Accueil |

Roman noir


Cet article fait partie de
la série Littérature'''
Littérature francophone
Écrivains-Livres
Histoire littéraire
Antiquité - Moyen à‚ge
XVIe siècle - XVIIe siècle
XVIIIe siècle - XIXe siècle
XXe siècle - XXIe siècle
Formes littéraires
BD - Conte - Jeunesse
Nouvelle - Théà¢tre
Poésie - Roman
Genres littéraires
Biographie - Fantastique
Roman noir
Roman policier
Science-fiction
Voir aussi
Courants littéraires
Prix littéraires
Littérature non francophone
américaine - anglaise
arabe - en espéranto
espagnole - finlandaise
germanique - grecque
hongroise - indienne
irlandaise - italienne
japonaise - latine
russe - suédoise
Méta

Portail Littérature
Le roman noir est un roman souvent (mais pas forcément) policier, qui propose une vue pessimiste sur un univers o๠des personnages se débattent avec les moyens qu'ils possèdent contre la misère, la pauvreté, le désespoir, l'injustice, ou tout simplement contre le monde qu'ils ne supportent pas.

Le genre est né aux États-Unis vers 1930, dans un contexte de crise sociale et économique. Le détective est souvent un "privé", en proie lui aussi à  des problèmes d'argent. Il affronte au quotidien des endroits mal famés et les truands; il se heurte souvent à  l'hostilité de la police officielle. Ce type de détective a été immortalisé par le personnage de Sam Spade (Dashiell Hammet) ou encore de Philip Marlowe (Raymond Chandler). Au cinéma, des réalisateurs comme John Huston, Robert Montgomery et Howard Hawks ont contribué à  populariser le genre.

Parmi les fondateurs français du genre, on peut citer Eugène Sue et ses Mystères de Paris, mais Émile Zola pourrait s'en réclamer aussi, pour L'Assommoir.

A l'exemple des Américains tels que Horace Mac Coy, qui avait écrit On achève bien les chevaux et Adieu la vie adieu l'amour (version française 1949), ou James Cain (Le facteur sonne toujours deux fois), la Série noire, créée par Marcel Duhamel, rend le genre populaire en France. En aoà»t 1944, quelques jours avant la libération de Paris, Duhamel découvre trois livres; deux sont de Peter Cheney et le troisième de James Hadley Chase. Il en confie la traduction à  Gallimard, avec l'idée d'une collection et Jacques Prévert en trouve le titre. La série commence (1945) et connaît immédiatement le succès.

Jean Amila y publie une vingtaine de romans. On doit aussi mentionner Léo Malet pour sa Trilogie noire. Les titres résument assez bien l'essentiel du roman noir : La vie est dégueulasse (1948), Le soleil n'est pas pour nous (1949), Sueur aux tripes (1969).