Accueil |

Sécurité civile

La sécurité civile est l'ensemble des moyens mis en Å“uvre par un état pour protéger ses citoyens, en temps de guerre comme en temps de paix. Ce terme est synonyme de « protection civile » (protection des civils).

Dans la philosophie des Lumières, la protection des citoyens contre les accidents et les calamités (catastrophes naturelles, épidémies...) est une des fonctions de l'état. Ceci est d'ailleurs affirmé dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789, qui est annexé à  la constitution française :

Art. 2 - Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont [...] la sà»reté [...].
Ce point a été repris dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de l'ONU, dont sont signataires la plupart des pays :
Art. 3 - Tout individu a droit à  la vie, à  la liberté et à  la sà»reté de sa personne.
Ceci regroupe donc initialement la lutte contre les calamités et les catastrophes naturelles, la sensibilisation et l'information du grand public, mais aussi l'organisation de la santé au quotidien : formation de professionnels de santé, création de structures de soin accessibles à  tous.

Cette notion a pris une orientation particulière avec la modernisaiton de la guerre, et notamment les bombardement de la seconde Guerre mondiale. Notamment, la France a mis en place une Défense passive, dont le rà´le consistait à  assurer l'alerte aux populations en cas de bombardement (sirène), l'information sur les mesures à  prendre (emplacement des abris) et évacuation des villes.

La notion de sécurité civile a pris une ampleur particulièrement importante dans la deuxième moitié du XXe siècle, avec la guerre froide (et notamment le risque nucléaire), ainsi qu'avec la multiplication des risques industriels (notamment risque chimique, installations nucléaires civiles, pollution) et des risques liés aux transports (accidents de la route, transports aérien, transports de matières dangereuses et radioactives). Au risque naturel et au risque lié à  la guerre s'ajoute le risque lié à  l'activité humaine "normale".

Habituellement, la Sécurité civile d'un pays comprend des secours publics (dont les sapeurs-pompiers et les hà´pitaux), un réseau permettant d'appeler ces secours (en général par téléphone), un réseau de surveillance de calamités ou d'accidents identifiés (par exemple épidémies, montée des eaux, sécheresse, grand froid, séisme, accident d'avion ou de chemin de fer, carambolage, pollution, risque radiologique, accident chimique...), des associations de bénévoles (secourisme, aide humanitaire, aide sociale), et des plans d'action en cas de catastrophe avec une gestion de la monté en puissance du dispositif (évaluation de la situation, renforts par exemple de l'armée et des associations, sirènes pour prévenir la population, radio du service public pour maintenir informées les populations).

Par essence, la sécurité civile est inter-ministérielle.

Dans la plupart des pays, les symboles de la sécurité civile sont :


Exemples de logos d'organismes de sécurité civile

La sécurité civile en France

En France, le terme « sécurité civile » est utilisé dans :

Lorsque l'on parle de « la Sécurité civile », on fait habituellement référence aux UIISC ; mais le terme est parfois utilisé par erreur par les journalistes pour désigner les secouristes bénévoles de la Protection civile.

Le pivot de la sécurité civile en France, ce sont les sapeurs-pompiers pour la partie risque , lutte contre les calamités et premiers secours à  personne, et le Samu pour la prise en charge médicale pré-hospitalière.

Le réseau de veille s'appuie sur des agences publiques indépendentes (les directeurs sont nommé pour plusieurs années, normalement sans révocation possible) :

ainsi que sur les médecins généralistes, avec des maladies à  déclaration obligatoire (recensement anonyme des cas, comme pour le sida, les hépatites, saturnisme, infections nosocomiales, légionellose, salmonellose...) et des réseaux de veille comme le réseau Sentinelle pour la grippe, qui a aussi fonctionné pour la pneumopathie atypique (SRAS).

La France dispose de nombreuses  : une quinzaine d'associations nationale ou de fédérations nationales, dont l'activité est dédiée aux premiers secours ou dont l'activité nécessite une formation aux premiers secours (sports à  risque).

Liens externes