Accueil |

Syphilis

      

La Syphilis, Vérole ou mal Napolitain est une maladie infectieuse et contagieuse, vénérienne, due au tréponème pà¢le (Treponema pallidum) découvert par Schaudinn en 1905 et se manifestant par un chancre initial et par des atteintes viscérales et nerveuses tardives certaines manifestations survenant plusieurs années après.

Sommaire
1 Histoire
2 Transmission, stades et traitement de la maladie
3 Cas célèbres d'infection

Histoire

Les origines du syphilis ne sont pas connues. Pendant longtemps la théorie qui a prévalu était que la maladie avait été apportée du Nouveau Monde dans l'Ancien à  l'occasion du premier voyage de Christophe Colomb. Cette théorie semble aujourd'hui remise en question.

Hippocrate semble avoir fait la description de la forme tertiaire de la maladie. Des recherches archéologiques semblent indiquer que la maladie était présente dans la ville grecque de Metaponto en Italie au VIe siècle av. J.-C De plus, la découverte à  Pompéi de dents présentant des cannelures, déformations caractéristiques d'enfants infectés durant la grossesse par leur mère atteinte de la maladie, paraît confirmer cette antériorité.

Cependant, la preuve la plus marquante de la présence de la syphilis dans l'Europe médiévale a été trouvée lors des fouilles du monastère augustinien datant du XIII-XIVe siècle dans le port de Kingston-upon-Hull au nord-est de l'Angleterre.

A cette époque, Kingston-upon-Hull était le deuxième port le plus important d'Angleterre après Londres et une ville portuaire à  vocation internationale. Son monastère, comme beaucoup d'autres, fut détruit sur ordre d'Henri VIII en 1539, suite à  la réforme anglicane.

Les deux-tiers des squelettes mis à  jour au cours des fouilles présentent des déformations osseuses typiques du troisième stade de la maladie. On découvre ces marques caractéristiques en particulier sur les squelettes inhumés au plus près de l'autel, ce qui signifie que les riches donateurs du monastère, les membres de la classe privilégiée de Kingston-upon-Hull, étaient parmi les personnes touchées par la maladie. La datation au carbone confirme que ces squelettes ont été enterrés pendant la période active du monastère, ce qui s'accorde difficilement avec la théorie américaine.

Voir : http://www.hullcc.gov.uk/archaeology/hullmc.htm

Avant ces découvertes récentes, on considérait que la syphilis avait fait son apparition en 1494 à  Naples et qu'elle avait été apportée là  par des marins espagnols de l'équipage de Christophe Colomb qui participaient à  une campagne militaire de Charles VIII. Selon les pays, elle est appelée "mal de Naples", "mal des Anglais", "mal des Français". Personne ne veut en revendiquer la paternité. Elle n'épargne pas leurs royales altesses François Ier et Charles Quint.

Le nom de syphilis est utilisé pour la première fois par Girolamo Fracastoro en 1530 dans son Å“uvre "Syphilis sive de morbo gallico" o๠il décrit la maladie

Ce n'est qu'au XIXe siècle que l'affection sera reconnue cliniquement et bien définie dans sa symptomatologie. Avant 1870, rien du contenu des écrits médicaux ne donne une image angoissante de la syphilis. Elle pose un grave problème de santé publique associée à  la propagation vénérienne habituelle. Les traitements à  base de mercure sont largement diffusés mais les médecins ont souvent des difficultés à  convaincre leurs patients de traiter cette maladie peu spectaculaire. Le mercure, remède pluricentenaire et l'iodure de potassium semblaient capables à  eux deux de régler toutes les situations. En fait, le mercure tuait autant que la syphilis elle-même.

Transmission, stades et traitement de la maladie

La syphillis se transmet principalement par la pénétration et/ou la fellation non protégées. Elle n'a pas toujours de signes apparents, et lorsqu'ils existent, ils n'apparaissent en général que 3 semaines après la contamination. Il s'agit de chacune des muqueuses (petite plaie indolore et creusee), d'éruption sur la peau et/ou sur les muqueuses sans démangeaison (petites taches rose pà¢le sur la peau et rouge sur les muqueuses du gland, de l'anus, de la gorge, de la langue, des lèvres). Les signes visibles peuvent disparaître même sans traitement, mais la syphilis reste présente dans l'organisme et transmissible.

Elle s'aggrave sérieusement sans traitement par des atteintes graves cardio-vasculaires, du système nerveux, du cerveau et des yeux. Elle augmente également sérieusement le risque de transmission du VIH et elle se complique chez les personnes séropositives par une évolution plus rapide et des complications neurologiques plus fréquentes.

Elle est simple à  dépister par une simple prise de sang et se guérit par antibiotique en une seule injection, le plus souvent.

Cas célèbres d'infection

Bien qu'un diagnostic basé sur des données purement historiques soit toujours discutable, il est fort probable que les personnages historiques suivants - classées par leur date de naissance - aient été victime de la maladie. Les personnes signalées par une typographie en gras ont soit fait part de leur maladie dans leur journal intime, soit été formellement identifiée comme malade.