Accueil |

Science cognitive

    

Les '\sciences cognitives' étudient le fonctionnement des processus mentaux et du cerveau, et plus particulièrement les fonctions de perception, d'attention, de conscience et de mémorisation. Les sciences cognitives ne se limitent pas a priori à  l'étude de la cognition humaine, mais s'étendent à  tous les animaux. Elles pourraient aussi bien chercher des lois applicables à  des formes de vie extra-terrestres ou non biologiques, dans la mesure o๠il s'agirait toujours de processus mentaux (intelligence artificielle).

Sommaire
1 Introduction
2 Philosophie
3 Psychologie
4 Linguistique
5 Applications
6 Disciplines
7 Auteurs

Introduction

La psychologie expérimentale, l'éthologie, l'intelligence artificielle, etc. ont fait l'objet depuis 30 à  40 ans de deux transformations : Ces transformations impliquent un changement de perspective sur ce qu'est la science, et elles définissent un programme :

La naturalisation de l'épistémologie

Notre tradition a longtemps dévalorisé les sciences des faits, en distinguant ce qui est de l'ordre du factuel et ce qui est de l'ordre du normatif. Par exemple, pour
Gottlob Frege (cf. Logique), il y a une distinction canonique entre les causes qui portent à  émettre un jugement et les raisons qui assurent la valeur de ce jugement : "En science, l'histoire de la découverte d'une loi mathématique ou de la nature ne peut tenir lieu de raison qui la justifie."

La naturalisation de l'esprit

La question est de savoir si dans une ontologie des êtres naturels il y a place pour ce qu'on appelle le mental. Dans les états mentaux, un contenu se rapporte à  quelque chose : cette attitude propositionnelle est un état psychologique dont on rapporte le contenu au moyen d'une subordonnée ( croire, désirer, regretter, etc.) selon les diverses attitudes par rapport à  un même contenu intentionnel.

Mais comment peut-on penser cet intentionnalité par rapport à  l'ensemble des faits physiques ? Il y a au moins trois possibilités :

Un nouvel innéisme

L'innéisme a plusieurs sens selon ce que l'on considère comme étant inné : Ces distinctions donnent schématiquement deux versions de l'innéiseme : L'innéisme soulève aujourd'hui plusieurs questions : Ces questions se réduisent à  une question fondamentale :

La pluralité des sciences

Philosophie

Psychologie

Linguistique

Applications

Leurs applications sont très nombreuses: elles ont donné des modèles de perception du risque, donné naissance à  une nouvelle théorie de la philosophie des mathématiques et beaucoup d'autres, dans le domaine de l'intelligence artificielle notamment.

Comme le pluriel l'indique, leur champ d'action est interdisciplinaire, et ses relations avec les autres champs sont sujet à  débat. Ainsi, les sciences cognitives sont constituées par la psychologie, la linguistique, l'intelligence artificielle, la philosophie, etc. Elles peuvent être considérées une branche de la philosophie des sciences dans le sens o๠les scientifiques travaillent de plus en plus en communauté, formant un réseau cognitif.

Enfin, les sciences cognitives sont souvent considérées comme interdépendantes des sciences physiques et utilisent des méthodes scientifiques, la simulation et modélisation, et en comparent les résultats avec les activités d'être vivants (humains, chimpanzés, souris).

Disciplines

Communication | Épistémologie | Éthologie | Intelligence artificielle | Langage | Logique | Neurobiologie | Psychologie cognitive

Auteurs

Noam Chomsky | Daniel Dennett | Gerald Edelman | Leon Festinger | Douglas Hofstadter | Daniel Kahneman | George Lakoff | George Miller | Marvin Minsky | Seymour Papert | John Searle | Herbert Simon | Terry Winograd


Théorie de la connaissance
Concept | Conscience | Croyance | Dialectique | Empirisme | Épistémologie | Espace | Imagination | Jugement | Langage | Logique | Mémoire | Métaphysique | Pensée | Phénoménologie | Philosophie du langage | Raison | Rationalisme | Réalité | Science | Sciences cognitives | Temps | Vérité