios de disponibilité localisés. Les deux derniers exemples rappellent en particulier que les situations critiques ne se définissent pas par rapport à  des frontières politiques, mais par rapport à  des régions écologiques.
L'établissement d'index de montant d'eau disponible par habitant pour chaque pays est important car, mis en parallèle avec les besoins de cette population, il pourra servir de support aux discussions de gestion de la ressource hydrique mondiale. Il est cependant important de ne pas « gommer Â» les différences de disponibilité existant à  l'intérieur d'un même pays, différences qui pourraient ne pas être prises en compte dans les écarts internationaux. Par exemple, l'Islande dispose de 666 000 m³/personne alors que Djibouti dispose de 19 m³/personne (1990). En moyenne, les disponibilités par habitant sont de 6 000 à  8 000 m³/an (selon les sources) mais elles diminuent au fur et à  mesure que la population mondiale augmente.

Le cycle de l'eau

à€ cette vision statique de l'eau, il est nécessaire d'ajouter une vision dynamique, celle constituant le « cycle de l'eau Â».
Depuis le XVIIIe siècle, on sait que le cycle de l'eau fonctionne par ascensum, c'est-à -dire par évapotranspiration à  la surface de la Terre, circulation dans l'atmosphère (via les nuages) puis retombée à  la surface (pluie). D'un point de vue global, il est faux de dire que l'évaporation sur les océans alimente les précipitations sur les continents : en réalité, l'évaporation se produit à  la fois au-dessus des océans et sur les continents (par le biais notamment des végétaux).
Évaporation sur les continents 71 000 km³/an
sur les océans 411 000 km³/an
Précipitations sur les continents 111 000 km³/an
sur les océans 385 000 km³/an
(Flux annuels pour toute la planète)

La différence de flux (entre précipitations et évaporation) représente 40 000 km³/an. Il correspond à  :

Il est généralement admis que la quantité d'eau contenue dans l'atmosphère est de 13 000 km³ et que la durée de séjour de la vapeur d'eau dans l'atmosphère est généralement d'environ huit jours.
atmosphère 8-10 jours
océans et mers 4 000 ans
lacs (naturels et artificiels) 2 semaines
rivières 2 semaines
zones humides des années
organismes 1 semaine
sols 2 semaines-1 an
aquifères des jours à  des 1 000 ans
glace 10 ans à  des milliers d'années
(Temps de résidence moyens de l'eau)

L'eau disponible n'est pas forcément utilisable

Si la disponibilité en eau dépend principalement de variables climatiques, elle est aussi impactée par les activités humaines vis-à -vis du régime et de la qualité des eaux, ainsi que par l'apparition et l'utilisation de techniques nouvelles visant à  dépolluer, traiter, réguler et protéger l'eau.
Les écosystèmes naturels captent l'eau, stabilisent les phénomènes saisonniers, participent à  l'amélioration de la qualité. Néanmoins, le développement des activités industrielles, l'accroissement de la population mondiale, les rejets d'eau domestiques non traités, les pollutions d'origine agricoles (nitrates, phytosanitaires), salinisation relative à  l'irrigation, ont entraîné une dégradation progressive de la qualité des eaux, soit liée à  la pollution de l'eau elle-même, soit à  la dégradation des contenants à  travers lequels circule l'eau (atmosphère, cours d'eau, sols, aquifères).
Pour l'utilisateur, l'eau est polluée lorsque sa qualité ne convient plus à  son usage (tel qu'eau potable, eau pour l'agriculture, eau pour l'industrie). Environ 1,2 milliard de personnes n'ont pas accès à  de l'eau potable.

Prospectives

Globalement, on ne manquera jamais d'eau sur Terre. à€ l'extrême, si on fait appel au dessalement de l'eau de mer (actuellement pratiquée en Arabie Saoudite o๠l'énergie est très bon marché), les ressources en eau deviendront virtuellement infinies. Cependant, le dessalement de l'eau de mer revenant à  environ 1 €/m³, l'option semble peu souhaitable à  la plupart.

Il faut ajouter les effets (difficiles à  prédire) des changements climatiques dus à  l'effet de serre. Globalement, les précipitations ne devraient pas beaucoup changer, mais leur localisation, leur fréquence et leur distribution dans l'espace seront modifiées. Il est généralement admis que la situation des pays souffrant d'un déficit en eau verront leur ressources diminuer.

En raison de l'augmentation de la population et de l'augmentation de la quantité d'eau utilisée, il semble probable que la quantité d'eau douce disponible va aller décroissant. En effet, dans neuf pays sur dix, lorsque l'eau est utilisée, elle est rejetée dans le milieu naturel dans un état de dégradations physique, chimique, organique ou microbiologique qui ne permet pas un nouvel usage.

Voir aussi

Liens externes

Autres sources